Contenu éditorial simple : Correspondances dévoilées. D’un millénaire à l’autre

Une publication des Archives départementales des Deux-Sèvres, 2012, 83 pages

 

La correspondance est une pratique ancienne. Malgré un aspect souvent normatif (sceau, signature), elle constitue le vecteur des émotions et, par conséquent, une trace de la personne qui écrit, voire ce qui permet de découvrir un aspect méconnu de sa personnalité ; la lettre a souvent été une source d’inspiration pour les artistes et demeure en même temps irremplaçable pour les historiens.

La lettre est avant tout un outil d’échange, devenu incontournable à partir du XIXe siècle avec les progrès de l’instruction et l’arrivée des facteurs dans les campagnes, des Deux-Sèvres comme des autres départements français.

Durant une guerre, la lettre est souvent le seul lien privilégié avec les familles, permettant aux soldats de garder le moral, même si la censure limite les échanges. Une lettre d’amour reste l’expression de l’intimité de l’auteur. Elle peut également servir, parfois, de preuve judiciaire, dans les cas de « crimes passionnels ». L’histoire française compte ainsi plusieurs affaires célèbres de dénonciation par lettre anonyme.

Les Archives départementales conservent un grand nombre de documents de cet ordre, du Moyen Âge à nos jours. C’est la variété de ces documents, dans la forme et le contenu, qui est ici présentée.