Contenu éditorial simple : Les cahiers de doléances des pays de l'Oise en 1789. Bailliage de Beauvais, fascicule 1

Une publication des Archives départementales de l'Oise, 1997, 321 pages

 

Cette édition des cahiers de doléances du bailliage de Beauvais constitue le second élément d'un ensemble qui comprendra les textes intégraux, inédits ou non, « rédigés dans les assemblées de bailliage, de paroisses, de corps ety communautés laïques ou ecclésiastiques, voire par de simples particuliers, à l'occasion de la convocation des Etats généraux de 1789 dans les lieux compris aujourd'hui dans le département de l'Oise ou dépendant d'un bailliage dont le chef-lieu en relève aujourd'hui ».

Le ressort de ce bailliage électoral, qui n'a rien de commun avec l'institution judiciaire du même nom, étant moins compliqué et moins paradoxal que la plupart des autres. S'il était « mité » par une trentaine de paroisses rattachées à Clermont ou, du moins, revendiquées par lui, il ne possédait qu'une enclave, celle de Jouy-le-Comte, à l'intérieur du baillaige de Pontoise. Ses paroisses dépendaient pour la plus grande partie de la généralité de Paris, élection de Beauvais, et pour Jouy-le-Comte, de celle de Pontoise. Vingt-deux paroisses relevaient de la généralité d'Amiens, élection de Montdidier, et Viefvillers de celle d'Amiens. Songeons, enfin, était mi-partie entre Beauvais et les Andelys (généralité de Rouen) et Luchy entre Beauvais et Montdidier.

Sur les 140 paroisses convoquées à Beauvais, deux seulement ne répondirent pas (Angy et Maisoncelle-Tuilerie). Dix cahiers ont disparu. En revanche, Novillers et Sénéfontaine rédigèrent leur propre cahier, bien que n'ayant pas été convoqués. Il faut ajouter à ces 130 cahiers ceux de la corporation des officiers du bailliage et siège présidial, des chapitres Saint-Barthélémy de Beauvais et Saint-Pierre de Gerberoy et celui du curé de Blancourt. Ces cahiers ont été édités dans le présent fascicule et dans le fascule 2, paru en 1998.

 

Références complètes de l'ouvrage