Article : La condition féminine au XIXe siècle en Anjou

Un dossier pédagogique des Archives départementales du Maine-et-Loire, 2021, 8 pages

 

« Les hommes naissent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune », ainsi commence la Déclaration des Droits de l'homme et du citoyen du 26 août 1789. Pour autant, en 1804, le Code civil promulgué par Napoléon Ier, légalise l'infériorité des femmes dans une société dominée par les hommes.

Placées sous l'autorité de leur père, puis celle de leur époux, les femmes du XIXe siècle ne bénéficient pas des mêmes conditions de vie selon leur origine sociale. Cantonnées à leur rôle d'épouse et de mère, les bourgeoises confient leurs enfants à des nourrices pour goûter les plaisirs de la vie mondaine. Besogneuses en campagne, paysannes et ouvrières travaillent quotidiennement et peinent pour répondre aux besoins du foyer.

L'accès à l'éducation généralisé, sous la Troisième République, conduit lentement les femmes sur le chemin de l'autonomie. À l'extérieur du foyer, les revendications sociales et égalitaires émergent et marquent les débuts d'un féminisme en devenir.

 

Retrouvez les inventaires des Archives départementales de Maine-et-Loire