Article : L’esprit des Lumières en Anjou au XVIIIe siècle

Un dossier pédagogique des Archives départementales de Maine-et-Loire, 2020, 7 pages

 

La mort du roi Soleil, le 1er septembre 1715, inaugure le Siècle des Lumières en France. Héritiers de la pensée humaniste de la Renaissance, les écrivains-philosophes du XVIIIe siècle fondent sur la raison leur réflexion critique et proposent de nouvelles valeurs pour réformer la société, le pouvoir ou la religion. Un esprit de curiosité se développe dans tous les domaines. L’Anjou n’échappe pas à ce mouvement, mais connaît une situation contrastée, marquée par une économie principalement agricole. Sous l’influence des physiocrates, des expérimentations sont réalisées, qui restent limitées : culture de la pomme de terre, plantation de mûriers, élevage de vers à soie. Mais la démographie stagne sous l’effet des pénuries et des épidémies. Pour autant, l’esprit des Lumières se manifeste à travers les élites. La bourgeoisie urbaine et la noblesse terrienne se passionnent pour les idées nouvelles. Elles s’enthousiasment pour les progrès scientifiques, lisent les journaux, fréquentent les librairies, enrichissent leur propre bibliothèque ou assistent à des représentations théâtrales.

Cette publication peut être téléchargée sous format numérique.

 

Retrouvez les inventaires des Archives départementales de Maine-et-Loire