Événement : "Tout est perdu, la Bastille est au pouvoir des Parisiens"

La prise de la Bastille à travers les archives
Illustration de la prise de la Bastille

Le 14 juillet 1789, des émeutiers s'emparent de la Bastille, une forteresse royale construite au XIVe siècle pour protéger l'entrée orientale de Paris et devenue prison d'État sous Louis XI. L'espoir suscité par la convocation des États-Généraux a laissé place à l'inquiétude, entretenue par la rumeur "d'un complot aristocratique" contre l'Assemblée nationale, la présence de troupes autour de la ville, la crainte d'une disette et l'augmentation exceptionnelle des prix du pain. Le renvoi le 11 juillet par Louis XVI de son très apprécié ministre des Finances Necker cristallise le mécontentement : des échauffourées ont lieu aux barrières de l'octroi, des manifestants défilent dans Paris, une "municipalité insurrectionnelle" se forme et se dote d'une milice. Il faut des armes : les Invalides, qui en stockent, sont pillés, mais la poudre et les balles sont à la Bastille. La foule s'y précipite, demande la livraison de l'arsenal à  son gouverneur, le marquis de Launay, et le retrait des canons pointés vers la rue Saint-Antoine. Obéissant aux ordres, de Launay s'y oppose, mais des insurgés pénètrent dans l'enceinte et attaquent la garnison : en fin d'après-midi, il doit se rendre.

 

"Tout est perdu, la Bastille est au pouvoir des Parisiens" :
copie d'une lettre de Marie-Antoinette à sa favorite la princesse de
Lamballe, 14 juillet 1789

 

Les armes et les munitions prises, les prisonniers sont libérés et portés en triomphe. Ceux-là - quatre faux-monnayeurs, deux fous et un libertin - sont anonymes, mais ont été enfermés à la Bastille des personnages beaucoup plus célèbres, comme Bernard Palissy, Fouquet ou Voltaire. Une grande variété de prisonniers s'y sont succédés, nobles et roturiers, coupables de crimes politiques, religieux ou ordinaires, pamphlétaires, voleurs, escrocs, empoisonneurs, protestants ou jansénistes, mis au secret par une lettre de cachet, un mandement royal ou un ordre du lieutenant général de police. Pour les plus fortunés, les conditions de détention sont moins dures que dans les autres prisons parisiennes : le marquis de Sade fait retapisser sa cellule à son goût et reçoit sa femme, on joue aux cartes et on y mange très bien pour 10 livres par jour, mais d'autres croupissent dans des cachots humides. Certains bénéficient d'une permission de sortie ou sont libérés et peuvent même obtenir une pension royale à condition de garder le silence sur leur séjour dans la forteresse. Néanmoins, la publication dès la fin du règne de Louis XIV de Mémoires d'anciens détenus commence à forger le mythe de la Bastille, "enfer des vivants", alimenté par l'emprisonnement des convulsionnaires défendus par les Parisiens et les représentations littéraires qu'en font les philosophes des Lumières : le 14 juillet 1789, la Bastille est le symbole à abattre de l'arbitraire et du despotisme.

Clés des cachots de la Bastille
Archives nationales, AE/VIm/10


Les insurgés la saccagent et la pillent : ses archives et celles du lieutenant général de police, les documents saisis lors des procédures judiciaires, sont déversées dans les fossés, dispersées, volées et pour certaines, brulées. L'attaché à l'ambassade de Russie en ramasse des paquets et les fait transporter jusqu'à Saint-Petersbourg où elles sont encore conservées à la Bibliothèque nationale ; Beaumarchais, témoin de la scène, en récupère également. La nouvelle municipalité parisienne, qui envisage un futur procès contre la royauté, appelle néanmoins très vite à leur récupération et arrive à rassembler 600 000 pièces, qui constituent aujourd'hui le fonds des Archives de la Bastille conservé par la Bibliothèque nationale de France.

Plan de la Bastille levé avant la démolition par Pierre-François Palloy

 

Arrêté du 16 juillet 1789 ordonnant la démolition de la Bastille
Archives nationales, AE/II/1111


Sa destruction est ordonnée le 16 juillet, mais les travaux ont commencé la veille, un entrepreneur de travaux publics, Pierre-François Palloy, en ayant pris l'initiative. Les matériaux de démolition servent à des constructions diverses, comme celles du pont de la Concorde ou de la maison particulière de Palloy, et un bal est organisé au milieu des ruines le 14 juillet suivant pour la Fête de la Fédération. Le chantier, qui emploie quotidiennement près de 700 hommes, s'achève le 21 mai 1791 ; entre-temps, l'entrepreneur a eu l'idée astucieuse de fabriquer des objets-souvenirs à partir de certaines des pierres récupérées des "cachots", comme celle exposée par la mairie de Pontoise, ou en y façonnant des maquettes de la forteresse qu'il adresse à chacun des départements par le biais d'un groupe d'une soixantaine de ses fidèles, "Les Apôtres de la Liberté". L'une d'elles, offerte à l'Assemblé nationale en 1790, est conservée au musée de Archives nationales, d'autres par certains services d'archives départementales. Les assaillants, "Les Vainqueurs de la Bastille", deviennent le jour même de la chute de la forteresse des figures héroïques de la Révolution : tels des anciens combattants, ils obtiennent, ainsi que leurs veuves, médailles et gratifications, se voient dotés d'un uniforme et participent aux fêtes civiques pendant lesquelles ils distribuent des rubans.

Diplôme de Vainqueur de la Bastille décerné par la Commission
des Vainqueurs de la Bastille, 1790
Archives nationales, AE/II/3641

La disparition de l'édifice libère un espace considérable dont l'aménagement donne lieu à divers projets dès 1789 : il s'agit d'inscrire dans la durée le symbole de la victoire contre le despotisme qu'est devenue la prise de la Bastille. Tous proposent l'agencement d'une place sur l'emplacement même de la prison et l'érection d'une colonne centrale, puis d'un "monument consacré à la Liberté" après une loi votée par l'Assemblée nationale en 1792. Aucun n'est mis en oeuvre et le premier anniversaire de la chute de la royauté le 10 août 1793 se célèbre parmi les ruines ; ce n'est que sous l'Empire que débutera l'aménagement de l'espace laissé par la Bastille.

 

En 1880, les députés de la IIIe République sont appelés à choisir une date "glorieuse" comme fête nationale. Le régime se proclamant héritier de la Révolution française, plusieurs grandes journées emblématiques leur sont proposées, mais le 14 juillet 1789 semble être le plus consensuel aux différents courants qui composent la majorité. Le 6 juillet de la même année, la loi est votée : l'anniversaire de la prise de la Bastille devient, avec celui de la Fête de la Fédération, la fête nationale de la République française.