Contenu éditorial simple : Delcassé et l’Europe à la veille de la Grande Guerre. Actes du colloque tenu à Foix du 23 au 25 octobre 1998

Une publication des Archives départementales de l’Ariège, 2001, 415 pages

 

« Depuis Bismarck, nul n’avait eu sur les événements de l’Europe une influence égale à celle de Delcassé », jugement péremptoire d’Abel Ferry extrait de ses Carnets secrets et daté du 30 juillet 1914. La Première Guerre mondiale est déjà en marche et toute la politique de Théophile Delcassé sera désormais jugée sur la capacité de résistance de la France et de ses Alliés précipités dans le cataclysme.

Une politique à laquelle le député de l’Ariège travaillait depuis près d’un quart de siècle pour refaire une France forte, « tâche sacrée que Gambetta avait entreprise » (octobre 1885). Objectif redoutable en ces temps de paix armée menacée de ruptures par l’exacerbation des nationalismes. Renforcer l’alliance franco-russe, favoriser le rapprochement avec l’Italie, réussir l’Entente cordiale avec l’Angleterre, préparer la Triple Entente, assurément l’œuvre diplomatique de Delcassé fut immense. Un « système Delcassé » après le « système Bismarck » ?

L’homme non plus n’est pas banal. Appelé aux plus hautes fonctions ministérielles, il n’en reste pas moins humble et conscient de ses responsabilités : « Je tremble de voir les intérêts de mon pays, que je voudrais si grand, compromis dans ma main. Je lui donne pourtant tout ce que j’ai de force, de volonté, d’intelligence, de dévouement, de tact, je fais tout ce que je peux. Mais cela ne suffit pas. Il faut réussir » (juillet 1898).

Le colloque de Foix apporte sans nul doute des éclairages nouveaux sur la politique extérieure de Théophile Delcassé, l’un des plus grand commis de la République aux questions internationales, lui qui n’a jamais revendiqué qu’un seul titre de reconnaissance « être un bon Français » (30 juillet 1911).

 

Table des matières :

  • Le Quai d'Orsay : quels moyens pour quelles actions ?

Les moyens du Quai d'Orsay au début du XXr siècle [par Jean-Claude ALLAIN]

Delcassé, les congrégations religieuses et le rayonnement international de la France [par Patrick CABANEL]

Delcassé et les colonies [par Danielle DOMERGUE-CLOAREC]

Camille Barrère, « ambassadeur d'Italie », et Delcassé [par Gilles FERRAGU]

Une stratégie française en Scandinavie ? [par Bertrand de LAFARGUE]

Delcassé et le Transpyrénéen, une affaire ariégeoise [par Claudine PAILHES]

  • Les forces politiques et les questions internationales de 1890 à 1914

Delcassé et le Parlement [par Pierre BARRAL]

Delcassé pendant la guerre de 1914 [par Jean-Jacques BECKER]

Delcassé vu par Jaurès [par Rémy PECH]

Doumergue et Delcassé ou le malentendu [par Jean RIVES]

La deuxième internationale et la politique étrangère de la France (1889-1914) [par Yves SANTAMARIA]

Delcassé et le parti radical [par Gérard BAAL]

  • Une certaine idée de la France et de l'Europe

La Dépêche de Toulouse et l'impérialisme britannique (de Fachoda à l'Entente cordiale) [par Rémy CAZALS]

Raymond Poincaré et Théophile Delcassé : histoire d'une relation politique [par François ROTH]

Delcassé et les relations franco-britanniques pendant les débuts de la guerre des Boers [par Pascal VENIER]

Delcassé et la Dépêche [par Henri LERNER]

Delcassé et la France vus par la rue de Grenelle (1898-1905) [par Marta PETRICIOLI]

La politique de Delcassé vue par Francis de Pressensé [par Rémi FABRE]

  • Après le système Bismarck, le système Delcassé

Après le « système Bismarck », un « système Delcassé » ? [par Louis CLAEYS]

Delcassé et l'Espagne [par Jean-Marc DELAUNAY]

Delcassé et l'Allemagne [par Pierre GUILLEN]

Forcing anti-français et idylle germano-vaticane des années 1890 à 1914 : le miroir colonial des missions [par Annie LACROIX-RIZ]

Théophile Delcassé et l'Italie [par Jean-Marie PALAYRET]

 

Références complètes de l’ouvrage