Inventaire d'archives : Première Guerre mondiale

Institution de conservation :

Commune de Lille - Archives municipales de Lille

Contenu :

Contrairement à ce que prévoit le cadre de classement des archives communales, la sous série 4H lilloise ne renferme pas que des dossiers relatifs aux affaires militaires.
Il constitue en réalité le socle des sources de la Première Guerre mondiale puisque les archivistes du XXe siècle ont fait
le choix de regrouper dans cette série la majeure partie des archives relatives à la vie administrative, aux relations
avec l'occupant allemand et à la vie quotidienne des Lillois entre 1914 et 1918.

Identifiant de l'unité documentaire :

4H

Identifiant de l'inventaire d'archives :

FRAM059350_4H

Publication :

Ville de Lille

Informations sur le producteur :

Mairie de Lille
De l'été 1914 jusqu'au 13 octobre 1914 : la guerre gagne Lille
Comme partout en Europe, lorsque la presse lilloise annonce l'attentat qui a coûté la vie à l'archiduc héritier François Ferdinand d'Autriche, le 28 juin 1914 à Sarajevo, la nouvelle ne fait pas grand bruit. Personne ne se doute des répercussions internationales et catastrophiques que l'événement va occasionner. Depuis quelques temps, la ville de Lille est plutôt agitée par des débats locaux. Elle est le théâtre de luttes politiques, exacerbées par les commémorations organisées à l'occasion du septième centenaire de la bataille de Bouvines. Il faut finalement attendre l'annonce de l'ultimatum de l'Autriche à la Serbie le 24 juillet pour que l'inquiétude s'installe peu à peu. Les journaux parlent de « paix menacée », les rumeurs de mobilisation commencent à se répandre, les permissions sont annulées et les premières réquisitions de chevaux sont mises en place. Tout cela provoque l'inquiétude de la population qui commence notamment à retirer massivement son argent des banques et à faire des provisions pour prévenir l'augmentation future du prix des denrées.
Ainsi, lorsque le maire Charles Delesalle annonce l'ordre de mobilisation le 1er août, la population y est déjà préparée et, bien que la nouvelle soit loin d'être réjouissante, c'est finalement une sorte de soulagement lié à la fin de l'attente et de l'incertitude. L'annonce ne provoque pas particulièrement de réaction patriotique ou nationaliste dans la ville malgré quelques slogans anti-allemands et quelques actes de vandalisme envers les magasins tenus par des propriétaires allemands ou supposés allemands mais qui restent très marginaux. La population est résignée et les premiers départs de soldats mobilisés ont lieu le lendemain dans le calme.
 
Militairement, la situation de Lille au mois d'août 1914 est relativement compliquée. Début août, la ville est déclarée « ville ouverte » et est déclassée par le gouvernement. Concrètement, cela signifie que la ville ne fait pas partie du système de défense de l'armée française, que la plupart des moyens et des militaires qu'elle abrite sont délocalisés vers d'autres villes (en premier lieu Maubeuge, Dunkerque et Paris) et qu'elle ne sera pas défendue en cas d'attaque. Le 4 août, le Gouverneur militaire d'alors, le général Franchet d'Esperey, reçoit une nouvelle affectation tout comme son état-major qui est dissous. Pour le remplacer, le gouvernement nomme le général Percin qui prend ses fonctions à Lille le 5 août. Lors de son arrivée, le général ne semble pas réellement au courant de la situation militaire de la ville et pense que la défense est possible à condition de stopper immédiatement l'évacuation des moyens militaires. La situation reste floue tout au long du mois d'août, pendant que l'armée allemande poursuit son invasion de la Belgique et remporte plusieurs succès militaires.
Si à partir du 20 août, le général Percin reçoit l'ordre de mettre en place la défense de la ville, un contrordre arrive le 24 août : il reçoit finalement l'ordre d'évacuer militairement la ville qui est à nouveau déclarée ville ouverte. Cette succession d'ordres contradictoires et d'hésitations est à l'origine de la panique et du désordre dans lesquels cette évacuation va avoir lieu : beaucoup d'armes, de matériel, de vivres et même de soldats en cours de mobilisation sont laissés sur place (pour cette période voir notamment les notes journalières en 4H/6).
En fait, la situation de la ville de Lille et les rebondissements décrits ci-dessus découlent principalement des difficultés naturellement provoquées sur tout le territoire par l'entrée en guerre, notamment en terme de communication et de transmission des ordres. Elle résulte aussi de moyens de défense trop limités qui conduisent vraisemblablement la municipalité à chercher à éviter une résistance vaine qui aurait pu coûter très cher en pertes humaines et en destructions matérielles.

Informations sur l'acquisition :

Versements non datés aux Archives municipales pour les archives publiques.
Dons successifs pour les archives privés.

Description :

Évolutions :
La sous-série est close et ne connaîtra pas de nouveaux accroissements à l'avenir.
Mise en forme :
La sous-série a été intégralement reclassée en 2013. Les descriptions ont été révisées et normalisées. Un plan de classement thématique a été créé. L'instrument de recherche final est un répertoire méthodique.

Conditions d'accès :

Communicable

Restrictions d'utilisation :

Les documents sont librement communicables et consultables dans notre salle de lecture. Cependant, pour certains documents, en raison de leur taille trop imposante ou de leur fragilité, la communication d'une copie numérique sera privilégiée. Les documents ayant fait l'objet d'une numérisation sont également consultables en ligne (archives.lille.fr; rubrique Rechercher dans les fonds).
Sur le principe, la totalité des documents peuvent être réutilisés pour tout projet culturel (exposition, publication, documentaire&) à vocation commerciale ou non. Chaque projet devra néanmoins faire l'objet d'une présentation préalable au service des Archives. Dans tous les cas, il est nécessaire de vous rapprocher du président de salle de lecture ou de contacter le service avant d'entamer toute démarche.

Langues :

Français et allemand

Description physique :

Importance matérielle :
428article(s)ex.

additional_resources_label

Si la sous série 4H constitue le socle des sources de la Première Guerre mondiale, des documents relatifs à la Première Guerre mondiale à Lille se trouvent aussi dans d'autres sous-séries. C'est le cas par exemple des délibérations du Conseil municipal (série D) ou encore les budgets de la ville (série L) qui restent conservés dans les séries thématiques prévues par le cadre de classement des archives communales de 1926. Il est également à noter qu'environ 7 mètres linéaires de documents « en vrac », portant principalement sur la reconstruction et le réaménagement de la ville, ont été identifiés et cotés au cours des recherches préparatoires à ce travail : ceux-ci ont majoritairement été classés en série O.
 
Afin de permettre au chercheur une connaissance exhaustive des sources relatives à  la Première Guerre mondiale conservées aux Archives municipales de Lille, un guide des sources a été publié en 2014. Il est consultable sur le site internet des Archives municipales de Lille : guide des sources de la Première Guerre mondiale  (Archives municipales de Lille, 2014)

Localisation physique :

Archives municipales de Lille

Mises à jour :

2013
  • Révision des descriptions, création d'un plan de classement méthodique; production d'un instrument de recherche méthodique
  • Nom de lieu :