Contenu éditorial simple : Pierres de Mémoire

Une publication des Archives municipales de Dunkerque, 2018, 43 pages

 

La fin des hostilités en 1918 ouvrit la longue période de deuil pendant laquelle les communes purent enfin mesurer les conséquences de la Grande Guerre : 1 500 noms dans le Cénotaphe de Dunkerque, 481 à Rosendaël, 395 à Saint-Pol-sur-Mer, 220 à Malo, 215 à Petite-Synthe, 72 à Fort-Mardyck… Et des territoires bombar­dés, ravagés, truffés de vestiges d’armement toujours mortels pour nombre d’entre eux. La face du monde était changée, comme l’étaient toutes les familles avec leurs veuves, leurs amputés, leurs absents.

Alors on accueillit les restes des « enfants » partis défendre la Patrie et des monuments pour en honorer le sacrifice et partager l’histoire. Ainsi Malo établit-elle un dépositoire à la fin de 1920 pour répondre au besoin du retour des corps au pays natal ; Rosendaël érigea-t-elle dès 1921 un monument en place publique, comme le firent successivement Saint-Pol-sur-Mer, Dunkerque, Petite-Synthe en 1923 puis Fort-Mardyck en 1925.

Mais l’hommage public et la nécessité de mémoire, loin de clore ainsi l’événement, cristallisèrent au contraire sur cette guerre un besoin de redire chaque 11 novembre et à la faveur de toute opportunité unissant la société dans le souvenir de ses blessures. Depuis 1918, toutes les décennies ont rappelé cette souffrance « fondatrice » par l’érection de nouveaux monuments, l’apposition de multiples marbres. On célébra ainsi Guynemer en 1934, en 1957, en 1989 et encore en 2017 ; la Nécropole Nationale de Dunkerque fut créée en 1960 lors du rapatriement des dépouilles allemandes du cimetière vers leur pays ; on restaura le monument des fusiliers marins en 1954, 1988 et 2017 ; on rénova celui de Fort-Mardyck en 1998…

Aussi ces Pierres demeurent-elles très présentes dans notre environnement. Dans tous les secteurs du Dunkerquois, monuments, carrés, espaces dédiés, plaques commémoratives ponctuent le théâtre de nos vies d’une marque du souvenir de la Première Guerre mondiale.

 

Références complètes de l'ouvrage