Événement : Les archives du crime en Lot-et-Garonne - 1800-1958

Exposition du 18 novembre 2019 au 31 mars 2020

Fruit d'un partenariat avec l'ENAP (École Nationale d’Administration Pénitentiaire), cette exposition prend le parti de rouvrir les dossiers de la cours d'assises d'Agen conservés aux Archives départementales de Lot-et-Garonne pour présenter une vingtaine d'affaires qui ont défrayé la chronique aux quatre coins du département.

Son premier propos est de « donner à voir » concrètement le travail patient – et parfois difficile – de la justice à travers les affaires en présentant les éléments visuels fournis par les dossiers : photos, reconstitutions de scènes de crime, pièces à conviction, témoignages, expertises… Ces documents, qui figurent ici sous forme d’originaux ou de reproductions, sont placés en vis-à-vis du récit et du déroulé de chaque affaire.

L’exposition explore 3 axes :

- Le temps de l’enquête et de l’instruction judiciaire, avec la progression des techniques d’enquête pour la recherche des coupables : anthropométrie, empreintes digitales, expertises balistiques, premières expertises psychiatriques ;

- Le temps du procès et du verdict, avec ses débats contradictoires, ses retournements – le jury d’assises est alors entièrement composé de citoyens, sans la présence de magistrats professionnels – la couverture médiatique et la relation avec le public ;

- Le temps de la peine, à une période où existent encore les travaux forcés et la peine de mort, tout en présentant les efforts précurseurs d’Armand Fallières, président de la République (1906-1913) originaire de Mézin, en faveur de l’abolition de la peine de mort.

Les affaires présentées se répartissent entre 1800 et 1954, à la veille de la réforme judiciaire de 1958, qui correspond également aux débuts de la Ve République. Elles sont tantôt spectaculaires, tantôt représentatives de situations plus ordinaires. Elles sont rapidement replacées dans leur contexte historique et institutionnel. Quand la nature de l’affaire le commande, elles font l’objet d’une bulle qui approfondit un point particulier : les femmes condamnées à mort, les bagnes, les mineurs condamnés (colonie pénitentiaire d’Eysses), les tribunaux d’exception sous le régime de Vichy…