Document d'archives : Lettres de terrier (23 mai 1670) accordées par le Roi à l'abbaye de Bonlieu. Tènements figurant dans le terrier....

Title:

Lettres de terrier (23 mai 1670) accordées par le Roi à l'abbaye de Bonlieu. Tènements figurant dans le terrier.

Contenu :

La Chassagne-aux-Moines, paroisses de Saint-Pardoux-Les-Cards et d'Issoudun : le 11 mai 1671, par-devant René Chaudure, notaire royal, commissaire, en la maison dudit notaire, au Pont-de-Bonlieu, ont comparu les religieux de Bonlieu, représentés par Léonard Savy, sous-prieur et cellérier de l'abbaye, qui a déclaré avoir fait apposer des placards et affiches aux lieux publics de la ville de Chénérailles et sur les portes des églises des paroisses où des rentes leur sont dues. A de plus assigné ledit Léonard Savy, par ministère de Maufus, sergent royal, damoiselle Léonarde de Laboureix, veuve de Me Léonard de La porte, docteur en médecine de la ville de Chénérailles, Antoine Neullier, François Brousse et autres, tous laboureurs et habitants du village de « La Chassaigne en la paroisse de Saint-Pardoux-Les-Quarts et d'Ayssoudun », et divers habitants d'autres villages, « tenanciers dudit village de La Chassaigne », à l'effet de passer litres et reconnaissances nouvelles. Ladite damoiselle de Laboureix, Courtis, de La Viergne, Guillemette Chapelot, de La Chassagne, etc., n'ayant pas comparu, « se requérant lesdits sieurs prieur et religieux et convent, attendu que l'heure de l'assignation est passée, nous avons donné défaut et remis les parties à se pourvoir par-devant nos seigneurs des requêtes du palais ». Les habitants de La Chassagne et tenanciers comparants « ont dit tenir et porter en toutes directtes, fondalité et condition mortaillable desd, sieurs prieur, religieux et convent dud, Bonlieu, et pour raison diceux, debvoir, par chacun an, de cens et rentes, solidairement et sans division avec lesd. de Laboureix, Courlis, Moreau et Lhomme, non comparans, la quantité de vingt-cinq septiers de bled seigle, deux septiers avoine à la mesure de Sainct-Jullien, et argent et taille quatre livres cinq solz, une vinade entière pour esder à conduire le vin pour la provision desd. sieurs religieux, du vin noble d'Aubeterre, près de Montluçon, aud. couvent de Bonlieu, six gelines ou poules et quatre arbans pour tout le village et tènement, par chacun au, lesd. debvoirs payables à chacun jour de feste de Sainct-Jullien, à la reserve de la vinade qui est payable entour la Saint-Martin d'iver, et les arbans en temps de moissons, et le tout conformément ausdicts arrestz de la Cour, et les gelines payables à la Saincte-Catherine de chacun an ; lesquels debvoirs, les dessusd. ont promis payer solidairement comme dessus aud. lieu de La Chassaigne, aux susd. termes, où lesd. sieurs religieux seront tenus la venir quérir ; à reserve de la vinade et arbans, qu'ils seront tenus de faire et conduire en lad. abbaye, et à quoy les susd. se sont obligés, tans qu'ils seront possesseurs et tenanciers dud. lieu et village de La Chassaigne ; et au payement desd. debvoirs ont affectté et obligés tous et chacuns les bastimens et héritages par eux poceddez aud. lieu, et généralement tous leurs autres biens comme estant, led. village, dépandant des vicqueryes dud. convent ; et pour raison desquels debvoirs, lesd. recognoissant ont dit avoir aussy droict de pascage dans les bois appelles de La Chassaigne et qui joignent les com munaux dudit village de La Chassaigne, appartenans auxd. sieurs relligieux, après trois ans et un mai …et outre ce que dessus, lesd. confessans ont dit et recognüe que le droit de dixme des grains croissant et neissant dans led. village et territoire de La Chassaigne, dans toute son estendeue, appartiennent auxd. sieurs prieur, relligieux et convent dud. Bonlieu, et encore ont droict de prendra la dixme dans le mas et tiercerye du village de La Borde, dans la paroisse de Saint-Pardoux, de trois gerbes deux, et la troisiesme appartient et est prize par le sieur curé de Sainct-Pardoux ; lequel mas, pour ladicte dixme, se confine du clocher d'Issoudun à la fontaine appellée des Fontestes, quy jouxte la terre du même nom appartenant aud. Anthoine Nullier, et à celle du mesme nom de Me Jean Segrettin d'Ahun, et dud. lieu venant à La Brevoix Dumerit où il souloit avoir quatre chemins, et venante la croix appelée de La Vias, quy est dans le grand chemin de Saint-Martial-Le-Mont à la ville de Chénéralle, et dud. lieu à la terre appelée de Louche-de-Moqs appartenant aud. sieur Massenon et joignant le longt des héritages de La Chassaigne, allant à ceux de Savignat, et le long du ruisseau des Pradelles, quy descend des héritages des Pradelles et va dans la rivière de Creuze, Plus, leur appartient et ont droict de charge sur la dixme entière du village de Bourlat, en lad. paroisse de Saint-Pardoux, à raison de trois septiers une émine, et de six septiers une, et à proportion en montant, et sur les dixmes des villages de La Vasvé et du Cluseau de lad. paroisse, ont droit de charge à la mesme raison ; plus leurs appartient et ont aussy droict de charge sur le dixme appelé le grand dixme de Saint-Pardoux, quy se lève sur le bourg, le village d'Essuy et La Borde, à semblable raison de six septiers un, et encore sur te dixme du Roy, quy se lève sur les villages de Valaize et Bussière semblables charges, et outre ce, un droict de charge sur les villages de Margniat, te Montescurat et Fraisignyé, sur les deux tiers des dixmes desd. villages, semblables charges et à mesme raison, lesquels ils ont toujours veu payer et les ont perceus lorsqu'ils ont esté dixmeurs des dixmes appartenant auxd. sieurs relligieux ». Déclaration d'Antoine Nellier : énumérations des biens qu'il possède en propre, plus sa part et portion des champs communs du village, à savoir le Coudert du village contenant entour une éminée, joignant la « charrière » (chemin) du Mas à Chénérailles, le communal de La Couëne, de trois quartelées, traversé par le chemin de Saint-Martial-Le-Mont à Chénérailles, le communal du Chier-de-Las-Pradellas, le communal de La Combe, de trois quartelées, le communal du Grautier, de 6 setérées, joignant au communal du village « et au chemin de Peyrat à Ahun » ; le communal de Las Coudiéras, de 12 setérées environ, joignant le chemin du village au moulin de Vougeix ; le communal de La Grande-Chaume-de-La-Chassagne, de 60 setérées environ, joignant le chemin d'Ahun à Puygrenier et passant au ruisseau de « Saint-Thioulx », confinant an communal de Bartigniat « divisé par un chemin chartier et par une terre appellée de Chier-Chevalier, qui va, ledit chemin, du village de La Chassaigne au moulin de Vougeix ». Enfin, ledit Neullier a déclaré « que le bois appartenans ausd. sieurs relligieux, dans lequel il dit avoir droit de pascage [avec] les autres, habitants dud. village, est de la contenance de soixante-douze septérées et se confine par les communaux de La Chassaigne, les terres de La Viergne, la queue de l'étang de Brousse-Bœuf desd. sieurs religieux et le communal du village de Samondeix ». Déclarations de Léonard Chappelot, François Sabouret, François Brousse, Léonard Descheix, Claude Lhomay, Silvain Savignat, damoiselle Claude de Laboureix, laquelle, entre autres redevances, doit « une vinade entière de quatre bœufs et une charette pour conduire leur charge ordinaire du vinoble de Bourbonnois en lad. abbaye pour la provision des sieurs religieux en leur fournissant la nourriture, ou pour icelle deux boisseaux seigle, mesure dud. Saint-Jullien » ; etc. (fos 1-12).
Donlevade, paroisse de Saint-Pardoux-Les-Cards, situé « entre les héritages du bourg de Saint-Pardoux, La Chassaigne-Aumoine, Écuras, Bartignat et La Bussère ». Déclarations de François Sabouret, Guillemette Billon, veuve de Pasquet Laurant, agissant tant pour elle que pour Léonarde Laurant, sa fille, et Léonard Tartary, mari de cette dernière, « absent de la paroisse ». Les tenanciers doivent leurs redevances à Bonlieu à cause et pour raison des services des vicqueries de lad. abbaye » (fos 12-13).
La Viergne et Villemarmy, paroisse d'Issoudun ; condition mortaillable. Communaux du tellement : « Las Grondas Chaumas » du Coudert de La Chassagne, contenant environ 60 setérées, « lequel communal est indivis et se jouy par ensemble entre les habitants dud. village de La Viergne, Villemermy et La Chassaigne, joignant au bois taillis de La Chassaigne, aux terres de Bartigniat, et le grand chemin allant de La Maisonneuve à jarnages » ; le communal de Sous-Le-bois de La Chassagne, contenant 15 setérées environ ; celui de La Chaud, Contenant environ 4 setérées, et enfin celui du Perrodet, contenant environ 3 éminées, joignant le chemin d'Aubusson à jarnages. Parmi les redevances : « la bouade d'une paire de beufs par ceux qui tiendront beufs la plupart de l'an pour aider à conduire le vin pour la provision desdits sieurs religieux du vinoble de Montluçon en lad. abbaye de Bonlieu entour la feste de Saint-Martin de chascun an, fournissant les autres charrois nécessaires par lesd. sieurs religieux et un boisseau de bled, mesure de Saint-Julien, par chacun père de beufs pour la nourriture accoutumée, et par ceux quy ne tiendront beufs et feront feut dans lesd. villagss, cinq sols pour la bouade morte, et lad. bouade pour faire et mener la charge ordinaire et accoutumée à mener du vinoble de Montluçon en la Marche ». Déclarations de Léonard Chaumeton, Jean Jourand, Pierre Simonnet, maréchal, Marguerite Chastelard, Etienne Voulle, cardeur à Villemanny, Antoinette Neullier, femme de Louis Brousse, maçon, « absant de longtemps de cette paroisse », etc. Chaque tenancier déclare faire l'aveu de tous les biens qu'il possède, à sa connaissance, dans la directe, et que s'il vient à savoir qu'il en possède d'autres, il les fera connaître sans qu'où puisse l'accuser de « faux adveu » ; le prieur accepte les déclarations, se réservant d'exercer le droit de commise si des héritages « sont recellés et obmis à recognoistre » (fos 13-32).
La Fondrasse, paroisse de Peyrat-La-Nonière. Pierre Perrat, unique tenancier déclarant, confesse tenir ses biens en toute directe foncière, seigneurie et condition mortaillable, suivant la coutume de ce pays de la Marche ; témoins de l'acte : François Durieux, maréchal, du Pont-de-Bonlieu, Me Claude Thaury, avocat en parlement, habitant de Chénérailles, Léonard Thomas, écolier, demeurant au moulin de Bonlieu, paroisse de Peyrat-La-Nonière (f° 32).
Le Mas-de-La-Gorce, situé près du village de Fleuraget dans la paroisse de Saint-Loup-Les-Landes, « est de la directe franche desd. sieurs relligieux, prieur et convent dud. Bonlieu » et dépend de la justice de Saint-Julien. Les déclarants, Robert des Bonnets, écuyer, sieur de La Garde, demeurant au châtel de La Garde, paroisse de Gouzon, Pierre Bleaudérat, reconnaissent devoir le droit de lods et ventes à raison de 20 deniers pour livre, 4 setiers de seigle, et 24 sous argent. Jacques Mauroux, potier, du village de Fleuraget, déclare posséder dans le mas une setérée de terre, confinant au pâtural de Me Claude Nehout, chirurgien (fos 33-35).
Sermansannes, paroisse de Saint-Domet. Gilbert Moreau, habitant dudit village, reconnaît devoir 32 sous de rente seconde, pour raison des vicairies des religieux, sur le pré dit Pré-Veyroux, contenant deux journaux et tenu en mortaillable condition de l'abbaye f° 35).
Chierchaud, paroisse du Chauchet ; directe franche. Me Pierre Rechignat, et Me Léonard Simonet, tous les deux marchands, demeurant au Chauchet, déclarent que les rentes qu'ils payent sont dues aux religieux « pour le chef de leurs sacristy, pour le corps de ladite abbaye, comme ayant les droicts du seigneur de Puygrenier, arérrages et solidité d'iceux » (fos 35-36). Na La suite du tènement manque, et une lacune existe dans le terrier jusqu'au f° primitif 169, soit le feuillet 37 du nouveau numérotage.
La Chaudure et Lafaye (suite), paroisse de Champagnat ; condition mortaillable. Communaux du village : Le Coudert, de deux setérées environ, à la mesure d'Aubusson, joignant les bâtiments du village ; l'ouche du Bost, d'une setérée, joignant le chemin de Lafaye à La Croix-au-Bost ; la chaume de Lestron, de 20 setérées environ ; « six boisselées de communal au Peiroux » ; Le Chier, d'une setérée environ, joignant le « chemin du Foussat à Champagnat » ; Le Seignas-de-La-Naute, « avec auttre communal appelé de Combes-Belout », confiné par les étangs de La Naute et de Malteix. Tenanciers : François Petit, Jean Bosrougier, Jean Pasquet, Gilbert Gaillard, Me Jean Chaudure, l'aîné, praticien, demeurant an Pont-de-Bonlieu, Me Jacques de Lafaye, marchand à Aubusson, et Marie Terrible, sa femme, etc. (fos 37-45).
Sermansannes, paroisse de Saint-Domet ; mortaillable condition. Entre autres redevances, le droit de semence sur certaines terres, consistant le plus souvent en avoine et quelques fois en blé et avoine, réglé d'après une transaction passée devant le notaire commissaire à terrier. Tenanciers : Martial Leviste, Mathurin Martin, Jean Maurinet, Jean Delort, Pierre Gaillard, Léonard Bellegy, Martial Martin, tisserand, Anne Coulaud, veuve de Me Annet Morellon, en son vivant notaire royal au Pont-de-Bonlieu, etc. (fos 45-69).
Les Bussières, paroisse de Saint-Loup-Les-Landes ; le territoire du village est confiné par ceux de Sourdoux, Mosnay, Gourneix, Beauregard et du Monteil. Tenanciers : Claude Deglaude, Léonard Jardon, Annet Faure, Jean de Lajoix, etc., « tous gens de labeurs, habitans an village des Bussières » ; ils reconnaissent payer conjointement et solidairement à l'abbé de Bonlieu, « savoir est cinq quartes bled seigle et une émine orge, mesure de Saint-Julien, de rente annuelle et perpétuelle, payable par chascun an, à chascun jour de feste de Saint-Jullien, à cause et pour raison de tous leurs bastimans, fonds, domaines, tenus et possédés par eux et les autres habitants et tenanciers dudit village ». Autre déclaration de divers tenanciers, « iceux laboureurs et habitans des villages des Bussières, Lage. Gourneix, paroisse de Saint-Loup-de-Landes et du village du Montbasset, paroisse de Saint-Jullien-Le-Châtel, et au bourg de Pierrefitte », lesquels reconnaissent devoir, conjointement avec les habitants du village des Bussières, ladite rente de cinq quartes de blé seigle et une émine orge (fos 68-70).
Le Chierchaud, paroisse de Saint-Domet, « confiné par les villages de Buxerolles, Bellegy, le bourg de La Serre, et la rivière de toutes parts » ; rente annuelle de 35 sous (fos 70-71).
Areys, paroisse de Peyrat-La-Nonière, « confiné par les villages de Ravaget, le bourg de Peyrat, les bois et terres du seigneur de La Vaureille et autres terres du seigneur du Chiron, de toutes parts. Tenanciers : Sébastien Peinard, Annet Furet, Sébastien Gauderat ; rentes en seigle (f° 71-72).
Le Montelly, « Monteilleix », paroisse de Saint-Julien. Tenanciers : Antoine Danton, du Chier, paroisse de Saint-Julien-Le-Châtel, Jean Perrin, du Montelly, etc. ; rente d'un setier de blé seigle, payable à la Saint-Julien (f° 72).
Lort, paroisse de La Serre. Tenanciers : Annet Dechaud et Simon Delort, maçon, agissant « tant pour lui que prenant en main pour Françoise et Antoine Delort, ses frère et soeur ». Rentes et redevances : dîmes de tous blés, agneaux et cochons ; obligation de moudre au moulin banal de l'abbaye, droit de lods et ventes, suivant la coutume d'Auvergne, « houade de deux bœufs, pour aider à conduire les vins pour la provision de ladite abbaye et luy fournissant la nourriture et dîner lorsqu'il tiendra bœufs, et lorsqu'il ne tiendra bœufs, la bouade morte, et pour icelle cinq sols, et ce entour la Saint-Martin d'iver, une poule, entour la Noel, un arban à bras au temps de mestives » (sans mention de franche ou mortaillable condition) (fos 72-75).
Luzier, paroisse de Peyrat-La-Nonière, mortaillable condition. Mention, sans énumération, de communaux du village. Entre autres redevances et obligations : le droit de semence, réglé d'après une récente transaction. Tenanciers : Sébastien de Chabredier et Gilbert Pateizon, du lieu du Mazeau, paroisse dudit Peyrat-La-Nonière ; Gilbert et Jacques Pigeon, Antoine Ravidat, maçon, Michel Affray, cardeur, de Luzier ; M. Michel Alhéritière, vicaire de Peyrat-La-Nonière, pour raison d'un pré sis à Luzier ; etc. (fos 75-85).
Beauvais, paroisse de Champagnat « confiné, par les villages de La Châtre, Peyrudes, Larmelle, Lechier, Laroche et Espinasse, de toutes parts ». Tenanciers : Claude Gasty, Noël Nadallon, Pierre Delachieze, tapissier, demeurant en la ville de Bellegarde, Jacques Moutarde, Me François Gallais de La Tainture, bourgeois, demeura t en la ville de Bellegarde, etc. Entre autres redevances : seigle et avoine, trois sous pour rais, n de chaînage des brebis et agneaux, dîme de tous blés, poules ; etc. (fos 85-87).
La Roche, paroisse de Champagnat, « entrelassé entre les villages d'Espinasse, Fumade, Larmelle ». Tenanciers : Antoine Delasruas, François Veronnet, etc. ; redevances ; « deux boisseaux seigle et deux boisseaux avoine, mesure de Saint-Julien, et une poule de rente annuelle et perpétuelle, payable chascun an, à chascun jour de feste de Saint-Julien, au mois d'aoust ». (fos 87-88).
La Jonchère, paroisse de Champagnat. Mention des communaux du village sans indication de noms. Tenanciers : Sébastien Malleterre et Sébastien Rancillon, de La Jonchère ; Me Jean Mage, sieur de Châteaumerle, bourgeois de la ville d'Aubusson ; Jean Moreau, laboureur de La Jonchère. Redevances : grains, tailles, bouades, dîmes, et sur ce que lesdits sieurs abbé et religieux disoint la terre du Grand-Champ estre subjectes au droit de semence, et lesd. confessans du contraire, néanmoins, pour éviter ce procès, iceux confessans ont offert bailler quelque redevance annuelle pour led. droict de semence sans tirer à conséquence, et par protestation, où lesd sieurs abbé et relligienx n'accepteraient leurs offres, de se pourvoir ainsy qu'ils adviseront, mesme à la prescription dud. droit, et pour obvier ce faict, led. sieur Savy (religieux de Bonlieu) et les confessans ont convenus d'accord pour raison dud. droict à un boisseau bled seigle, mesure dud. Saint-Julien », etc. (fos 88-91).
Léon-Le-Franc, paroisse de Bostroger, « conflné par les villages de La Fayè, La Bussière, La Rebeirette, La Seauve et Lestang ». Tenanciers : Guillaume, Gilbert et Sébastien Janicaud, Jean Goursaud, Jean Chaussat, etc., « tous laboureurs et massons habitans, au village de Liontefranc », etc. Redevance unique due par le village : « sept setiers de bled seigle, mesure de Saint-Julien ou du Chier-La-Tour, de rente annuelle et perpétuelle, conjointement et solidairement, payable chascun an, à chascun jour de feste de Saint-Jullien d'aoust, et laquelle rante lesd. confessans ont dit avoir accoustume estre payé par les consuls et collecteurs dud. village, lesquels en font la levée sur les lieux esgallement et (… ?) faictes entre les tenantiers dud. village, et en font le payement lorsqu'on vient recevoir lad. rente dans led. lieu et village »(fos 91-93).
La Foudrasse, paroisse de Peyrat-La-Nonière ; mortaillable condition. Communaux : Le Coudert, contenant une boisselée, situé au milieu du village ; le communal de Las Champs, « quy est commungt avec les villages et de Luzier, Angleix et La Foudrasse, contenant cinquante septérées ». Tenanciers : Catherine Foudrasse, Jean Foudrasse, dit Fougère, habitant à La Foudrasse ; Me Jean Chaudare, l'aîné, praticien, demeurant au Pont-de-Bonlieu, etc. Redevances et obligations : grains, dîmes, poules, arbans, bonades, obligation de faire moudre an moulin banal, etc. Dans sa déclaration la susdite Catherine Poudrasse avoue devoir « un boisseau bled seigle, mesure de Saint-Julien, pour le droit de semence, auquel droict lesd. terres estoient suhjertes, auquel boisseau seigle lesd. sieurs abbé et relligieux, stipulans comme dessus, ont réglé led. droict, luy ayant remis le surplus » (fos 93-99).
Angly, paroisse de Peyrat-La-Nonière ; mortaillable condition. Antoine Bareiron, maréchal, et Pierre Rouberton, demeurant l'un et l'autre au bourg de Peyrat-La-Nonière, reconnaissent devoir pour un pré et une terre dits de Lasquouas les droits de dîmes et de lods et ventes, « sans préjudice des cens et rentes » (fos 99-100).
« Angleix, pour Le Serieix », le Serieix paraît être entièrement dans la paroisse de Peyrat-La-Nonière. Tenanciers : Gilbert Pignon, de Luzier ; Jean Dumas, Jean Vincendon, cardeur à laine, Claude Fluquet, d'Angly ; Antoine Bonneton, de La Bonnette ; Me Jacques Deglaude, marchand, du Bourg de Peyrat ; etc. Diverses redevances et obligations : grains, poules, dîmes de blé et de charnage, arbans, bouade, obligation de moudre au moulin banal, droit de semence, etc. (fos 100-112).
Bois-Lavaud, paroisse d'Ajain ; condition mortaillable. Communaux : le Peux-Gros, « contenant environ 100 setérées, joignant le ruisseau du Bost-de-Lavaud à Manques, et à la goutte de Lavaud, et à la terre de La Molle, de Pierre Vinson de Grosmont, Le Pradeau, Fonte-Bonnet et le Chier-Pellat, contenant environ 30 setérées, joignant au moulin du Creuzet, au pré dud. Nicaud le jeune, et à la terre de Pierre Seignat ; le Peux-Pibouteix, grandes et petites Gouttes, contenant en tour quatre-vingt septérées de terre, joignant au chemin d'Ajain à Villechenine, à celuy de Villebèbe au moulin d'Ajain, au pré de Pierre Seignat, au pastural d'Antoine Marchand de Villebèbe ». Enfin le communal du « Chier de Lestang-Le-Queiroix », contenant environ 10 setérées, joignant à la pêcherie du village de L'Étang-du-Creuzel, et au pré de Jean Marchand de Villebèbe. Tenanciers : Jean Nicaud, Antoine Graveron, de Bois-Lavaud ; Denis Naudy, de Grosmont, etc. Devoirs de condition mortaillable (fos 113-117).
Villechenille, paroisse de Glénic ; condition mortaillable. Tenanciers : Jean Mandonnet, maçon, Silvain Champaignoux, Antoine Bleuf, maçon, tous habitants de Villechenille ; etc. Redevances et obligations : tailles, argent, gelines, bouades, etc. (fos 17-113).
La Chaire, paroisse de Champagnat, confinée par les villages de Beauvais, Peyrudes-Basses, la rivière de Tardes. Tenanciers : Gilbert Lancelot, Léonard Pascal, Joseph Malleterre, « tous gens de labeur » dudit lieu de La Châtre ; Me Sébastien Pascal, praticien, résidant au château de Flayal ; etc. Rente perpétuelle : une émine seigle, mesure de Saint-Julien (fos 123-124).
Gioux, paroisse de La Serre-Bussière-Vieille, « confiné par les villages de Montmaureau, Measnes, Planchat, La Serre et La Villatte ». Tenanciers : Gilbert Gauderat, Jean Auberthoumioux, cardeur, de Gioux, Me Gilbert Raynaud, greffier de la châtellenie de La Serre, demeurant an village de Chaud, paroisse de Bussière-Vieille, etc. Rentes en seigle et avoine. Ledit Raynaud s'engage à servir régulièrement ladite rente et, pour frais d'un procès par lui engagé, paye la somme de trente livres en « louis d'argent » (fos 124-125).
Cherlavaud, paroisse d'Ajain, mortaillable condition. Communaux : Le Peux-Boullet, contenant 15 setérées, joignant le chemin du village à Ajain, La Goute-de-Combennon, contenant entour 4 setérées, joignant le précédent communal ; Le Chier-Pellat, contenant entour 2 setérées, « joignant à l'estang du Crozet, la Goutte-de-Lestang, appartenant aussi en commun aud. « village de Cherfavaud, et à la terre de Jean et autre Jean Nicaud » ; le Pradet, de 6 setérées environ limité par la terre du moulin du Crozet, le pré d'Antoine Graveron et la chaussée de l'étang du Crozet ; Le Fontalinat de 15 setérées environ, et enfin Les Petites-Gouttes, d'une contenance de deux setérées environ. Tenanciers : pierre Luquas, maçon, Jean Barbe, laboureur et maçon, Martial Philippon, de Cherlavaud. Redevances et obligations : grains, tailles en argent, « un arban par chascun temps de mestive, et une aussy par chascun d'eux autour la Noel », bouades ; etc. (fos 126-130).
Villejavat, paroisse de Glénic. Jean Bouëron, le jeune, laboureur du village de Langeas, paroisse d'Ajain, tant pour lui que pour autre Jean Bouëron, son oncle, confesse tenir en mortaillable condition un pré dit de Gourneix, situé au territoire de Villejavat, pour lequel il doit une rente de 2 sous 6 deniers, plus un pré de cinq journaux d'étendue, chargé d'une rente de 11 setiers seigle, mesure de Guéret, et de 42 sous 6 deniers. Lesdits tenanciers sont, en outre, grevés des « autres devoirs de condition mortaillable » (fos 130 131).
Foutanard, paroisse de Saint-Médard, « confiné par les villages de. Vaurousset. Murat, Vallansanges et Monmarlière ». Pierre Menat, François Aucouturier, etc., habitants dudit Fontanard, reconnaissent être accoustumés de payer solidairement à l'abbaye trois quartes blé seigle, mesure de Saint-Julien, de rente annuelle (fos 131-132).
Gouneichas, paroisse d'Ajain ; mortaillable condition. Martin et Étienne Philippon, cousins, tenanciers. Aucune mention de redevances spéciales en dehors de la reconnaissance de la condition mortaillable (fos 132-134).
Neuville, paroisse d'Ajain. Etienne Philippon, laboureur, de Gouneichas, confesse tenir en mortaillable condition une terre dite de Rochefolle, d'environ 7 setérées, joignant le communal de Neuville, « subjecte à payer la dîme à moitié » et grevée d'une redevance d'un quarton de seigle, mesure de Guéret (fos 134-135).
Montmoreau, paroisse de Saint-Priest-d'Évaux ; mortaillable condition. Communaux : Les Petits-Bois, 20 setérées environ ; Le Pratamardet, 6 setérées environ, joignant le chemin de Chambon à Bellegarde ; Le Coudert du village, 10 setérées, joignant le chemin d'Auzances à Bonlieu ; Le Bas, 2 setérées ; La Chaume-du-Montmoreau, d'autour 4 setérées ; joignant le chemin de Bonlieu à Auzances ; enfin, Las Gouttas, d'une setérée environ, joignant le chemin de Chambon à Bellegarde. Tenanciers : Claude Bouatier, laboureur, Claude Chanebis, laboureur, Pasquet Chanebis, son frère, cardeur, Étiennette Petit, tous de Montmoreau ; Jacques Parrot, laboureur, de La Villatte ; Me François de Chaud, notaire royal et procureur d'office de la châtellenie de Mainsat, résidant audit Mainsat ; etc. Redevances et obligations : grains, taille en argent, gelines, arbans, etc. (fos 135-145).
Le Theil, paroisse de Saint-Julien-Le-Châtel, « se limite entre les villages du Chier, Les Farges et Rebeirette et Le Breuil ». Jean et Français Briaux, Jean Aurousseau, etc., gens de labeur, du Theil, confessent devoir annuellement 7 quartes et demi-quai ton de seigle sur leurs domaines et héritages sis au Theil (f° 146).
Villocette, paroisse de Lupersat, « confiné par les villages de Chaudesmaisons, Montcort et le moulin de Soulignac ». Guillaume Boneton, Antoine Beaudenon et autres habitants de Villocette, reconnaissent devoir une rente d'une èmine de seigle, mesure du Chier-La-Tour (f° 146).
Rounnet, paroisse de Lupersat, « limité par las villages de Soulignac, de Cher-La-Tour, Le Montaud et Chezguerrier ». Sébastien Tabazier et autres habitants du village confessent devoir une rente d'une émine de seigle, mesure du Chier-La-Tour (fos 146-147).
Montfrialon, paroisse de Sannat : « fut présent en sa personne, François de Bonneval, écuyer, sieur des Combes, résidant à presant au lieu noble de Chastin, paroisse dudit lieu, lequel, de son bon gré et volonté, a confessé tenir et porter en toute directe seigneurie, des vénérables abbé, religieux et couvent… stipulans et acceptant par dom Pierre Legrand, fondé de procuration duel, sieur abbé, et dom Léonard Savy, soubz prieur et cellerier de lad. abbaye, avec Marien Bonneau, tailleur d'habits, du village de Montfrialon, paroisse de Sannat, assavoir une pièce de terre et pastural appelles Le Prè-Ballier, contenant entour troys septérées, joignant le chemin de Tardes à Esvahon, celuy de Mazeirat à Beauvais et le pastural de Claude Bonneau, situé au territoire du village de Montfriallon, pour raison et à cause duquel tènement, ledit sieur confessant a promis payer, conjoinctentent et solidèrement avec led. Marien Bonneau et autres habitants dud. village, ung septier de bled seigle, mesure de Chambon, de cens et rente annuelle et perpétuelle, payable chascun au, à chascung jour de teste de Sainct-Jullien, au mois d'aoust », Autres tenanciers : Me Claude Bonneau, praticien, habitant à Montfrialon, et François Ruchon, maître menuisier, de Beauvais, paroisse de Sannat (fos 147-148)
Les Barres, paroisse de Saint-Loup-Les-Landes ; mortaillable condition. Pierre Garriton, Martial Renardeau, dudit village, Gilberte Cathelot, veuve de Jacques Gasnier, au nom de ses enfants, etc., confessent devoir des redevances en grain, des arbans, les tailles en. argent, etc. ; après l'énumération de leurs biens propres, ils ajoutent « posséder un bois taillis en commun, appellé des Bartes, contenant entour seize septérées, joignant aux héritages des confessans de toutes pars, plus une tuilerie à présent en ruine, aussy en cornmun, comme dessus, avec le communal dud. village appelle Le Quéru, contenant entour cinq septérées, joignant aux héritages des confessans, au petit pré et terre du Turaud (tertre, talus) de Martial Le Gros, de Fleuraget. et généralement tous les autres héritages qu'ils peuvent avoir dans ledit village et tènement des Barres, avec le droit de paisson et glandée de leurs pourceaux et autres bestiaux, avec le droit d'uzage dans les bois de Landes, appartenant au seigneur de Gouzon et Lussat, pour l'entretien et remize de leurs bastimens et tuillerye » (fos 148-150).
Dîme de Saint-Chabrais : Jean Aluquet, laboureur du village de La Rebière, et Français Rougeron, laboureur du village de Laxalre, « Vallezière », paroisse de Saint-Chabrais, reconnaissent qu'à l'abbaye de Bonlieu « appartien la dixme générale de toute l'estendue de ladite paroisse de Saint-Chabrais, à l'exception seulement de la moitié de la dixme des terres et héritages dépendans des dames de Blessac, des villages de Joux, Montgaudon, Rebière et Rebeyrette quy appartiennent ausd. dames de Blessac ; plus la moitié du dixme du village de Balazines (Balzines) avec la dixme entier des héritages despendans de la seigneurie de Haute-Faye, qui appartient et relève par le sieur curé de Saint-Chabrais et le' tiers d'un des quatre grands quartiers, lesquels quatre quartiers s'appellent de La Chabraize, Joux, Le Mont et La Montaigne, et outre ce, prenent, lesd. sieurs abbé et relligieux, les dixmes entiers des villages de Neyrolles et des Peyroux en lad. paroisse de Saint-Chabrais, à raison de unze gerbes l'une, et ainsin l'uni toujours veue jouir et payer, et ont esté plusieurs foys fermiers dans les quartiers et ont promis à leur esgard payer la dixme à raison que dessus » (f° 150).
Ménas, paroisse de La Serre-Bussière-Vieille ; mortaillable condition. Champ commun de Las Fougieras, contenant deux setérées environ. Tenanciers : François et Jean de Méasnes, frères, « led. François demeurant au village de Gioux et led, Jean au village de Méasnes » ; Pardoux Raynaud, du village des Planches ; Me Léonard Raynaud, marchand, du bourg de Saint Julien ; etc. Redevances et obligations des hommes en mortaillable condition « suivant les us et coustumes du pays de Combrailles », dîmes, tailles, arbans, bouades, etc. ; en certains cas droit de semence : François Dechaud confesse devoir 10 sous, payables à la Saint-Julien d'août, « à cause que partie des terres susd. et déclarée esloint subjects an droit de semence, suivant les anciens terriers » (fos 150-154).
Las Bourdarias (tènement) ; mortaillable condition. Jean Parry, marchand de La Villatte. Annet Bergier, menuisier, du bourg de Saint-Priest ; Jean et Vincent Bergier, laboureurs, de Lempure, etc., confessent tenir en mortaillable condition, avec le tiers denier de lotz et ventes en assendant, suivant la coustume d'Auvergne et en droict de suite », ledit mas de « Las Bourdarias », contenant environ 10 setérées de terre, « confiné par le chemin du Montmoreau à SaintPriest à La Chassaigne-Bosregard, le communal de La Rebière, au pastural dudit Gaueix appelle le pastural Bouchet », pour raison duquel mas ils doivent conjointement et solidairement 20 sous de cens et renie, une quarte froment et une quarte avoine, mesure de Saint-Julien, une poule à la Noel, un arban au temps de mestive, une bouade de deux boeufs, pour aider à conduire les vins du Bourbonnais à l'abbaye, vers la Saint-Martin d'hiver, « le droict de dixme de trois esminées du cosé du chemin que l'on va de Saint-Priest à Lempure, et le droict de semence de trois esminées » (fos 194-155).
Tourton, paroisse de Reterre, « confiné par les villages du Cruzet, du midy, celui de Morsol, d'orient, Tourton-Joubert, du septentrion, et du Mortrant et Les Vallettes, d'oxident ». Mre Joseph de Thianges, chevalier, seigneur de Malleville, Valligny, Haute-Faye et astres places, demeurant en sa maison noble de Malleville, paroisse de Reterre ; Antoine Chamaison, natif du village de Tourton-Grand, de présent métayer au village du Mas, paroisse de Reterre, confessent devoir sur le tellement une rente de trois setiers se gle, mesure d'Évaux (f° 155).
Vitlebébe, paroisse d'Ajain ; condition mortaillable. Communaux et droit d'usage : « droit de pascage et de marchage » dans le communal de La Grande-Goutte et ceux de La Petite-Goutte, de La Goutte-de-L'Étang et Le Peux-Boullet, ces communaux étant « jouis eu commungt, suivant les anciens terriers de lad, abbaye, par les habitants dud. Villebèbe et du Bost-de-Lavaud ». Tenanciers : Jean Marchand, François Durieux, etc., tous habitants de Villebèbe. Redevances en seigle et argent, dîmes, etc. Plusieurs tenanciers déclarent devoir un boisseau de seigle pour la jouissance des communaux (fos 155 159).
Mauques, paroisse de Glénic ; mortaillable condition. Mention de communaux, sans énumération. Tenanciers : Léonard Vernet, Jean Bleuf, Louise Gallet, femme de Pierre Bonnardou, maçon, absent de la paroisse, Antoine Lauzanne, Menot, Parrain, etc., tous du village de Mauques. Redevances : grains, argent, moitié de dime, l'autre appartenant aux prêtres et curé de Glénic ; droit de semence sur certains héritages (fos 159-162).
Le Bouchetaud, paroisse de Glénic ; mortaillable condition. Jean, Antoine et autre Antoine Bonnet, frères, Jean et Antoine Peynot, frères, tous du village du Bouchetaud, confessent devoir des cens et rentes en argent et en grains, des gelines, la vinade, la moitié des dîmes, etc. (fos 162-165).
La Combe, paroisse de La Serre-Bussière-Vieille : reconnaissance, par Bénigne de Fraigne, écuyer, sieur de Fraigne et Bussière, et Aune et Marie, ses soeurs, d'une quarte seigle, une quarte avoine, mesure de Saint-Julien, et une poule de rente annuelle et perpétuelle, à cause « des bastiments, fonds, domaines et héritages » qu'ils possèdent au village de La Combe, entrelacés dans ceux de Planchat, Bussière-Vieille et le Mazeau (f° 165).
Le Mas, paroisse de Champagnat ; mortaillable condition. Pierre Petit, charpentier, et Sébastien Besse, voiturier, dud. village, « ont confessé devoir, par chascun d'eux, un arban à bras au temps de mestives, une poulle entour la Noël, chascun une bouade de deux bœufs, tenant iceux la plus part de l'an, pour aider à conduire les vins pour la provision de lad. abbaye, du pays de Bourbonnois en icelle, entour la Saint-Martin d'iver, et lorsqu'ils ne tiendront iceux, la bouade morte, et pour icelle cinq sols, la dixme de tous bleds, d'aignaux et cochons, subjectz de moudre les grains quy s'y reculliront sur lesd. héritages, à l'un des moulins de lad. abbaye, droits de lotz et vantes au tiers deniers, suivant la coustume de La Marche, et autre devoirs de la condition mortaillable, comme les autres vassaux de lad. abbaye. Plus, ont confessé devoir, scavoir, led. Petit un boisseau bled seigle, et led. Besse demy-boisseau seigle à la mesure de Saint-Jullien, de rente annuelle et perpétuelle, payable chascun an à chascune teste de Sainct-Jullien d'aoust, pour le droit de semance, auquel les terres sy-dessus estoient subjectes, et à quoy les parties ont réglé led. droict ; plus, de cens et rente d'argent, payables conjointement et solidairement avec les habitants du village de Lafaye et du « Chapoulady, quinze solz tournois payables chascun au à chascun jour de Teste de Saint-Julien d'aoust » (fos 165-166).
Le Mont, paroisse de Mainsat, « composé de bastiments, jardins, ouches, prés, pasturaux, terres, quy joignent au village de Soubre-au-Bost, Poux et le bourg d'Arfeuille ». Furent présents en leurs personnes : « Michel Dumont, tant en son nom que prenant en main pour Gabriel Dumont, sou cousin et copartagé, demeurant au lieu de Bardet, paroisse de Lupersat, et ledit Michel, tant pour les biens anciens de sa maison que ceux acquis et provenus des béritiers de Louis Dumont, aussy copartagé, Annet et Antoine Maillards, héritiers et bien tenant de Jean et autre Jean Maillards, leur père et ayeul, Claude et Antoine Dechaudz, héritiers et biens tenans de Georges, leur ayeul ; Jean Charles, au nom et comme père et légitime administrateur de ses enfants et de défunte Peironnelle Dumont, et Louis Maillard, tous laboureurs, demeurant et habitant au village du Mont ». Ils confessent devoir, de rente annuelle et perpétuelle, un setier seigle, à la mesure d'Auzances, qu'ils s'engagent à payer solidairement avec Mourellon, sous la garantie de tous leurs biens, « lesquels ils ont spécialement affectés au payement de lad. redevance et sans déroger à la solidité d'icelles ; lesd. confessants ont dit lad. rente avoir accoustumé estre payée entre eux, scavoir led. Michel Dumont, avec led. Gabriel Dumont, et led. deffunct Louis Dumont, une quarte seigle, à lad. mesure, dont pour luy un boisseau, ledit Gabriel, demy-boisseau, lesd. Annet et Antoine Maillard, un boisseau par moitié entre eux, et lesd. Claude et Antoine Dechaud, par moitié, un autre boisseau, et led. Louis Maillard, avec led. Mourellon, comme possesseurs des biens de Antoine et Louis Maillard, une quarte seigle, dont led. Louis Maillard, un tiers, et led. Jean Charles au susd. nom, avec led. Mourellon, comme possesseurs des biens d'Antoine et Léonard Dumont, par moitié, un autre boisseau, et led. Mourellon, encore comme possesseur des biens de Antoine et Léonard Dumont, provenant de Georges Maillard, l'autre boisseau, et le tou fesant led. septier de seigle de rente, sans aucun comport » (fos 167-168).
Le Gasnon, paroisse de Mainsat. Gilbert Reby, du Gasnon, tant en son nom que comme tuteur des enfants d'Antoine Aucouturier, du village de La Chirade, dite paroisse de Mainsat, confesse tenir en directe et condition mortaillable les immeubles sis aud. lieu du Gasnon, plus sa part et portion dans les communaux du Gasnon et de Montmoreau, reconnaît devoir la dîme de tous blés, d'agneaux et de cochons, être obligé de moudre au moulin banal de l'abbaye, devoir les lods et ventes au tiers denier en ascendant, et autres devoirs de mainmorte et de suite selon la coutume d'Auvergne, etc. ; plus, pour 4 setérées de terre comprises dans sa déclaration, mais non désignées, 4 boisseaux de seigle et 18 d'avoine, mesure de Saint-Julien, pour droit de semence, payable à la Saint-Julien (fos 168-176).
Le Montgeteix, paroisse de Saint-Silvain-Bellegarde, confiné par les villages des Bierges, Chez-Livet, et le tènement du Breuil. Tenanciers : Me Gabriel Defumade, bourgeois, habitant de la ville de Bellegardé, sieur du Maschapon et du Montgeteix ; Claudie Boudet, veuve de Pierre Segreyte, femme de Joseph Tournial, maçon, « absent de la province » ; Jeanne Canque, femme de Michel Chaumeix, cardeur, aussi absent, tous habitants du Montgeteix. Léonard Debaignard, fils de Michelle Segreyte, laboureur au village de Montignat ; Jeanne Segreyte, femme de Jacques Landriefve, menuisier à Bellegarde, et Mrs François et Pierre Gallais, bourgeois de Bellegarde. Ils confessent devoir 2 setiers seigle, mesure de Saint-Julien, de rente annuelle et perpétuelle, payables à la Saint-Julien d'août, sans que ladite redevance « fasse préjudice aud. Defumade, relativement aux cens et devoirs à luy deubs sur les autres tenanciers et habitants dud. village, en directe serve et justice ». Passé en présence de Mre Joseph Gallais, sieur de Sannegrand, conseiller du Roi, lieutenant en l'élection de Franc-Aleu, et de Me Annet Depeyrudette, marchand, résidant au lieu de Théolet, paroisse de Lupersat (f° 170).
Théolet, paroisse de Lupersat, « lequel lieu ce limitte au village du Montfrant, Laroche, Le Crouzet, Chevalier, La Rebière et Fourneaux, de toutes parts ». Me Annet Peyrudette, marchand, Jean Billis, de Théolet, etc., reconnaissent devoir des rentes en grain, à la mesure du Chier-Latour. Présent à la déclaration, Me Claude Nebout, chirurgien du bourg de Saint-Loup-Les-Loudes (f° 171).
La Ribière, paroisse de Saint-Priest ; condition mortaillable « suivant les us et stiles, coustume du pays d'Auvergne ». Communaux : les Chaumes de La Ribière, 4 setérées, Le Moulard, trois quartelées, joignant le chemin de Bonlieu à Auzances, La Crouzette, quatre seterées, le communal dit d'Aurioux (Le Rioux), quatre quartelées. Tenanciers : Me Gaspard Bergier, praticien, habitant au village de Lempure, paroisse de Saint-Priest-d'Évaux ; Jean Gaudérat, de La Ribière ; etc. Redevances et obligations : grains, gelines, bouades, dîmes de grains et de porcs, arbans à bras on à charrois, droit de suite, obligation de moudre au moulin banal, droit de semence sur certaines terres, etc. (fos 172-180).
Le bourg dit Chauhet, chef-lieu de paroisse ; mortaillable condition suivant la coutume d'Auvergne. Pardoux Bergier, laboureur, demeurant au Chauchet ; damoiselle Antoinette Momet, veuve de feu Gilbert du Puylalat, marchand de la ville de Chambon, etc., tenanciers. Présents aux déclarations, Me François Bonhomme, procureur de la châtellenie de la ville de Chambon, etc., y demeurant, François Dupeyroux, écuyer, sieur de Chazeauvert, demeurant à Bussière, paroisse du Chauchet, (fos 180-181).
Le Betoux, paroisse du Chauchet ; mortaillable condition, suivant la coutume d'Auvergne. Communal du village, La Chaume, contenant environ 4 setérées, joignant la rivière de Tardes. Gilbert et Pierre Crandons, frères, demeurant au Betoux, ayant fait suivant l'usage la déclaration de leurs biens et de leurs redevances, l'aveu porte : « et parce que lesd. bastimens et heritages avoient esté baillés par les anciens terriers de lad. abbaye à litre d'enfitéoze quy auroynt estés déclarés résolus, lesd. sieurs abbé et relligieux, remis dans la propriété d'iceux, par santance de la châtellenie du Breuil, confirmée par celle de la sénéchaussée de ce pays, dont l'exécution aurai (sic) esté defferée de jour à autre, a été convenu qu'il sera loisible ausd. sieurs abbés et relligieux de pouvoir expulser lesd. Grandon et leur faire quitter les biens toutefois et quantes que bon leur semblera ausd. sieurs abbés et relligieux, ou sans que la présente recognoissance y puisse faire aucun préjudice, et aud. cas d'abandon lesd. Grandons demeureront déchargés de lad. rente sus déclarée » (fos 181-184).
Pellevoisin, paroisse de Mainsat. Dauphine Langourioux, veuve de François Crozol, dudit village, confesse tenir en mortaillable condition, suivant la coutume d'Auvergne, une maison et divers héritages à raison desquels elle se reconnaît sujette à moudre les grains qu'elle y recueillera au' moulin banal de l'abbaye, à payer la dîme de blé à raison de onze gerbes l'une, la dîme d'agneaux, etc. ; « plus, d'argent et taille, solidairement avec les autres habitants et tenanciers dud. village, » 11 sous 6 deniers payables à chacune fête de Notre-Dame d'août, etc. ; « et parce que les terres, sy-dessus déclarées estoient subjecles au droict de sement suivant les anciens titres de lad. abbaye, pour estre deschargé dud droict, lad. confessante a promis payer doresnavent, par chacung an, de rente annuelle, à chascung jour de feste de Sainct-Jullien, trois boisseaux seigle et trois boisseaux avoine, mesure dud. Sainct-Jullien, et autres devoirs de lad. condition mortaillable et de suite » (fos 184-186).
Mainsat (seigneurie de). Me Antoine de La Roche-Aymon, chevalier, comte de Mainsat, Sannat, etc., sur la communication à lui faite des anciens titres de l'abbaye, reconnaît que les religieux de Bonlieu ont droit de prendre et percevoir, chaque année, le jour de Saint-Julien, 32 setiers seigle de rente sur les dîmes de La Serre et Bussière, à cause de sa seigneurerie, à litre d'inféodation. Fait et passé dans la salle haute du château de Mainsat, en présence de Claude Thaury, avocat en parlement, résidant à Chénérailles, et de Me Pierre Marlanjon, archer-huissier de la sénéchaussée de Riom, en résidence à Chénérailles (f° 186).
Haute-Serre, paroisse de Saint-Chabrais. Barthélemy Savy, laboureur aud. village, confesse tenir une ouche, un pâtural et un pré en mortaillable condition, pour lesquels il confesse devoir 8 sous de cens et rente payables à la Saint-Julien, et le droit de lods et ventés suivant la coutume de la Marche ; présent : Simon Thomas, meunier, demeurant au moulin banal de l'abbaye, paroisse de Peyrat-La-Nonière (fos 186-187).
Les Peyroux-Vieux, commune de Saint-Chabrais. Communaux : le Peitoureix, 17 setérées ; Le Seignas, 3 quartonnées. Antoine Ganivot, laboureur, Antoine-. Raymond-François Reyton, etc. tenanciers, après l'énumération de leurs biens et de leurs charges, « ont aussi recogneu tenir et porter de lad. abbaye, de lad. directe mortaillable, un moulin à présent en ruine subjecte à lad. rente indivis entre eux, et quy prend l'eau qui vient de l'étang desd. sieurs abbé et relligieux, lequel est à présent en ruyne et dont les bondes moulinières doibvent se poser dans la chaussée dud. étang, pour le service dud. moulin ; lequel ils entendent faire rétablir et prendre les subjets tenus de y venir meudre, et lequel moulin joinct au pré dud. Remon et à un lopin de communal quy est de la dépendance dud. moulin, et avoir droict de pascage dans led. estangt de lad. abbaye lorsqu'il est en estat le long des rivages d'icelluy, et lorsqu'il est en ruyne, comme il est à présent, à l'entier pascage. » Les religieux font toutes réserves sur le prétendu droit de pacage des habitants dans l'étang, qu'ils se proposent de réparer (fos 187-190).
Neuville, paroisse de Saint-Domet, Antoine Chamassy, Doumet Bourichon, etc., habitants de Neuville, Doumet Basbous, agissant comme mari de Gabrielle Raynaud, du village de Villecoupt (Villecroux), même paroisse, reconnaissent devoir avec les habitants du Claux, aussi de la même paroisse, une rente annuelle d'un boisseau de seigle, mesure de Saint-Julien (fos 190-191).
Le Fraisse, paroisse de Peyrat-La-Nonière, limité par le Bourg de Peyrat et les villages du Montelly, La Ribière, Montcouyaux et La Mazeire. Sébastien Lefaure, François Dabrioux, Gilbert Baladier, Étienne Bartignat, etc.. gens de labeur, demeurant au village du Fraisse, reconnaissent devoir une rente en seigle et en numéraire, la part étant due par chacun d'eux, sans préjudice de la solidarité. Ils font cette reconnaissance « pour satisfaire aux assignations à eux données et pour se décharger des poursuites contre eux faites, tant par-devant nos seigneurs des requestes du palais qu'en la cour de parlement » (fos 191-193).
Saint-Priest, bourg et paroisse. François Bergier, maître menuisier, et Louis Brandon confessent tenir en toute directe et condition mortaillable aux us, style et coutume d'Auvergne, « dans le tènement de Lascaux-du-Mery, à présent des Semens, trois quartellées de terre dont chascune trois boisseaux, à la mesure d'Auzances, suivant que bornes ont esté mises, et pour icelles terres, les confessans ont recogneu devoir le droit de semence entier, suivant les anciens terriers de l'abbaye, avec le droit de dixme des grains pui s'y recueillent » (f° 193).
La Villatte-Mondor, paroisse de Saint-Silvain-Bellegarde, « limité et confronté ez villages du Chierbardy, Buxerette, Chez-Marlière, Chier-Autorgue et Le Chassin, de toutes parties ». Me Gervais Rigaudy, marchand, Michel de Rimareix, Jean Bardy, Pierre Banc, reconnaissent devoir solidairement un setier seigle de rente, mesure du Chier-Latour, pour raison des maisons, granges, terres, fraux et communaux qu'ils possèdent au mas et tènement de La Villatte-Montdor (f°s 193-194).
Chez-Bourny, paroisse de Champagnat ; mortaillable condition. Communaux : Chaudran, une quartonnée, joignant le chemin de Bonlieu à Aubusson ; La Chaud, nue éminée ; Le Chier, 3 setérées. Tenanciers : Jean Malleterre, cardeur ; Sébastien Peytoureau ; Antoine Malleterre, Léonard Dubelleteix, etc. Redevances et obligations : tailles en argent, grains, arbans, bouades (f°s 194-202).
Cressat (paroisse). Dom François Assolant, religieux, procureur de la maison des célestins des Ternes, reconnaît que son couvent doit 5 setiers de seigle sur le dime de Cressat (f° 202).
Le Mas, paroisse de Champagnat ; mortaillable condition. Reconnaissance de charges, par Pierre Petit, charpentier, et autres, sur le pré de Gouzat (f°s 202-203).

Cote :

H 476

Inventaire d'archives :

Description physique :

Registre. In-f°, 203 feuillets, papier.

Où consulter le document :

Archives départementales de la Creuse

Archives départementales de la Creuse