Contenu éditorial simple : Les maisons d’école, XIXe-XXIe siècle

Une publication des Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, 2013, 63 pages

 

Ce sont les hommes du XIXe siècle qui ont inventé l’école ! Une école laïque, gratuite et obligatoire ! Un formidable effort a alors été engagé afin de scolariser les enfants des villes et des campagnes – les garçons d’abord, les filles ensuite – afin de leur apprendre à lire, écrire, compter, connaître des rudiments d’histoire, de géographie, de sciences…

Cette scolarisation de plus en plus massive des enfants s’est traduite par la construction de centaines de « maisons d’école » – dont l’histoire est racontée dans cette publication –, en ville, dans les bourgs et jusque dans les hameaux les plus retirés, car, durant cette longue période, c’est l’école qui allait au-devant des enfants !

L'aménagement des anciennes écoles, ou la construction de nouvelles, doit son impulsion, dans les années 1830, à la loi Guizot et se poursuit au rythme des mesures législatives en faveur de l'instruction (on ne dit pas encore éducation) primaire. C'est une loi de 1878 qui oblige les communes à détenir un bâtiment d'école et donc, bien souvent, à le construire : une impulsion décisive est alors données aux constructions. Mais ce sont les lois de Jules Ferry des années 1881-1882 qui entraînent l'effort sans précédent de l'Etat et des communes en faveur de la construction des maisons d'école. Parallèlement, une réflexion sur l'architecture, avec la prise en compte de préoccupations hygiénistes, est engagée. Néanmoins, l'école nouvelle est souvent l'ancienne école sommairement restaurée.

Dans les Basses-Alpes, le processus de construction s'applique de manière singulière parce que le département est pauvre, à cheval entre la Provence et les Alpes, étendu (695 684 hectares en 1899) et accidenté, faiblement peuplé (près de 150 000 habitants en 1856 et 255 communes), présentant un habitat inégalement réparti et dispersé, touché en outre par un fort mouvement d'exode rural à partir des années 1840.

 

Références complètes de l’ouvrage