Document d'archives : Moulin et étang d'Auge. Arrentements (1331) pour 8 années, par les religieux de Bonlieu, à Nicolas, fils de Louis, de Saint-Eloi...

Institution de conservation :

Archives départementales de la Creuse

title_label

Moulin et étang d'Auge. Arrentements (1331) pour 8 années, par les religieux de Bonlieu, à Nicolas, fils de Louis, de Saint-Eloi de Chambon, de deux moulins, l'un à blé, l'autre à « mailler », près l'étang d'Auge, moyennant le paiement de huit setiers de seigle, mesure de Lépaud, et de tous droits qui peuvent être dus. Arrentement perpétuel (1414) par les religieux de Bonlieu, à Pierre et Étienne, alias Stènenot, de Bourlerat, frères, de deux moulins, l'un à blé, l'autre à foulon, situés l'un au-dessous, l'autre à côté de l'étang d'Auge, moyennant dix-huit setiers de seigle, mesure de Lépaud. Les religieux devront fournir les bois nécessaires pour entretenir en bon état les moulins, chaussées, chenaux, « esclandoires », et les conduire sur les lieux, « reservato quod nos debemus tradere dictis fratribus totam fuslolhiam ad omnia jam dicta facienda necessarta, coniucta super loco, nostris expensis propriis ». Sentence (1428) rendue aux assises de Verneiges, tenues à Lépaud, par noble homme messire Hélion des Aages, chevalier, seigneur de Moussat, châtelain de Combrailles, à l'occasion d'un différend survenu entre les religieux de Bonlieu et Pierre Dugat, du Boutareau ; celui-ci refusait de reconnaître que certain moulin dit Atadour fût compris dans l'acense des moulins d'Auge, arguant qu'il était sis dans son propre héritage ; les religieux, pour démontrer qu'il était compris dans l'acense, faisaient valoir que, s'il en était autrement, le susdit moulin litigieux ne pourrait recevoir l'eau de l'étang. La sentence maintient Pierre Dugat dans la propriété du moulin Atadour « au tiltre qu'il allègue », mais à charge de payer deux setiers de seigle par an aux religieux, « pour le cours d'eau qui descend de l'étang desdicts religieux ». Bail à ferme pour 9 années (22 octobre 1554) fait par Jean de Saint-Avit, abbé de Bonlieu, à Claude Chassaigne et Antoine Chatard, des moulins et étang d'Auge, moyennant huit livres tournois par an, et six pièces de poisson, par chaque pèche, à la charge aussi, par les preneurs, de tenir ledit étang en bon état et de faire bâtir une « arche ou anguillière sous la chaussée ».

Identifiant de l'unité documentaire :

H 340

Inventaire d'archives :

Description physique :

Liasse. 2 pièces, parchemin ; 8 pièces, papier.