Article : Le standard d’échange de données pour l’archivage (SEDA)

Le SEDA, un standard d’interopérabilité


Issu d’une collaboration lancée dès 2006 entre les Archives de France et l’ancienne Direction générale de la modernisation de l’État (DGME), le standard d’échange de données pour l’archivage (SEDA) vise à faciliter l’interopérabilité entre le système d’information d’un service d’archives et les systèmes d’information de ses partenaires dans le cadre de leurs échanges de données.

Le standard permet de modéliser les transactions (transfert, communication, élimination, modification et restitution) entre différents acteurs (service producteur, service versant, service d’archives et demandeur d’archives) dans le cadre de l’archivage. Il précise les types, l’ordre et la forme des messages échangés, définissant quelles métadonnées utiliser pour décrire, gérer et pérenniser l’information.

Plusieurs versions du standard ont été successivement publiées en mars 2006 (version 0.1), janvier 2010 (version 0.2), septembre 2012 (version 1.0) et décembre 2015 (version 2.0, conforme à la norme MEDONA). La dernière version publiée est la version 2.1, parue en juin 2018. Le standard et la documentation associée sont disponibles sur un site dédié.

Le standard, qui est autant archivistique que technique, s’inspire de normes existantes et des habitudes archivistiques utilisées dans les procédures papier. Si la description archivistique à plusieurs niveaux du SEDA est issue des normes ISAD-G / EAD, son modèle organisationnel adopte celui de la norme ISO 14721 (OAIS) et la préservation des informations techniques qu’il transporte emprunte les définitions au modèle PREMIS. Le SEDA est techniquement structuré en XML.

Les principes du SEDA reprennent largement les concepts métier tels que l’usage des bordereaux (versement, élimination), l’application du contrôle scientifique et technique (transaction de demande d’autorisation), la définition des acteurs ou l’apposition de règles de gestion (sorts finaux et communicabilité).

 

Du standard à la norme

 

En 2012, le Service interministériel des Archives de France a engagé auprès de l’AFNOR une démarche de normalisation du SEDA à partir de la version 1.0. Cette démarche normative était souhaitée tant par les services d’archives publics que les prestataires de tiers-archivage que par d’autres communautés (banques, éditeurs de coffres-forts numériques). Les travaux de normalisation ont abouti à la publication en janvier 2014 de la norme NF Z 44-022 « Modélisation des Échanges de DONnées pour l’Archivage » ou MEDONA. La version 2.0 du SEDA a permis de le rendre compatible à la norme MEDONA en décembre 2015.

Le processus de normalisation s’est poursuivi avec le portage de la norme MEDONA auprès de l’Organisation internationale de normalisation (ISO), afin de lui conférer une portée internationale. Cette initiative avait aussi pour objectif d’élargir le domaine d’application des archives à toute entité chargée d’assurer à terme la pérennisation d’objets numériques (musées, bibliothèques) et au secteur privé (retrait des spécificités du secteur public).

La norme ISO 20614 « Protocole d’échange de données pour l’interopérabilité et la préservation » (dite « DEPIP » pour Data exchange protocol for interoperability et preservation) a été publiée en novembre 2017.

2020, reprise des travaux

Les comités SEDA se sont arrêtés en 2018 après la publication de la version 2.1, mise à jour significative de la deuxième génération du standard. En 2019, les utilisations opérationnelles du SEDA ont fait émerger des points d’amélioration à cette version 2.1. L’édition 2020 du comité entend faire évoluer le standard pour répondre aux besoins exprimés. Vous trouverez dans cette section les différents compte-rendus de ses sessions. 

20200107_CR_Comité_SEDA.pdf

Pour en savoir plus

- C. Sibille-de Grimoüard, B. Nichèle, « Le Standard d’échange de données pour l’archivage (SEDA), un outil structurant pour l’archivage ». In : La Gazette des archives, n°240, 2015-4, pp. 153-164.

- C. Sibille-de Grimoüard, « D’un standard national d’échange de données pour l’archivage à un projet de norme ISO », publié le 6 avril 2018 sur le carnet « Modernisation et archives » des Archives de France.

- la page consacrée à l'outil SHERPA (Service HEbergé pour la Rédaction de Profils d'Archivage), mis à disposition par les Archives de France afin de rédiger des profils d'archivage conformes au SEDA dans toutes ses versions (0.2, 1.0, 2.0).