Document d'archives : Original
5575 - 1269. Août.
Franchises accordées par le comte de Dreux à la ville de Dreux .
A touz ceus qui verront ces...

Institution de conservation :

Archives nationales

title_label

Original
5575 - 1269. Août.
Franchises accordées par le comte de Dreux à la ville de Dreux .
A touz ceus qui verront ces presentes lettres, Robert, conte de Dreues et de Montfort, saluz. Nos faisons à savoir que come contenz fust entre nos, d'une partie, et noz bourjois de Dreues, de l'autre, seur divers articles et seur injures, les queles nos disions que il avoient fet à noble dame Marie, contesse de Dreues, nostre chiere mere, et à nos et à noz genz, et seur ce que li devant dit bourjois demandoient franchises pluseurs en nostre vile de Dreues, à la parfin, dou conseil de bone gent, nos nos acordames en tele maniere, c'est à savoir que li devant dit bourjois nos ont promis à doner et à paier wit mille livres de tornois aus termes qui sont acordez entre nos et eaus, et nos doivent faire seurté bone et sofisant de paier aus termes, et nos les avons quitez des injures que nos leur metions sus. Et pour l'escroissement et pour l'amendement de nostre vile de Dreues leur avons donées franchises à eaus et à leur heirs demoranz en la ville de Dreues, si come eles sont contenues ci desoz, c'est à savoir : se aucuns de la commune de Dreues achete chose quele que ele soit à son usage et à sa mesniée, que il leur soit tenuz à querre et à procurer, il n'en doit point de coustume ; et se il en iert achoisonnez, il en seroit creüz par son serement, se li contraires n'iert si aperz que li seremenz n'en deust estre receuz. De rechief, se aucuns de la commune fet lardier ou lardiers, chantier ou chantiers, grenier ou greniers de choses achetées à son usage, il en est frans de coutume, s'il n'en achetoit outrageusement oultre ce que il li afiert à son estat, ce est à savoir la moitié plus que il n'afiert à son estat ; de la nourreture de ses bestes et des blez qui croistront en ses terres il est frans de coutume. De rechief quiconques de la commune moine ou fet mener par la vile de Dreues ou par le trespas marcheandise qui soit soue propre, il en est quites de ce de coutume, et se il en iert achoisonez, il s'en passe aussinc comme il dit ou premier article. De rechief, se aucuns de la commune achete cheval ou chevax, asne ou asnes, ou autres beestes à son usage et les revende, et ne le face comme marcheanz, quites est de ce de tote maniere de coutume ; et se il en estoit achoisonez, il s'en passe comme dou premier article. De rechief, quiconques de la commune soit pris ou retenuz pour fet où il n'ait peril de vie ou de menbre, il sera recreü, se il est requis, se li meffez n'est fet en la persone dou segneur ou de son baillif ou de son prevost, ou de ceux de son ostel, ou li fez n'est si aperz et si notoires que il ne puisse estre celez. De rechief quiconques de la commune ou qui ne soit mie de la commune use de son mestier ou de sa marcheandise fausement dedenz la vile, la conoissance et la joustise apartient au segneur, appelé a ce le mere, excepté le mauvès poisson et la mauvesse char, dont la conoisance et la joutice apartient au maieur, et les fera ardoir. De rechief, se cas avient où enqueste doie estre fete sus home de la commune, l'enqueste sera fete par le segneur ou par son comandement, appelé le mere au conseil au segneur en celui cas, se il i viaut estre. De rechief, li sires puet faire crier par la vile de Dreues en son non et ou non dou mere, quant mestiers sera pour peril de feu, que l'en mete de l'eve devant les huis, et que l'en oste les sarmenz et les estrains et les autres choses perileuses ; et se il n'est fet, les choses sont forfetes au segneur, ainsinc que li sires en a de ceux qui n'obeissent au ban en metant de l'eve devant les huis, il puet lever de chascun deus solz et demi pour amende, et les autres choses forfetes sont au mere à gaster ou à doner pour Dieu par sa mein, et le ban sera crié communalment, si come il est dit par desus ; et se li contes ne vouloit fere crier le ban à la requeste dou meeur, li meres le pourra fere crier pour le preu de la vile, et seront les amendes au mere, et le gast des choses forfetes, si come il est dit par desus. De rechief, se li sires fet baniée en la vile de Dreues de chose qui apartiegne à la commune, li meres sera appelez au conseil et nomez en la banie. De rechief li meres gardera les mesures et les baudra au segneur ou à son comandement, quant il vendra novelement à terre, et li sires ou son comandement les li est tenuz de rebaillier tantost, et d'ilecques en avant li meres en aura la garde et l'ajustement, et livrera la mesure ajustée. De rechief, se li sires ou son commandement prent mesures pour soupeçon de fauseté, eles seront esprovées à la mesure que li meres gardera, et à l'esprouvement sera li meres appelez, sauve l'amende au segneur de la fauseté par la coutume dou chastel. De rechief, nus ne puet faire chantier à Dreues de vin acheté pour revendre, se il n'est de la commune, sanz le congié dou seigneur ou de son comandement et dou mere ou de son comandement ; et se il le fet et l'en le truisse en chantier après la Seint Martin, li vins est forfez au seigneur et au mere moitié à moitié. De rechief, les gardes des vignes seront mises et ostées par le mere et par son conseil, ne amende n'en pourront lever les gardes, qui leur soit par reson de forfet. De rechief, les courratiers de vin et les vendeurs de poisson de mer doivent estre mis et ostez par le segneur et par le mere communement et ensemble. Quant au gardes de la vile et des murs et des portes, l'ancienne coutume de la vile sera gardée. De rechief, li poissonnier de eve douce et li regratier feront serement au segneur ou à son comandement que bien et loiaument feront leur mestier, et autel serement il feront au mere, se li meres les en requiert. Et se il estoient repris dou segneur ou dou mere que il ne le feïssent bien et loiaument, li sires appelé à ce, le meeur le jousticera en tele maniere que li sires donra le poisson pour Deu, et puis que il seront requis de ces seremenz fere, jusques à tant que il les aient fez, il ne puent user de ce mestier. De rechief, se aucuns achete de aucun de la commune marcheandise quele que ele soit, cil qui vent puet sanz acheison, par soi ou par sa mesniée, arrester en son ostel ou devant son ostel la marcheandise tant que son gré li soit faiz dou pris, et se li acheteur l'en avoit portée ou menée hors de son ostel ou de devant l'ostel, le vendeur puet la marcheandise arrester sanz achoison, tant que il le puisse avoir fet à savoir au comandement au seigneur, sanz estre en achoisonez. De rechief, quiconques de la commune est semons devant le segneur ou devant son commandement, se ce n'est de heritage, la semonse puet estre dou jour à lendemain, se ce n'est pour fet hastif ou pour home de hors, es quiex cas il n'a nul terme. Em plet de heritage doivent estre les jourz desus witieve et dedanz quinzaine, sauf ce que celui qui est semons, pour quoi que ce soit, doit venir à la semonse et requerre ses termes et ses jourz, si come il est desus dit, et avoir les. Le defaut dou matin ne puet estre dusques après la messe Saint Estiene et l'eure d'après la messe, et le defaut dou soir dusques au solail couchant, s'i pert, et s'il ne pert, à cele heure que l'en doit croirre que il soit couchiez. De rechief, chascun de la commune, hors des boulengiers, puet moldre à quelque moulin qu'i vouldra, et son pain cuire au quelque four que il vouldra, et four fere se il velt et puet, et les bolengiers puent four fere sanz ceus qui sont banier dou four au segneur, et nus ne puet pain vendre qui ne soit en l'amende au segneur, se le blé n'estoit molu au moulin au segneur, don li pain seroit fez, et se il n'a aloé estal. De rechief, se aucun de la commune achete vin, il le puet prendre et recevoir à tonel esmé ou autrement, sauve le minage au seigneur, se il est mesurez. De rechief, quiconques est de la commune, il a l'aisement des voies et des chemins sanz empeeschement de commun usage. De rechief, la maniere de fere le mere est tele : Li quens ou son comandement doit prendre cent ou sis vinz bourjois de la vile, si que il en i ait de chascune rue de la vile ; à ces homes eslire li quens appelera le maieur qui a esté en cele année et sis des pers, et iceus cent ou sis vinz esliront quarante de aus ou d'autres par leur serement, et ices quarante en esliront douze par leur serement, ausinc en tele maniere que en ces douze il ne puet avoir que deus de un lignage duques au tierz degré, et ces douze feront le mere par leur sairement ou de eus ou de autres. De rechief, la vile de Dreues a le pontage pour fere les ponz et les portes qui tienent as murs de la vile. De rechief, la vile de Dreues est tenue de refaire les portes et les murs de la vile et les pavemenz, et curer les fossez. De rechief, se cas avenoit de briseure, li maires sera appelez à la veue. De rechief, chascun de la commune qui velt danrées vendre à fenestre, puet faire fenestre ou auvent pour ses danrées garder sanz l'empeeschement dou commun usage. De rechief, se cas avient où enqueste doie estre, il i doit avoir deus tesmoinz convenables au mains. De rechief, se aucun de la commune loue meson, il puet prendre sanz joustice avenanment por son louier. De rechief, quiconques de la commune soit mis en geolle pour quelque fet que ce soit, et s'en parte quites, il est quites dou geolage. De rechief, quicomques a censive à Dreues, il puet jousticier pour son cens, si come il est acoustumé anciennement. De rechief, se cas avient de heritage où veue doie estre en la banleue, la joustice qui fera la veue aura wit deniers pour le servisse, et le paiera cil qui charra de la querele, et s'il font pes, il en paieront moitié à moitié ; et s'il i a bounes à metre, chascune partie paiera quatre deniers. De rechief, li quens puet tenir cors de home pour sa propre dete et pour la dete à ceus qui tendront ses mestiers pour quoi la dete soit des mestiers, et entendon sa propre dete ce qui li est deu en chief et ce qui est deu à ses premiers marcheanz de son marchié, et non oultre. De rechief, quiconques doit arramine, il la puet rachater pour l'amende qui i affiert. De rechief, se aucun se plaint de mesdit et il n'en a preuves souffisanz, cil de cui on se plaint s'en passera par son escondit vers la joustice, se li mesdiz n'est si notoires que il ne puisse estre celez. De rechief, li cas de l'escheance sanz hoir apartient au seigneur de cui la chose muet. De rechief, quicomques de la commune se plaint à joustice de chastel ou de heritage ou de meffet, s'il n'est tel que l'amende doie monter plus de soissante solz, il puet lessier la plainte, se il li plest, se gages ne sont douné ; et se gages sont douné, l'amende est pour les deus parties de sept solz et demi ; et se gages sont ranforcié, l'amende est pour les deus parties de vint et cinc solz ; et se bataille est jugiée, l'amende est de soissante solz pour les deus parties. De rechief, quicomques fet taverne à Dreues, il la puet estanchier, et s'i la garde estainchiée wit jourz, il la puet faire crier au pris qu'il li plera après les wit jourz, que avant il ne puet, se ce n'estoit à celui pris meisme ou à plus petit ; et toutes les foiz que li pris est muez, li sires i a danrée de vin. De rechief, li quens ou son comandement taillera les chantiers de ceus de hors de la commune, le mere appelé à ce, et de la taille la vile aura la moitié par la main au segneur. De rechief, il plaist au roi que les portes de la vile de Dreues soient gardées en la maniere où eles ont esté gardées jusques ci. De rechief, cil de la commune qui aura taverne, se aucun i boit et il ne le paie leanz, cil qui le vin est puet prendre gage avenant et doit garder les gages wit jourz après la taverne vendue, et après il les puet vendre sanz comandement de joustice. De rechief, de la taille fere en la commune de Dreues est ainsinc ordené, que li meres qui sera aille au segneur et li moustre la dete et l'estat et le besoing de la vile, et li requiere que il doigne à la vile congié de taillier, et se li quens ne le croit, li meres fera foi de ce par son serement et par le serement de douze pers de la vile, se li sires velt prendre le sairement ; et se il nou velt prendre quant il sera offert à lui ou à son baillif, li meres pourra fere sa taille pour le besoing de la vile sanz achoison de segneur. De rechief, se aucun de la commune ou qui ne soit mie de la commune est plaintis au mere de home de la commune de mueble, li meres, à la requeste dou plaintif, fera semondre celui de cui on se plaint, et s'il plaist aus parties de prendre droit par devant le mere, li meres conoistra dou descort dusque à la somme de diz livres ou de mains, et le terminera et pourra joutisier à fere tenir ce qui sera terminé par devant lui, sanz lever en amende par la commune, en tele maniere que se cil de cui on se plaint estoit comdempnez, li meres le gagera pour fere tenir le jugié, et se il ne paeoit dedenz quinzaine puis qu'il seroit gagiez, li meres vendroit les gages dusques à la somme jugiée et paeroit le jugié ; et se il avenoit que li demandieres fausist en prueve, il l'amenderoit par trois solz, et cele amende seroit au conte. Et volsismes que toutes les lettres que nos avions de eaus pour l'amende des devant dites injures, es queles lettres il est contenu que nos devions avoir le discieme de leur cuilletes jusques à cinc ans, et toutes autres lettres qui apartienent à ce fet, soient nulles. En seur que tout nos volons que la chartre de la commune de Dreues, que il ont de noz ançoisseurs, demuert en sa force. Toutes ces choses desus dites nos prometons à tenir et à garder en bone foi, et en obligon nos et noz hoirs et noz successeurs. Et que ces choses soient à touzjourz fermes et estables, nos avons seellées ces presentes lettres de nostre seel. - Ce fu fait en l'an de l'Incarnation Nostre Seigneur Jhesu Crist mil et deus cenz et soissante et nuef, ou mois de aoust.

Identifiant de l'unité documentaire :

J//148-J//735 - J//218
    • Original | 5575 - 1269. Août. | Franchises accordées par le comte de Dreux à la ville de Dreux . | A touz ceus qui verront ces presentes lettres, Robert, conte de Dreues et de Montfort, saluz. Nos faisons à savoir que come...