Article : La grève en Anjou : l’année 1893

Une publication des Archives départementales de Maine-et-Loire, 2021, 8 pages

 

L’année 1893 est marquée en Anjou, comme partout en France, par une vague de grèves ouvrières sans précédent. Après un long temps de conflits ouvriers épars et déstructurés, la légalisation de la grève en 1864 puis des syndicats en 1884 favorisent l’émergence du mouvement social ouvrier.

Au creux d’un cycle conjoncturel de la production industrielle en Europe, quatre grands secteurs prépondérants sont touchés en Anjou : le textile dans le Choletais, les ardoisières, les métiers de la chaussure et pour la première fois, les ouvriers des filatures et corderies de chanvre à Angers, qui se mobilisent massivement en mars-avril 1893 sur la question salariale.

L’administration préfectorale de Maine-et-Loire surveille, et intervient le cas échéant pour gérer le conflit, collectant et produisant des archives conséquentes : rapports de police, affiches syndicales, articles de presse, correspondances avec les patrons, bilans chiffrés journaliers, etc.

Représentatifs d’un syndicalisme de métier oscillant entre revendications factuelles et velléité de grève générale, les événements de mars-avril 1893 à Angers sont emblématiques de ces temps de « jeunesse de la grève » sous une République plus autoritaire que sociale.

 

Retrouvez les inventaires des Archives départementales de Maine-et-Loire