Contenu éditorial simple : De la Doire à la Durance. Trois siècles de frontière dans les Alpes

Une publication des Archives départementales des Hautes-Alpes, 2013, 42 pages

 

De la ville d’Utrecht aux Pays-Bas, vous ne connaissez peut-être que peu de choses. C’est pourtant là que le 11 avril 1713 s’est joué le sort de quelque 50 000 Briançonnais, brutalement séparés par une petite clause au sein d’un traité fleuve. Au XVIIIe siècle, lorsque l’Europe s’enflamme c’est déjà le monde qui tremble. Au gré des alliances, la guerre est portée partout, sur terre, sur mer et dans les colonies du nouveau monde. La paix entérine donc toujours un nouvel ordre européen, si ce n’est mondial.

Que représente ce petit bout des Alpes à l’aune d’un traité dont les répercussions vont jusqu’outre-Atlantique ? Peu de choses évidemment. En 1713, la paix étant à ce prix, le roi de France abandonne donc au duc de Savoie cette moitié du Briançonnais qui s’étendait au-delà des « eaux pendantes » des Alpes, et quelque 25 000 de ses sujets. Cette nouvelle frontière met fin à plusieurs siècles d’histoire commune, et crée une barrière invisible entre des hommes jusque là habitués à vivre ensemble de part et d’autre du Montgenèvre.

Trois siècles après, cette publication rappelle cet événement. Elle évoque les faits eux-mêmes et dresse le portrait de ce nouveau Briançonnais, coupé de la moitié de lui-même. Tout ne s’est pas arrêté avec la frontière et les hommes ont gardé certains de leurs anciens liens. S’ils se sont estompés avec le temps, voici peut-être venu le temps de les raviver en transformant cette frontière militaire en une « frontière de la paix ».

 

Retrouvez les inventaires des Archives départementales des Hautes-Alpes