Contenu éditorial simple : Carpe diem. Le son du silence

Une publication des Archives départementales de la Côte-d’Or, 2017, 59 pages

 

En 2017, les  Archives départementales de la Côte-d’Or présentaient la série de tableaux que Raphaëlle Jouffroy avait consacré aux carpes koï, dans une exposition intitulée de façon humoristique « Carpe diem ». Toute la vie de Raphaëlle Jouffroy est portée par l’immense bonheur que lui procure la couleur. Depuis 30 ans, cette passion s’est immiscée dans tout ce qu’elle touche, de ses peintures à son poste de coloriste chez Hermès, en passant par le jardinage ou la photographie… Raphaëlle Jouffroy peint comme elle cuisine : avec ses papilles et sa tête ; c’est une artiste vivante et gourmande.

L’eau et les carpes Koï lui offrent en ce sens un champs d’expérimentation infini… taches vives ondulant dans l’eau, reflets et remous, eau vive, eau étale, transparente ou opaque, lumière crue du jour, clair de lune, soleil aux reflets chauds ou ridelles dues au vent glacé, fraîcheur du matin ou torpeur des carpes se dorant au soleil, petits poissons rouges frétillants ou grandes carpes lentes, carpes affleurant ou envasées, à peine visibles… tout est prétexte à peinture.

Les carpes Koï, comme un lointain désir de peinture, né dans un monastère au Japon et qui ne l’a jamais quittée. Symbole de l’impermanence en Asie et signe de reconnaissance des premiers chrétiens, le poisson est signe de vie et de profondeur, il parle d’un chemin initiatique, tout comme l’art peut être, lui-même, le chemin de toute une vie.

Cette publication peut être téléchargée sous format numérique.

 

Références complètes de l'ouvrage

Retrouvez les inventaires des Archives départementales de la Côte-d'Or