Contenu éditorial simple : 1914-1918, l’école et la guerre en Charente-Maritime

Une publication des Archives départementales de la Charente, 2014, 52 pages

 

À l’annonce de la guerre, au lendemain de l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand à Sarajevo le 28 juin 1914, l’ensemble de la population est mobilisé.

À l’arrière comme sur le front, les Français sont sollicités par la Nation pour soutenir l’effort de guerre. Entre 1914 et 1918, 13 000 Charentais sont morts pour la France. On demande aux enfants de participer aux emprunts nationaux et de faire participer leur famille pour contribuer à la victoire. On invite très vivement les instituteurs à mobiliser les jeunes esprits qu’ils ont le devoir de former. L’État se bat sur tous les fronts.

À l’occasion du Centenaire de la Grande Guerre, les traces de cette mobilisation active de l’Instruction publique et des enfants en Charente ont été recherchées au sein des archives conservées par le département.

L’école, berceau des jeunes républicains que Jules Ferry a voulu former au début des années 1880, va tenir une place centrale dans l’organisation de cette mobilisation. Les instituteurs et les élèves deviennent des outils dans la main de l’État qui orchestre une propagande destinée à fédérer la population et à soutenir le moral des soldats pendant la Première Guerre mondiale

Cette publication peut être téléchargée sous format numérique.