Document d'archives : Cahier de notes tirées des manuscrits de Lakairie

Institution de conservation :

Archives départementales du Cantal

Contenu :

Présentation du contenu
1. Mariage, à Aurillac, du citoyen Thibal, ex-carme, vicaire de la succursale des Cordeliers, avec la citoyenne Meige, ex-religieuse de Notre-Dame (28 Brumaire An II). On a dansé chez Hébrard (29 Brumaire) ; Le district de Saint-Flour a mal répondu à la demande de subsistances d'Aurillac. La conduite du département du Lot est bien différente : Gramat a promis 50 charretés de grains (29 Brumaire) ; Arrêté du département qu'on ne pourra avoir de provisions que pour un mois, à compter 36 livres de blé par personne (30 Brumaire) ; Vente des biens des émigrés des Huttes, de Vic (4 Frimaire) ; Réception du blé du Lot (6 Frimaire) 
2. Subsistances. Perquisitions chez les marchands et particuliers : on a trouvé du sucre, du savon chez quelques marchands ; ces objets sont devenus très rares. Sentinelles à toutes les avenues d'Aurillac pour empêcher ici sortie des fromages, du sel, etc. (17 Frimaire An II) ; Arrestation, à Lyon, de la dame de Fontanges, et de Legrand et Bichon fils, enrôlés dans la cavalerie des rebelles de Lyon (17 Frimaire) ; Subsistances : Saint-Flour mis à la raison par un stratagème de Châteauneuf-Randon feignant que 4000 hommes devaient se rendre dans la Lozère en passant par Saint-Flour (23 Frimaire) ; Expulsion de la Société de Marcellin Deconquans, patriote très chaud : on lui reproche d'être le gendre d'un émigré (Piganiol, principal du Collège), le frère d'un autre fanatique sujet à la déportation (Deconquans, ex-chanoine) et le mari d'une femme très aristocrate (24 Frimaire) 
3. Subsistances : une livre de pain par personne ; on attend du blé tous les jours (7 Nivôse) ; Par décret de la Convention, les fortifications et remparts de Saint-Flour, qui avait pris le nom de Fort-Cantal, seront démolis (7 Nivôse) ; Exécution, à Saint-Urcize., du curé de cette commune, Delbès (II nivôse) 
4. Au sujet du local du temple de la Raison, à Aurillac (21 Nivôse) ; Achat, pour 34.500 livres, de la maison de Brieude, médecin. Cette maison, isolée sur le foirail, le rendait moins vaste qu'il ne sera (21 Nivôse) ; Les prêtres affluent à Aurillac. Le plus grand nombre renonce à l'exercice du culte public ; bien peu se montrent récalcitrants. C'est le clergé constitutionnel (21 Nivôse An II) ; On procède à déloger les saints des églises, on les coupe en bûches (25 Nivôse) ; C'est au Chapitre que sera le temple de la Raison (25 Nivôse) ; Exécutions capitales : du sieur Bruel, ex-chanoine d'Aurillac, protégé et ami de la dame Fontanges et qui l'avait suivie à Lyon, ainsi que de Legrand et Bichon, de la garde fédérale de Lyon (25 Nivôse) 
5. Cérémonie au temple de la Raison, "laquelle n'a pas eu le caractère très auguste qu'elle devait avoir" ; puis, sur le foirail, autodafé de vieilles statues de cordeliers, de cardinaux, etc. Il n'y avait pas beaucoup de monde : "malgré tout, on avait horreur d'une telle profanation" (30 Nivôse) ; Liste des membres comptant la municipalité épurée par Bô (14 Pluviôse) 
6. Arrestations (16 Pluviôse) ; "Les faux patriotes, sous le masque du sans-culottisme, étaient parvenus à se mettre dans toutes les places, à se faire craindre des aristocrates, dont cependant ils ne refusaient pas les présents de toute espèce" (26 Pluviôse) 
6-7. Lakairie exclu de la Société pour avoir fait 4 couplets où les vrais républicains sont distingués des faux (3 Ventôse) 
7. Milhaud aîné, ex administrateur du département, remplace Chevalier comme capitaine de la gendarmerie à Aurillac. "C'est un très grand patriote" (6 Ventôse An II) ; Établissement d'une fabrique de salpêtre dans la ci-devant église du collège (6 Ventôse) ; Par ordre de police, défense, sous peine d'être déclaré suspect, d'ouvrir les boutiques le jour du décadi (10 Ventôse) ; "Pierre Roques, de Montsalvy, prêtre insermenté, a été exécuté ce matin. Il a été condamné à mort hier par le tribunal révolutionnaire. Voilà le second prêtre que l'on guillotine" (13 Ventôse)
8. Condamnation à 8 années de fer et 6 heures d'exposition sur la place du sieur Lintilhac, ci-devant communaliste de la paroisse de Notre-Dame, puis curé constitutionnel de Montsalvy, pour altération d'un acte signé par le citoyen Bonnet, juge de paix du canton de Montsalvy (17 Ventôse) ; Jugement de la veuve Fontanges, de Sedaiges, Fargues, Sartiges, etc., qui étaient allés à Lyon en 1791 (19 Ventôse) ; La supérieure de la Visitation, la dame de Nastrac, condamnée à 5 ans de fers et à l'exposition (20 Ventôse) ; La municipalité a mis en réquisition tout le lait des fermes dépendant de la commune d'Aurillac (21 Ventôse) ; La Société s'est assemblée pour faire une pétition au représentant tendant à faire casser le jugement de la dame de Nastrac (21 Ventôse) ;
9. Pain : une demi-livre par personne (29 Ventôse An II) ; Arrestation, sur ordre de Bô, des jurés du jugement de la dame de Nastrac (30 Ventôse) ; Des commissaires sont passés chez les citoyens pour vérifier s'ils avaient des grains, de la farine, etc. On en a pris chez plusieurs (1er Germinal) ; Arrestation, à Paris, du sieur Dorinière, ex-receveur à Aurillac ; il a été trouvé nanti de faux assignats et de poignards (2 Germinal) ; Attentat contre Bô dans le Lot pour une question de religion : "le pays est très fanatique" (5 Germinal)
10. On a trouvé de la farine et du blé chez quelques particuliers renommés pour leur patriotisme (6 Germinal) ; La Dame de Nastrac a été exposée sur la place " (Quel temps, mon Dieu !) " (16 Germinal)
10-11. Le sieur Fortet, d'Aurillac, fils du président : démasqué par Milhaud et Soubrany, représentants du peuple dans les Pyrénées-Orientales, condamné à mort par le Tribunal militaire révolutionnaire de Perpignan, accusé d'avoir usurpé des fonctions dans lesquelles il s'était servi de pouvoirs pour sauver des émigrés et contre-révolutionnaires, exécuté le 19 Ventôse ; notice biographique et renseignements sur la famille (16 Germinal)
11. Démolition de la maison Brieude ; prix d'achat par la commune (22 Germinal)
12. La Société a rapporté l'arrêté qui excluait les prêtres de son sein (10 Floréal An II) ; Exécution à Lyon, de P.-G. Lespinats, ingénieur, natif d'Aurillac, qui avait servi parmi les rebelles (11 Floréal) ; Arrivée de 115 déserteurs de toute nationalité ; parmi eux, quelques Français (23 Floréal) ; Il règne dans la rue de l'Union, ci-devant du Chapitre, une espèce d'épidémie qui enlève beaucoup de monde (30 Germinal) ; Vente de biens d'émigrés : déjà pour plus de 3 millions (30 Germinal)
13. François Boudier, d'Aurillac, administrateur du District, condamne à 20 ans de fers et à l'exposition, pour concussion (30 Floréal) ; Pendant la dernière session du tribunal criminel, il y a eu deux condamnations à mort (4 Prairial) ; Achat par la commune, pour l'embellissement de la ville, de plusieurs maisons situées dans le quartier des rues de 1'Egalité (Chazerat) et des Transparrots, près du Chapitre et de l'église paroissiale. Elles appartenaient respectivement aux filles Pépin, à Boisset, de Laroquebrou, administrateur du département, à Lafon, maçon, à de Pruns, ancien maire d'Aurillac. Achat de la boutique de Brousse, marchand, et de toutes les boutiques qui environnaient l'église paroissiale (15 Germinal) ; Décret de la Convention ordonnant que les affaires Nastrac, Lapachevie, Casses et Boudier seraient réservées (16 Prairial)
14. Célébration de la fête de l'Être Suprême à Aurillac (20 Prairial) ; Suite de l'affaire Boudier (20 Prairial) ; Sur la demande de la Société, la commune a arrêté que l'ancienne salle de spectacle serait réparée pour qu'on y joue des pièces républicaines (25 Prairial) ; On veut percer de nouvelles rues, qui aboutiront à la grande place (25 Prairial)
15. Errata.

Identifiant de l'unité documentaire :

27 J 31-2

Inventaire d'archives :

Description physique :

Description physique: 30 feuilles écrites paginées recto 1 - 15

Nom de famille :