Document d'archives : Fragment d'un registre perdu, XIIIe siècle
5722 - 1270. Avant le 1er juillet.
Liber memorialis de juribus quæ a Ludovico...

Institution de conservation :

Archives nationales

title_label

Fragment d'un registre perdu, XIIIe siècle
5722 - 1270. Avant le 1er juillet.
Liber memorialis de juribus quæ a Ludovico Nono, rege Franciæ, repetit Alphonsus comes, iter transmarinum initurus.

Contenu :

Le texte de cette pièce a été publié au tome III du présent recueil, p. 341, n°4310 ; on a cru d'abord qu'elle avait été rédigée vers 1256. Or il y est question de Simon, cardinal-prêtre du titre de Sainte-Cécile, élevé au cardinalat par Urbain IV. La pièce ne peut donc pas être antérieure à 1261, année de l'avènement d'Urbain IV ; il nous semble même qu'elle doit être beaucoup plus récente. En l'examinant de près, on voit qu'il y est question de prendre la mer à Aigues-Mertes ou à Marseille, "in proximo venturo passagio apud Aquas Mortuas vel apud Massiliam" ; Alphonse de Poitiers parle de son projet de croisade : "unde reducatur ad memoriam domino regi quod ipse tradat ei quinquaginta milites et x balistarios pro transfretando cum eo in subsidium Terre Sancte". Enfin, certaines expressions semblent indiquer que le comte est près d'exécuter son vœu de croisade : "Item memoria quod unus registrorum portetur Parisius ad remanendum in Francia, et alius retineatur ad defferendum ultra mare,etc." Il est vrai qu'Alphonse de Poitiers avait repris la croix depuis longtemps, lorsque le roi son frère se croisa pour la seconde fois, le 25 mars 1267 ; mais les termes que nous venons de relever semblent indiquer un départ assez prochain. Saint Louis a pris l'oriflamme à Saint-Denis le 14 mars 1270 ; il s'est embarqué le 1er juillet suivant ; les réclamations du comte Alphonse, qui d'ailleurs était encore en France le 4 juillet, sont certainement antérieures au départ de son frère, et ne peuvent guère être placées avant le moment où il songea lui-même à partir bientôt en pèlerinage. Nous croyons donc qu'elles ont dû être libellées vers 1270, et assez longtemps avant le 1er juillet ; autrement il y serait question d'Aigues-Mortes seul, et non d'Aigues-Mortes ou de Marseille.

Identifiant de l'unité documentaire :

J//148-J//735 - J//317
    • Fragment d'un registre perdu, XIIIe siècle | 5722 - 1270. Avant le 1er juillet. | Liber memorialis de juribus quæ a Ludovico Nono, rege Franciæ, repetit Alphonsus comes, iter transmarinum initurus.