Document d'archives : VALENTIN, Marie Edmond
Né à Strasbourg (Bas-Rhin) de George Benoît, 32 ans, avocat, avoué, percepteur à Blodelsheim (Haut-Rhin)...

Institution de conservation :

Archives nationales

Titre :

VALENTIN, Marie Edmond
Né à Strasbourg (Bas-Rhin) de George Benoît, 32 ans, avocat, avoué, percepteur à Blodelsheim (Haut-Rhin) et de Marie Rose Hodel ; témoins : Jean-Baptiste René Briffault, 53 ans, avocat et George Philippe Valentin, 53 ans, juge de paix. Marié à Félicie Faudel. Mort à Paris 6e (suicide). Collatéraux. Marie Victor né vers 1826, propriétaire, demeurant à Fontainebleau. Rose, supérieure de Notre-Dame de Sion. - Engagé au 29e régiment de ligne à Metz en 1840 ; passe au 6e bataillon de chasseurs ; sergent major, février 1848 ; sous-lieutenant, 9 octobre 1848. Chef de bataillon à titre d'ancienneté, colonel dans l'armée auxiliaire, 4 février 1871. - Représentant (siège à la Montagne) du Bas-Rhin à l'Assemblée législative, 10 mars 1850 ; mis en disponibilité. Arrêté lors du coup d'État du 2 décembre 1851 ; interné à Mazas, à Sainte-Pélagie, expulsé, 9 janvier 1852. En Belgique, interdit de séjour ; en Angleterre, professeur au collège privé de Saint-Colomban près de Dublin (six ans) ; chargé du cours d'histoire militaire à l'Académie royale de Woolwich (1860-70). Après l'amnistie de 1859, passe ses vacances en France, fréquente les rédactions duTemps , deL'Avenir national et duRéveil. Préfet du Bas-Rhin, 5 (6) septembre 1870 ; part le 6, avec Engelhard nommé maire du chef-lieu ; à Mulhouse le 7, il lui délégue tous ses pouvoirs pendant l'investissement de Strasbourg ; établit le siège de la préfecture à Sélestat ; arrêté le 9, évadé de Lahr, repris, libéré, gagne Wissembourg, arrive à Strasbourg le 19, après avoir traversé l'Ill à la nage sous le feu de l'ennemi ; installé à la préfecture le 20. Détenu en Allemagne après la capitulation de la ville le 27 septembre, libéré après l'armistice. Préfet du Rhône, 4/7 février 1871 ; excipe du titre de commissaire extraordinaire de la République dont ne font état ni l'arrêté de nomination, ni le procès-verbal d'installation ; démission, 6 février, motivée par la retraite de Gambetta, refusée par Arago, renouvelée . Séquestré par un "comité" qui démissionne le 25 mars. Candidat (Bas-Rhin), 8 février 1871. Condamné pour arrestation illégale à 4 000 francs de dommages-intérêts, 13 janvier 1872. Remplacé, 24 janvier 1872. T.P.G. du Loiret, n. acc. Député (Seine-et-Oise), 7 février 1875 ; sénateur (Rhône), 30 janvier 1876. Monument élevé par souscription publique, inauguré le 29 avril 1883. Franc-maçon (Loge d'Alsace-Lorraine et Grand conseil de l'Orient de France). L.H. 4 février 1871 ; off. et comm. 2 février 1872. AD XXe , 186.

Identifiant de l'unité documentaire :

F/1a,F/4,LH - F/1bI/176/2

Références bibliographiques :

Informations sur le producteur :
Date de naissance :
27 avril 1823
Date de décès :
31 octobre 1879