Contenu éditorial simple : Vos papiers SVP ! Identités de papier dans les Basses-Alpes de 1789 à 1944

Une publication des Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, 2012, 64 pages

 

Vraisemblablement commun, assurément familier, le sujet des papiers d'identité demeure un sujet finalement vaste. Il est proposé, ici, une réflexion et une présentation de sources autour des papiers d'identité en France, entre 1789 et 1944, la Révolution et la Libération.

L'exposition dont cet ouvrage constitue le catalogue revient sur leur usage, leur typologie, l'evolution de leurs formes et de leurs couleurs pendant presque deux siècles. Au-delà d'une perspective historique, elle rappelle que la question des papiers renvoie à la relation à l'autre, à la communauté, à un groupe ou juste à la filiation généalogique : conscrits, nomades, ouvriers, juifs, résistants, étrangers, criminels, fils ou fille de.

Les techniques de production utilisées sont mises en valeur telle l'apparition de la photographie normalisée, ou méthode Bertillon, la prise d'empreintes ou dactyloscopie mais aussi l'utilisation de papier spécial, de filigranes inalhérables, de tampons, etc. L'exposition marque aussi la distinction entre les papiers détenus par les individus et ceux détenus par les administrations, les fichiers, et aussi entre les papiers officiels et ceux qui relèvent du trafic, les faux papiers.

Elle est aussi l'occasion de rappeler que la carte d'identité française utilisée aujourd'hui a été créée en 1940 pendant la Deuxième Guerre mondiale par le régime de Vichy, bien après la carte d'identité des étrangers circulant en France, mise en service en 1917, pendant la Grande Guerre.

Cette histoire est évoquée à partir de sources essentiellement administratives, et notamment préfectorales. La plupart des documents ont été extraits de dossiers nominatifs d'instruction de demandes, ou relatifs à des rejets (dénaturalisation, expulsion, etc.), voire à des condamnations... S'y côtoient vrais et faux papiers, vraies et fausses identités, honnêtes gens et imposteurs, escrocs et délinquants, sans que, selon le contexte historique, les détenteurs de fausses identités et de faux papiers aient toujours été malhonnêtes ou criminels.

 

Table des matières :

De la Révolution de 1789 à la fin du XIXe siècle

1912 : le carnet anthropométrique des nomades

La Première Guerre mondiale

L'entre-deux guerres et la question des étrangers

La surveillance des frontières

La Seconde Guerre mondiale et le régime de Vichy

 

Références complètes de l'ouvrage