Document d'archives : Dépôt par Denis Martin, d'un rapport de visite fait au lieutenant civil, le 3 juin 1705, par ledit Denis Martin, sculpteur,...

Institution de conservation :

Archives nationales

Title:

Dépôt par Denis Martin, d'un rapport de visite fait au lieutenant civil, le 3 juin 1705, par ledit Denis Martin, sculpteur, ancien garde et juré de la communauté des arts de peinture et sculpture de la ville, faubourg et banlieue de Paris, de présent en charge, demeurant rue Neuve-d'Orléans, à la suite des sommations faites à la requête de Charles-Nicolas Alexandre, maître sculpteur, en vertu de la sentence du lieutenant civil, en date du 18 mars 1705, pour régler un litige surgi à propos d'un devis et marché conclu entre ledit Alexandre et Alexandre-Louis-François Stoppa, chevalier, major du régiment des gardes suisses, pour la sculpture d'un tombeau dans l'église d'Herissey [Hericy], près de Fontainebleau.

Contenu :

Informations complémentaires :
S'étant rendu sur les lieux, ledit Martin a rencontré ledit Alexandre. Il a trouvé l'ouvrage haut d'environ 13 pieds, large de 6 pieds 2 pouces (marqué sur le devis de 6 à 7 pieds) et saillant d'un pied (comme sur le devis). Pour la perfection, l'ouvrage est un peu négligé, mais à proportion du savoir de l'ouvrier, 'ledit sieur Stoppa ne devant pas s'attendre en se servant dudit Alexandre d'avoir un ouvrage aussy parfait et finy que s'il avait employé les plus excellents maîtres de Paris'. Il signale encore que la main de la figure de Mars devait, selon le devis, tenir le 'portrait de marbre' et qu'en réalité elle le montre seulement ; 'peut-estre les parties sont-elles convenues de ce changement; monsieur Stoppa ne s'en plaint pas mais seulement de ce que ladite main est raportée, et non pas d'une pièce avec le bras'. La chose n'est pas tout à fait contre les règles de l'art, 'mais le joint trop apparent'. Stoppa se plaint aussi que des ornements aient été omis au bas du mausolée, mais le devis n'en fait pas mention après l'article des armes qui terminent en bas l'ouvrage (armes qui devraient être de marbre au lieu de plomb), et le modèle en bois et en cire que Stoppa a envoyé à Martin 'est sy gasté' qu'il est impossible d'en tirer une conclusion. L'ouvrage de plomb est mal doré, et tout l'ensemble, 'quy fait assez bon effet de loin' est un travail assez grossier. Cependant ledit Martin l'estime à plus de 600 livres qui est le prix convenu au marché, et il pense que s'il avait été fait dans la perfection par un excellent maître, il coûterait plus de 2.000 livres.
À la suite : 1705, 13 juin. Quittance par Martin à Alexandre, de 60 livres pour son voyage, séjour et retour, peines et vacations.
Origine de l'information :
Documents du Minutier central concernant l'histoire de l'art (1700-1750), par Mireille Rambaud, tome II [études I à X, soit 2357 actes], Paris, Archives nationales, 1971, p. 404 (instrument de recherche imprimé dématérialisé, certaines notices sont plus détaillées dans la version intégrale accessible en ligne par la rubrique 'Autres instruments de recherche', voir contexte dans le Plan d’orientation général - Notaires de Paris, guides thématiques du Minutier).
Date de révision : 2011
Date de création de la notice :2009

Identifiant de l'unité documentaire :

MC/ET/VII/143 - MC/ET/VII/197, MC/RE/VII/5 - MC/ET/VII/175