Document d'archives : François Armand (1734-1812), député du Cantal sous la Révolution

Institution de conservation :

Archives départementales du Cantal

Contenu :

Présentation du contenu
1-3. Extrait de naissance (9 Mai 1734) : deux copies, lettre d'envoi
4-13. Journal d'Armand (copie) ; 4-6. Sa biographie (1734-1782) ; 6-9. Sur sa famille : notes d'état civil, notes généalogiques (1700-1810) ; 10-11. Son testament (29 Janvier 1807) ; 12-13. Trois lettres de son oncle, le chanoine Armand (1756-1758)
22-29. Lettres reçues par Armand (1757-1769) ; 22. De Tournadre (Clermont, 1757) ; 23. Du sieur de Prades (Prades, 1758) ; 24-27. De Tournadre (Clermont, 1758-1759, cachets de cire rouge) : où il est question, notamment, d'un certain Récolène ; 28. De Besse (Aurillac, 1768, cachet de cire rouge) : au sujet d'un appartement donnant sur la Promenade des Fossés ; 29. De Jean-Baptiste Vacher de Tournemire (Mauriac, 1769) : affaire intéressant le Collège d'Aurillac et un de Saint-Martial, prieur de Drugeac, représenté par M. de Saluces
30. Bail d'un appartement sis à Aurillac, rue d'Aurinques, loué à Armand par la dame Lescure, veuve Serieys (15 Janvier 1770, signature d'Armand)
31-42. Lettres reçues par Armand, avocat à Aurillac (1770-1772) ; 31. De Chabrol (Riom, 1770) ; 32-42. De Falvelly (Maurs, 1770-1772) ; 33. Différence entre les contrôleurs des guerres ordinaires et les contrôleurs des guerres provinciaux (travail, traitement, etc. ; 1770) (Falvelly est contrôleur ordinaire) ; 35-42. Retransmission de nouvelles de la Cour et des Parlements : conflit entre le Roi et les Parlements, liquidation d'offices, etc. (1771-1772) ; 43. Extrait de mariage d'Armand avec Anne-Amable Cassière (27 Août 1772, copie)
44-60. Lettres reçues par Armand, avocat à Aurillac (1773-1778) ; 44. De Falvelly (Maurs, 1773) ; 46. De Tournadre, avocat du Roi (Clermont, 1773) : en faveur de Duclos, de Saignes, débiteur des missionnaires de Salers ; au sujet de sa charge d'avocat, qu'il laisserait pour 7000 livres ; 47. De Falvelly (Maurs, 1774) ; 48-55. D'un correspondant non identifié (s.d.) ; 48. Copie d'une lettre de Louis XVI à Maurepas du 11 Mai 1774 ; 49-51. "Voeux de la nation française pour son jeune roi Louis XVI jetés dans le carrosse de S.M. au Bois de Boulogne" (copie) ; 51. "Deux mauvaises épitaphes (pour Louis XV) dont l'auteur mériterait une punition" (copie) ; 51-52. Commentaire et extrait copié de l'oraison funèbre de Louis XV par le chanoine Bernard ; 52-54. Ode sur l'avènement de Louis XVI, par l'abbé de Barruel (copie) ; 55. Sur l'ancien et sur le nouveau Parlement de Paris ; 56-57. De Falvelly (Maurs, 1774 et 1776) ; 57 Bis. De Falvelly père (probablement 1775) : Beaumarchais "vient de mettre au Théâtre-Français une petite pièce intitulée Le Barbier de Séville... (qui) a fait le plus grand plaisir lorsqu'on l'a annoncée... ; (mais) la Cour a défendu qu'elle fût jouée, et elle ne l'a pas été" ; 58. De Combelle, prieur d'Allanche (1776, cachet de cire rouge) ; 59. De Delzons (peut-être 1777) ; 60. De Falvelly (Maurs, 29 Octobre 1778) : annonce d'un envoi de châtaignes, "aussi chères à Maurs qu'à Aurillac, quoique nous soyons la capitale de la châtaigne" (indication du prix)
6l. Liste de remèdes fournis à Armand, avec les prix (1778-1785)
62-65. Notes concernant Armand de 1779 à 1785 ; 63. Il achète, pour 4500 livres, la maison Pépin, rue des Forgerons, acquise en 1780 de Jacques Pipy, marchand (précisions sur son emplacement) (26 Octobre 1782)
66-69. Lettres reçues par Armand, avocat à Aurillac (1783-1784) ; 66-67. Listes de plats fournis à Armand par le traiteur Champanet, avec les prix en regard (1783 et 1784) ; 68. De son neveu Chauvel (Riom, 1784, cachet de cire rouge) ; 69. Au sujet du payement de 24 livres, montant de 2 charrettes de foin livrées à Armand (1784) : écrit au dos d'une carte à jouer ("Charle", roi de cœur)
70-92. Notes sur le député de 1789 à 1794 (Voir aussi 14-21) ; 73. "Ne soyez pas étonnés que l'Auvergne n'ait député que des gens de loi ; il n'y a qu'eux qui savent lire et c'est tout ce qu'eux-mêmes savent faire" (Almanach des députés à l'Assemblée Nationale, 1790) ; 75. Au sujet de la division du département du Cantal en districts (1790, extrait des Archives parlementaires) ; 91. Arrestation d'Armand (16 Pluviôse An II) ; 92. "Cet homme irréprochable, que l'on conduisait alors en réclusion à Montauban,... vient d'être nommé maire d'Aurillac (le 23 Brumaire An III) par le représentant du peuple Musset d'après le vœu unanime du peuple" ("La Révolution du Cantal", p. 29)
93-98. Lettres d'Armand (1789-1790) à Truel, son mandataire à Aurillac ; 93. Versailles, 28 Mai 1789 : en ce qui concerne les États-Généraux, "rien n'égale leur lenteur" ; au sujet de ses intérêts à Aurillac, notamment d'une maison dont il est propriétaire ; 94-95. Versailles, lettre commencée le 13 Juillet 1789 et terminée le 15, en pleine effervescence populaire : récit succinct des événements survenus dans la capitale ; 96-97. Versailles, 15 Août et 29 Septembre 1789 : affaires diverses ; 98. Paris, 6 Août 1790 : un passage sur Hébrard, son collègue, mais non son ami ; travaux de l'Assemblée ; "les finances sont ... dans le plus grand désordre"
99-132. Lettres reçues par Armand (1789-1791) ; 99. Mémoire du traiteur Champanet (18 Mars 1789) ; 100. De son confrère Lapeyre de Saint-Martin (Aurillac, 16 Juin 1789, cachet de cire rouge) : au sujet, notamment, de l'union de l'abbaye d'Aurillac à l'évêché de Saint-Flour ; 101. De Marduel, curé de Saint-Roch (Paris, 22 Septembre 1789) ; 102-103. De Broquin, maire de Saignes (Saignes, 1er Février et 1er Mars 1790 ; copies) ; 102. Nécessité de l'établissement d'un tribunal Inférieur et d'un chef-lieu de canton à Saignes, siège d'une justice seigneuriale qui s'étendait sur 11 paroisses ; 102-103. Remerciements à Armand pour avoir fait de Saignes le chef-lieu d'un canton. Les habitants des paroisses de Beaulieu, Champs, Lanobre, Marchal et Trémouille, qui étaient dans l'intention de demander leur réunion au chef-lieu de canton de Saignes, à cause de la difficulté des communications avec Riom-ès-Montagnes, viennent de donner leur adhésion pour être du canton de Latour, dans l'élection de Clermont ; 105. De l'abbé Drappeau, professeur au Collège d'Aurillac (s.d.) : raisons pour lesquelles il croit n'être pas tenu au serment prescrit par le décret du 26 Décembre 1790 ; 106-117. De Marduel, curé et maire d'Airaines (Somme), frère du curé de Saint-Roch (Mai 1790-Mars 1791) : contre les survivances des abus de l'Ancien régime ; 106-109. Lettres adressées d'Airaines ; 106. A propos du logement des soldats chez l'habitant (7 Mai 1790) ; 107. Contre la cupidité ecclésiastique (28 Mai) ; 108. Contre l'ancien clergé et en faveur des ouvriers (14 Juin) : l'Assemblée n'a-t-elle pas "trop respecté d'injustes préjugés en donnant si peu aux ouvriers... et trop aux successeurs des apôtres qui auront tant de vicaires !" ; 109. Sur le Champart (21 Juin 1790) ; 110-114. Lettres adressées de Lyon ; 110. La ville "veut bien l'émission d'assignats, mais non pas pour avoir cours dans le commerce, seulement pour servir au payement des biens nationaux" (18 Septembre 1790) ; 111. "... Le véhicule le plus puissant des assignats est la vente des biens nationaux..." (25 Octobre) ; 112. Sur le culte des reliques et ses abus (s.d.) ; 113. Critique de la conduite du "ci-devant chapitre noble" de Lyon (24 Novembre) ; 114. "Les biens nationaux se vendent très avantageusement" (5 Décembre) ; 115-117. Lettres adressées d'Airaines ; 115-116. Au sujet de l'arrivée à Airaines, à la demande du Directoire du département, de 30 cavaliers et de 2 commis aux aides pour y "rétablir la perception des impôts indirects" et "soumettre les contribuables à l'exécution des lois" (2-4 Janvier 1791) ; 117. Sur "la conduite plus qu'équivoque des président et vice-président du Directoire du département de la Somme" (18 Mars 1791) ; 118. De l'abbé Drappeau, professeur au Collège d'Aurillac, qui refuse de prêter le serment exigé des ecclésiastiques fonctionnaires publics et dont certains membres de la municipalité n'ont pas voulu le dispenser (11 Février 1791, indication de son traitement) ; 119-127. De son confrère Lapeyre de Saint-Martin (Aurillac, 1791) ; 119. Affaires diverses ; il veut acheter des biens nationaux (22 Février) ; 120. Au sujet d'une adresse du Directoire du district d'Aurillac au Comité de Constitution demandant que l'Assemblée électorale pour la nomination de l'évêque de Saint-Flour soit tenue à Aurillac (Idem, cachet de cire rouge du district) ; 121. Lapeyre n'a pas été étonné de la décision du Comité de Constitution rejetant la demande du Directoire du district ; il se plaint de la surcharge du département dans la répartition des impositions (14 Mars 1791) ; 123. Affaires diverses ; au sujet de son oncle, ancien prêtre filleul de l'église de Saint-Martin (19 Juin) ; 124. Affaires diverses ; il est sans réponse d'Hébrard, à qui il a demandé d'appuyer une pétition de son oncle, l'abbé Chablat, ancien curé de Saint-Martin-Cantalès, qui sollicite une pension ; Il envoie à Armand la liste des électeurs du canton d'Aurillac nommés le 19 Juin 1791 (21 Juin) ; 125. La liste précitée (indication des professions) ; 127. Depuis 1774, Lapeyre a exercé les fonctions de procureur du Roi de l'Élection d'Aurillac ; cet office, qui lui a coûté 22 000 livres et dont il ne retirera qu'une partie, se trouvant supprimé, il voudrait être nommé commissaire adjoint au tribunal criminel du Cantal, dont Hébrard est le président (13 Septembre 1791) ; 128. De Coubebaisse, vétérinaire à Aurillac (1er Mars 1791) ; 129. Invitation (imprimée) à assister à un exercice sur les mathématiques au Collège Sainte-Barbe (Paris, 14 et 15 Avril 1791) ; 130. De Duclos d'Entremont (Aurillac, 5 Juin) : il demande à Armand de faire procéder à la liquidation de son office de conseiller lieutenant assesseur criminel au siège de Viv ; 131 recto. Billet d'un miroitier (Paris, 24 Septembre 1791) ; 131 verso. De la main d'Armand : brouillon de lettre en faveur d'Antoine Lapeyre, "qui a exercé pendant 25 ans la profession d'avocat avec destruction au présidial d'Aurillac, qui était un des plus considérables du royaume" ; 132. Rousselot fils, de Mauriac, qui a perdu sa place de commis de la Marine à Cherbourg (indication de ses appointements), demande à son compatriote Armand un prêt de 200 livres (Paris, 24 Octobre 1791)
133-134. Lettre d'Armand ; 133. Au sujet de la vente de ses maisons d'Aurillac (Paris, 15 Juillet 1791) ; 134. A Combette, prieur à Landeyrat (s.d.)
135-160. "Observations (imprimées) sur la surcharge du département du Cantal relativement à l'impôt, par M. Armand, député" (s.d., 1791) ; 135. "Le séjour des neiges, pendant plus de 6 mois, rend un tiers de son territoire inhabitable. Un tiers, hérissé de rochers et de sommités inaccessibles, n'est susceptible d'aucune espèces de productions" ; 137. "Hé bien ! cette contrée, la moins étendue, la moins populeuse, la moins fertile et la moins commerçante, était celle qui payait le plus d'impôts" ; 138. "M. Detrudaine, comparant ces infortunés habitants à des mulets, disait que plus ils étaient chargés, et mieux ils allaient" ; 139. "Il existe des paroisses dans lesquelles les produits des fonds sont absorbés par les contributions ..." ; 139-140. Par exemple Brageac (détail des produits et des Impositions en 1788) ; 141. Second exemple : Veyrières (Idem) ; 142-143. Sur les intendants ; 142. On se demande comment ces administrateurs avaient pu perdre de vue que cette province s'était rédimée plusieurs fois, par des taxes, de l'impôt du sel, dont elle fait une forte consommation pour les bestiaux, la fabrication des fromages et la salaison des viandes, qui font la nourriture ordinaire des habitants des montagnes" ; 143. "Fixés dans la Basse-Auvergne..., au milieu d'un tourbillon d'adulateurs et de favoris, (les intendants) n'étaient connus des habitants des montagnes que par le despotisme qu'ils exerçaient sur eux et les fléaux qu'ils y versaient" ; 145-148. Iniquité de l'estimation du produit des terres et de celui des prés ; 146. Prix du froment et du seigle au marché d'Aurillac (milieu du XVIIIème siècle) ; 147. Prix du foin (idem) ; 149. D'où émigration : "... plus de 3000 familles se sont établis pour toujours en Espagne" ; 151-160. Aperçu de la surcharge du département, d'après les bases communes
161-172. Correspondance active et passive d'Armand (31 Mai 1791-1er Juin 1812, copies ou analyses, 1 cahier) ; 162. A son neveu (Paris, 6 Septembre 1791) : "L'acte constitutionnel a été présenté au Roi..." La réponse du Roi "était exprimée d'un air qui démontrait la plus grande satisfaction. Je puis le certifier, puisque j'avais accompagné la députation...J'espère que l'acceptation viendra dans la semaine, elle achèvera la Révolution..., rétablira le crédit et rendra peut-être une partie du numéraire à la circulation" ; 164. De "son ancien camarade d'infortune" Mialaret (Montauban, 17 Brumaire An IV) ; 167. De la citoyenne Lastic-Depradt (Blesle, 4 Février 1798) : "Tous les biens de mes enfants ont été vendus..., j'ai des reprises sur ces biens..." ; 169-172. Correspondance de Joachim-Nicolas Chevalier Dufau, ancien capitaine de gendarmerie, avec son oncle Armand (1806-1812 ; 45 lettres, généralement d'affaires, transcrites ou analysées)
173-174. Armand, haut-juré du département du Cantal, est mandé à Orléans par les grands-juges de la Haute Cour nationale (copies de lettres, Avril-Mai 1792)
175-183. Lettres reçues par Armand (1792-1793) ; 177. De Falvelly fils, devenu avocat en titre (s.d., cachet de cire rouge) ; 178. Imprimé à en-tête de 1'"hôtel du roulage national de France", annonçant à Armand, haut-juré, à Orléans, l'envoi d'une malle (Paris, 4 Juin 1792 ; Indication du prix du transport) ; 180. De Peuvergne (Paris, 28 Novembre 1792) : "La grande affaire du Roi est à l'ordre du jour, elle traînera encore longtemps, il y a deux séances par semaine consacrées à cette affaire majeure. La cherté des grains a occasionné des insurrections dans plusieurs départements, et notamment dans ceux d'Eure-et-Loir, Loi-et-Cher et Seine-et-Marne ; la Convention y a envoyé des commissaires pour rétablir l'ordre en attendant qu'elle puisse donner une loi sur les subsistances, que les circonstances nécessitent chaque jour" ; 181. Du même (Paris, 22 Mars 1793) ; 182-183. De Boschâtel "le plus jeune" (Saint-Genès (Gironde), 1793, cachet de cire de la poste aux lettres)
184-186. Lettres d'Armand (1793) ; 184. Réponse à Boschâtel (10 Mars) ; 185. A Coffinhal, membre du tribunal de Cassation à Paris (Aurillac, 31 Mars 1793) ; 186. A Molinier, avoué près le même tribunal (Idem)
187-194 Bis. Lettres reçues par Armand (1793-Messidor An II) ; 187-188. De Boschâtel, curé de Saint-Genès (Gironde) (1793) ; 188. Prix de quelques denrées : volailles, oeufs, beurre, viande, pain (27 Juillet I793, cachet de cire rouge); 189. Quittance de 24 livres pour l'abonnement d'Armand au "Logographe" (Saint-Flour, 19 Avril 1793) ; 191. D'un ami (10 Floréal An II) : à un intime de ce dernier est due une rente par le ci-devant marquis de Lignerac, duc de Caylus ; ce dernier a aliéné une grande partie de ses biens, notamment à un d'Anglard de Bassignac, et, depuis 2 ans, la rente n'est plus payée ; il s'agit de savoir si les biens de Caylus sont devenus nationaux, si Bassignac est toujours en possession de ses biens ; 192. Brouillon de la réponse d'Armand à la lettre précédente (21 Prairial) ; 193. De Roquemaurel, propriétaire du domaine d'Espinassol (Ytrac) (1er Prairial An II) : "Malheureusement père d'un émigré", il a été mis en arrestation avec sa famille dans son petit appartement d'Aurillac, après avoir été "volé" et "pillé" ; et cependant il est séparé d'avec son fils depuis plus de 11 ans, il n'a reçu aucune nouvelle de lui depuis son émigration, enfin il possède un certificat municipal attestant qu'il s'est toujours comporté en bon citoyen ; 194. De C. Parieu-Puechmège (Aurillac, 5 Messidor An II) : au sujet de la vente des maisons d'Armand ; indication du prix de quelques matériaux de construction (chaux, sable) ; 194 Bis. D'Andurand, après l'arrestation d'Armand (Messidor An II)
195. Adresse à la Convention signée, notamment, par Armand, maire et président de l'Assemblée des sections réunies à Aurillac (peu après le 9 Thermidor An II, copie d'imprimé) ; 196-207. Lettres reçues par Armand (An II-An III)
196. De Verdier-Dubarrat (Clermont-Ferrand, 23 Fructidor An II)
201. De la dame Peyrac-Jugeals (Maison de justice d'Aurillac, 14 Brumaire An III) : "Le sacrifice... (des) préjugés exigé par la Révolution m'a moins coûté qu'on ne se le persuade. Il fallait la perspective effrayante d'un long esclavage pour me forcer à le prévenir par une disparition de la ville". Elle avait projeté de se rendre à La Bontat, commune de Saint-Illide, auprès de son frère infirme. A peine est-elle partie qu'on l'arrête. "Viens à mon secours, écrit-elle à Armand, aide-moi à briser mes fers... et vive la république nue et indivisible"
202. De Teillard-Cresponès (Murat, 14 Brumaire An III) : affaire de la commune de Murat avec l'émigré La Roche-Lambert, un domaine ayant été formé par les ascendants de ce dernier aux dépens des communaux appartenant aux habitants
204. De Champflour-Loradour (Clermont, 23 Nivôse An III) : demande d'aide pour sa radiation de la liste des émigrés
205. D'un reclus à Saint-Joseph (9 Pluviôse An III) : "Avec un quart de pain, il n'est pas possible de vivre"
206. De Guanilh (Murat, 17 Pluviôse An III), au citoyen Armand, maire de la commune d'Aurillac : "Je suis fâché de ne pouvoir remplir les vues de la commune d'Aurillac pour approvisionner son marché. Je sais que d'après la loi, le commerce du blé est libre, mais je crois aussi que, dans les circonstances présentes, il ne serait pas prudent à un particulier de la mettre en exécution. Dans un temps plus favorable, vous pourrez disposer de mes services"
208. Lettre d'Armand au citoyen Delmas, homme de loi à Montsalvy (1er Germinal An III)
209-219. Lettres reçues par Armand (An III) ; 209. De Barral de Fontanges (Aurillac, II Germinal), "au citoyen maire de la commune d'Aurillac" : il demande un certificat de civisme pour 17 mois passés hors d'Aurillac à partir du 5 Décembre 1791, date de son départ pour Lyon, muni d'un passeport ; 210-212. De Bertrand (Paris, An III) ; 210. Le Comité de Sûreté générale pense qu'il n'y a pas lieu d'envoyer en ce moment un représentant du peuple dans le Cantal (20 Germinal) ; 213. Guillaume Besse, lieutenant à l'armée des flottes de Cherbourg et de Brest, demande des nouvelles de son père, Jean Besse, négociant à Aurillac, rue du Rieu (24 Germinal An III) ; 217. De Charmanière (Murat, 27 Juin 1795 vieux style, cachet de cire rouge) ; 218. De Géraud Beauclair (s.d.), en arrestation avec sa famille dans sa maison d'Aurillac : aperçu de sa vie politique, preuves de son civisme, "il est le premier qui a acquis des biens nationaux dont il a devancé les payements" ; 219. Enveloppe de la lettre ci-dessus, avec cachet de cire rouge
220. Brouillon d'une lettre d'Armand au représentant Musset en faveur de Géraud Beauclair, qui doit recouvrer une liberté "qu'il n'a jamais mérité de perdre" (s.d.)
221-224. Correspondance active et passive d'Armand (copies, une feuille double) ; 221. A son neveu (18 Messidor An III) : affaires diverses ; 223. Lettre signée Delzons (s.d.)
225. Copie d'un arrêté municipal aux termes duquel, vu le certificat de deux officiers de santé, il sera délivré à Armand, maire d'Aurillac, un passeport pour se rendre au Mont-Dore (22 Messidor An III)
226. Procès-verbal d'une délibération de la municipalité de Saint-Pierre-le-Moûtier (Nièvre) relative à une plainte du député Armand, à qui des chevaux de poste avaient été refusés pour continuer sa route (8 Brumaire An IV, cachet de cire de la municipalité)
227-233. Lettres reçues par Armand (An IV) ; 227. Lettre non signée (Gaillac, 18 Floréal) : "Ces pauvres mandats (les "mandats territoriaux", nouvelle espèce d'assignats) sont morts avant d'être nés, nous ne les connaissons pas encore dans ce pays-ci..., tout s'y fait en argent ; à la vérité personne n'ose ni vendre ni acheter tant on a peur d'être attrapé... Depuis quelques jours le temps est fort variable ; le 1er de mai le pays fut couvert de neige..." ; 228. Copie d'une lettre de Dolivier relative à un complot formé à Aurillac par une "bande de brigands à la tête desquels sont Hébrard et Boudier (aîné)" et à une pétition "qu'ils doivent adresser au Directoire et au Ministre, dans laquelle ils prétendent que l'administration (du département) n'est composée que de chouans..." (Aurillac, 19 Floréal An IV). Brouillon de la réponse d'Armand au verso (6 Prairial) ; 229. De Vanel fils aîné, sur le même sujet (Aurillac, 27 Floréal) : "Fouché de Nantes a passé ici il y a à peu près quinze jours, on dit qu'il vit Hébrard et quelques autres amnistiés..." ; 230. De Guitard, sur le même sujet (Aurillac, 28 Floréal) ; 231-232. De Jalenque (1er et 12 Prairial, Maurs ?) : sur la situation politique à Montauban, Figeac, Aurillac, Maurs ; 233. Lettre non signée (Aurillac, 5 Prairial) : objets divers : situation politique, passage de Fouché à Maurs, vente des biens nationaux, etc.
234. Brouillon d'une lettre d'Armand concernant une pétition de la commune d'Aurillac relative à l'emplacement des tribunaux civil et criminel du département du Cantal (28 Ventôse An IV)
235-244. Lettres reçues par Armand (An VII-An VIII) ; 235-237. De la Dame Pommereval-Beauclair (Aurillac, An VII) ; 238. De son ancien confrère Meymat (Aurillac, 12 Germinal An VII) : il vient d'acheter "la maison et le jardin de la tour au fond du Gravier" ; 239. De son ami Desaurières (Maurs, 18 Thermidor An VII) ; 242. De son concitoyen Prax (Aurillac, 7 Floréal An VIII) ; 243-244. De Saint-Martial de Conros (s. d., An VIII)
245-246. Notes de la main d'Armand relativement aux biens et aux dettes de Saint-Martial de Conros (s.d.)
247-255. Copies de lettres relatives à l'inscription sur la liste de notabilités du département du citoyen Armand, nommé juge au tribunal d'appel de Riom (copie de l'ordonnance de nomination du 28 Floréal An VIII), domicilié à Aurillac (An VIII-An X, Archives nationales)
256-258. Lettres reçues par Armand (An IX) ; 257-258. De son ancien collègue Duclaux (Mauriac, cachets de cire rouge)
259-263. Lettres d'Armand (An VIII-An XII) ; 259. A Guitard, homme de loi, officier municipal à Aurillac (Paris, 15 Ventôse An VIII) ; 260. A son neveu Chevalier, capitaine de la gendarmerie du Cantal, à Aurillac (Riom, 14 Messidor An IX)
264-277. Lettres reçues par Armand (An X-An XIII) ; 264-266. Billets et lettre de la mairie de Riom invitant Armand à loger deux militaires ou à participer à une souscription (Ventôse An X) ; 269. Liste de fournitures vendues à Armand, notamment des tissus, avec les prix (An XI) ; 271-275. De Brieude, médecin (Paris, An XII) : lettres d'affaires
278. Brouillon d'une lettre d'Armand : il sollicite la Légion d'honneur, sa carrière
279-282. Lettres reçues par Armand (1806-1810) ; 279. De son confrère Falvelly (9 Avril 1806) : affaire de la dame de Lestrade, fille de feu Boissou, avocat au Parlement de Paris, originaire de Marcolès, contre la dame de Rivo, de Vic, ou la dame Vachon, sa fille ; 280. De son parent Farradèche, magistrat de sûreté au tribunal de Murat (19 Octobre 1806) : demande de recommandation ; 281. De son ami et ancien collègue, le député Pénières (Valette (Corrèze), 16 Juillet 1808) : au sujet d'un jugement, contesté, du tribunal d'Aurillac ; 282. De son neveu Chevalier (Mauriac, 8 Novembre 18l0) ; Affaires diverses (biens d'Armand) ; Sur le nouveau préfet, le baron de Lachadenède, arrivé à Aurillac la veille de la Toussaint : "La noblesse, dit-on, lui a donné à dîner chez M. Lacamp et tous les émigrés s'empressent de lui aller faire leurs cours, ayant été leur confrère..." ; "On fait afficher à Aurillac et à Mauriac des listes contre les prétendus marchands de conscrits dans lesquelles M. Lalo est compris, il s'en est plaint au magistrat de sûreté..."
283-286. "Discours prononcé par M. Guitard. substitut du procureur impérial près le tribunal de 1ère instance de l'arrondissement d'Aurillac, le 22 Mai 1811, à l'installation de ce tribunal par M. Armand, conseiller de la Cour impériale de Riom, nommé commissaire à cet effet par arrêt du 11 Mai" (copie d'imprimé) : sur la justice révolutionnaire et sur la nouvelle organisation judiciaire depuis le 18 Brumaire
287. Procédure : notes sur un jugement prononcé contre Armand, et duquel il fit appel, relativement à l'accusation qu'il porta contre François Flour d'être l'Individu qui l'avait chargé de coups de bâton, le 8 Septembre 1811, "au point que sa vie a couru les plus grands dangers et que sa santé n'en est pas encore rétablie" (Mars-Mai 1812)
288. Extrait de décès d'Armand (27 Juin 1812, copie)
289. Notice nécrologique ("Bulletin administratif, judiciaire et politique du département du Cantal", n° 31-1er Août 1812, p. 307-308)
290-296. Famille d'Armand ; 290. Note sur les Cassière au XVIIème siècle ; 291-296. Notes et documents sur les Armand (1722-1847)
297-318. Papiers Armand : divers ; 297. Frais des provisions de l'office de trésorier de France à Riom (s.d.) ; 298. Pièce de procédure intéressant le sieur Veyssier, marchand à Pleaux (1782, 7 pages) ; 301. Carte d'entrée à l'Assemblée Nationale, tribune des suppléants, valable pour une personne ; 302. Billet écrit au dos d'une carte à jouer (s.d.) ; 303-305. Cartes de commerçants à Paris ; 306. Menu de banquet à Paris, "Au Ambigu", avec prix (s.d.) ; 307-309. Cartes d'entreprises de roulage et de messageries à Paris ; 310. Itinéraire tarifé d'Orléans à Auxerre et d'Auxerre à Autun (1792 ?) ; 311, Liste de livres "au rabais" chez un libraire de Paris (31 Décembre 1792, indication des prix) ; 312. Liste de livres à vendre chez les citoyens Lapeire à Aurillac (peut-être 1792) ; 313-318. Listes des membres des tribunaux du Cantal et du Puy-de-Dôme (s.d.) ; 313. Saint-Flour, Aurillac ; 314. Murat, Mauriac ; 315-316. Riom (Le nom d'Armand y figure) ; 316. Clermont-Ferrand ; 317. Issoire, Thiers ; 318. Ambert.

Identifiant de l'unité documentaire :

27 J 193

Inventaire d'archives :

Description physique :

Description physique: Notes et correspondance originale

Personne :

Delmas, Jean (érudit), Prax, Louis XVI (roi de France ; 1754-1793), Coffinhal, Joseph, Hebrard, Pierre (député du Cantal), Musset, J.-M. (représentant en mission), Dolivier, François-Marie (administrateur du département), Guitard, Chevalier-Dufau, Joachim-Nicolas (comnandant de la gendarmerie du Cantal), Armand, François (député du Cantal), Boudier (lieutenant de gendarmerie), Chanpanet (traiteur à Aurillac), Guitard, Antoine-Joseph (député, préfet du Cantal), Lalo, Henri (médecin, sous-préfet), Brieude, Jean-Joseph (médecin), Bertrand, Antoine (député du Cantal), Lignerac, Robert de (duc de Caylus ; député du Cantal), Sabatier de Lachadenède, Paul-Joseph-Jean-Baptiste (préfet du Cantal), Duclaux, Paulin (maire de Mauriac, député du Cantal), Peuvergne, Guillaume (député du Cantal), Jalenques, Benoît (maire de Maurs, député du Cantal), Delzons, Vacher de Tournemire, Jean-Baptiste, Falvelly (avocat), Andurand, Anglard de Bassignac (d'), Barral de Fontanges, Barruel (abbé de), Beauclair, Géraud, Beaulieu, Beaumarchais, Pierre-Augustin Caron de, Besse, Besse, Guillaume (lieutenant de vaisseau), Besse, Jean (négociant à Aurillac), Boissou, Broquin (maire de Saignes), Cassiere, Anne-Amable, Chablat (curé de Saint-Martin-Cantalès), Champflour-Loradour, de, Charmanière, Boschatel (curé de Saint-Genès en Gironde), Combelle (prieur d'Allanche), Combette (prieur de Landeyrat), Courbebaisse (vétérinaire à Aurillac), Delmas (homme de loi à Montsalvy), Desaurière, Drappeau (professeur au Collège d'Aurillac), Duclos, Duclos d'Entremont (lieutenant-criminel à Vic), Chauvel, Falvelly, Farradèche (magistrat à Murat), Flour, François, Fouche, Joseph (conventionnel), Guanilh, Lacamp, Lapeire, Lapeyre, Antoine (avocat au présidial d'Aurillac), Lapeyre de Saint-Martin (procureur du Roi en l'Election d'Aurillac), La Roche-Lambert (émigré), Lastic de Pradt, Lescure, Lestrade, Louis XV (roi de France ; 1710-1774), Marduel (curé et maire d'Airaines dans la Somme), Marduel (curé à Paris), Maurepas, de (ministre de Louis XVI), Meymat, Malaret (ami du député Armand), Molinier (avoué près la Cour de cassation), Parieu-Puechmège, C., Penières (député), Peyrac-Jugeal, Pipy, Jacques (marchand d'Aurillac), Pommereval-Beauclair, Prades, Recolene, Rivo, de, Roquemaurel, Rousselot (commis de la Marine à Cherbourg), Saint-Martial, de (prieur de Drugeac), Saint-Martial de Conros, Saluces, de, Serieys, Teillard-Crespones, Tournadre (avocat du Roi, Clermont-Ferrand), Trudaine (intendant des finances), Truel (mandataire du député Armand à Aurillac), Vachon, de, Vanel, Verdier du Barra, Veyssier (marchand à Pleaux)