Jacques Amyot

Melun, 30 octobre 1513 - Auxerre, 6 février 1593

Né dans un milieu modeste, Jacques Amyot est éduqué par les bénédictins de l’abbaye des Saints-Pères, avant de gagner le collège de Navarre à Paris. Licencié en droit à Paris à 19 ans, il devient ensuite docteur en droit civil de l'université de Bourges, l’une des plus importantes d’Europe. Jacques Colin, abbé de Saint-Ambroix, lui obtient une place de précepteur chez le futur Garde des Sceaux et, parallèlement, grâce à Marguerite de Valois, il est nommé professeur de latin et de grec à l'université. Durant les dix ans de sa chaire, il traduit Les Ethiopiques d'Héliodore, ce qui lui vaut d'être récompensé par François Ier, lequel lui octroie le bénéfice de l'abbaye de Bellozane, en Normandie.

 

Il se rend alors à Venise et au Vatican pour étudier le texte de Plutarque. En 1547, sur l’invitation du roi, il commence la traduction des Vies parallèles des hommes illustres, dont la première édition date de 1559. Sur le chemin du retour, il est chargé d'une mission pour le concile de Trente. Rentré en France, il devient précepteur des fils d’Henri II. Le premier, Charles IX, le nommera Grand aumônier de France à son avènement en 1560 ; le second, Henri III, le fera commandeur de l'ordre du Saint-Esprit.

 

En 1570, Pie V le promeut évêque d'Auxerre, où il se consacre à la réfection de la cathédrale et toujours à ses traductions, dont celle du second gros « massif » plutarquien, Les œuvres morales et meslées, qui paraît, elle, en 1572, pour la première fois. Il aurait par ailleurs conseillé à l'aumônier d’Henri III de refuser l'absolution à l'assassin des Guises, dont on dit qu’il aurait pourtant approuvé le geste. Sa maison est pillée et il quitte pour un temps Auxerre, où il reviendra, pour y mourir en 1593.

 

Outre un Projet de l’éloquence royale, composé pour Henry III, non publié avant 1805, on lui doit donc les traductions du roman d’Héliodore (1547), des Sept livres des histoires de Diodore sicilien (1554), des Amours pastorales de Daphnis et Chloë de Longus (1559), et de l’œuvre de Plutarque. Son travail de philologue et de traducteur du grec, réalisé parfois à partir d’éditions antérieures et de manuscrits, est encore salué par les spécialistes. De plus, en vulgarisant ces textes en français, par adaptation des realia antiques à la vie moderne, il contribue à l’évolution du roman alors en constitution, comme il met à la disposition d’un large public les histoires grecques et romaines (des « vies » distinguées de l’Histoire), ainsi que, plus largement, la culture antique.

 

Ses ouvrages, pour certains, sont plusieurs fois réédités et influencent nombre d’écrivains du temps, dont Montaigne, qui en fait l’éloge dans le chapitre II.4 des Essais. Hors de France, en 1579, la traduction anglaise de Thomas North est réalisée sur la version française, et c’est probablement chez elle que Shakespeare trouve certains sujets de ses pièces. Le XVIIe siècle, quant à lui, fera du Plutarque d’Amyot l’un de ses livres de chevet, lu parfois à partir des « contrefaçons » du protestant Simon Goulart (pour les Œuvres morales), versions d’Amyot annotées et munies d’index. Par ailleurs, les auteurs de la période, dont Vaugelas, reconnaîtront dans la langue d’Amyot une étape importante dans la constitution du français classique.

 

Olivier Guerrier
professeur à l’université de Toulouse-Le Mirail membre honoraire de l’Institut Universitaire de France

 

Voir aussi Célébrations nationales 1993, p. 20


Programme des manifestations

Édition – Philatélie– Numismatique

Sylvie Leclech-Charton, Jacques Amyot dans ses œuvres et dans ses meubles (éditions commentées du règlement de l'Hôtel Dieu d'Auxerre (1579) et de l'inventaire après décès de Jacques Amyot, humaniste, grand aumônier de France, évêque d'Auxerre (1593)). Éditions du CTHF, 2013

 

les 20 et 21 avril 2013
Émission d'un timbre à l'effigie de Jacques Amyot (« mon timbre à moi ») lors de l'exposition philatélique
Lieu : Gymnase Lespiat, 72 boulevard de l’Almont – 77000 Melun

Manifestations

France

Ile-de-France

le 19 octobre 2013 – 16h ou 17h
Spectacle « scènes de la vie de Jacques Amyot »
Lieu : Amphithéâtre de l’Université de Melun

 

les 18 et 19 octobre 2013
Colloque International : « Jacques Amyot, une voix savante du XVIème siècle »
Programme détaillé
Lieu : Espace St-Jean, 26 place Saint-Jean – 77000 Melun
tél. : 01 64 52 10 95
et Archives départementales de Seine-et-Marne

le 18 octobre 2013 - 18 h
Inauguration de l'exposition : Jacques Amyot, un homme de coeur
Lieu : Musée de Melun, 5 rue du Franc-Mûrier

le 18 octobre 2013 – 21h
Concert de musique du XVIème siècle
Lieu : Église Notre-Dame – 77000 Melun

 

les 16 et 17 octobre 2013
Rencontres autour de Jacques Amyot pour le cinq centième anniversaire de sa naissance
Programme détaillé
Lieu : Université Paris Ouest-Nanterre La Défense, Maison de la recherche (MAE)
200 avenue de la République, 92001 Nanterre
Tél . : 01.40.97.72.00 ; contact : ffrazier@u-paris10.fr

 

le 2 juin 2013
Plantation de « rosiers anciens Jacques Amyot » devant la maison natale de Jacques Amyot, les lycée et collège Jacques Amyot, les Archives Départementales et le Musée de Melun lors du festival « Couleurs jardins »


les 12 et 26 octobre 2013

visites guidées « Melun au XVIème siècle » et « Jacques Amyot à Melun »

au mois de novembre 2013
Au lycée Jacques Amyot de Melun : pièce de théâtre écrite par des élèves de 2ème « Jacques Amyot revient au XXIème siècle »