Document d'archives : Original scellé
5527 - 1269. Mai.
Règlement pour les rachats à merci dans le comté de Poitiers.
A touz ceus qui ces...

Institution de conservation :

Archives nationales

title_label

Original scellé
5527 - 1269. Mai.
Règlement pour les rachats à merci dans le comté de Poitiers.
A touz ceus qui ces presentes letres verront, Savaris, vicoens de Thoarz, valez, Guionnet, fiuz Aymeri jadis viconte de Thoarz, Hugues l'Arcevêque, sires de Partenay et de Vovent, Morise de Belle Vile, sires de la Garnache et de Montagu, Geffroi de Lezegnen, sires de Jarnac et de Chatel-achart, Sabran Chabot, sire de Rochecerviere, Guillaume de Piquegni, por Gui de Chemilli, seigneur de Mortaigne, à ce atorné de par li, Geffroi, sires de Chatiaubriant, Guillaume, sires de Sainte More, Thiebaut, sires de la Chasteigneroie, Morise de la Haie, Charles de Rochefort, sires de Villers, Geffroi de Chauceroie, Thiebaut de Biaumont, sires de Bercoere, saluz en Nostre Seigneur. Sachent tuit cil qui sont et qui avenir sont que tres haut et nostre tres chiers sires Aufons, fiuz de roi de France, coens de Poitiers et de Tholose, ergardé et consiurré nostre porfit et le commun porfit de sa conté de Poitiers et especiaument du viconté de Thoarz et de la terre de moi Hugue l'Arcevêque devant dit et des autres terres qui sont en la dite conté en sa seignorie et en son destroit, es queles estoient li rachat a merci, voillanz et desirranz porveoir à la pes et l'alegement de ses feaus, en meür conseil et deliberacion, à nostre requeste et de nostre volenté, et de nostre otroi et de plusors autres qui à cest acort furent et s'ostroierent des diz rachaz à merci, a ordené en ceste maniere : c'est assavoir que, quant cil mourra qui du conte de Poitiers ou des barons ou des vavassours tendra son fié,. que nostre sires li coens, ou cil de qui cil tendra, porra tenir le fié en sa main par an et par jour, tout aussint com cil qui morz sera le peust tenir et esploitier, c'est assavoir issues de blez, de vins, de deniers, de rachaz, de cens doubles, einsint com li heritiers le peust lever, et de fours, de moulins, de feins, de chevaus, de servise et de toutes autres issues qui à l'eritier devrient avenir. Et se einsin estoit que en celui fié dont li rachaz seroit escheüz avoit gariment ou douaire, ice courroit aussint ou poiement de l'ennée com feroit li demoines, excetez les viez douaires, dont li rachaz auroit esté faiz autrefoiz en telle maniere que, l'année passée, li heritiers du fié seroit tenuz à rendre la vaillance du noviau doayre à cele qui l'i auroit. En ceste chose la seignorie qui tendroit ne porroit bois vendre, ne estans peeschier, ne vivers, ne eve, ne garenne chacier. De rechief li sires du fié ne porroit refuser le fil de celui qui morz seroit, ou le neveu, ou celui qui heritiers devroit estre ou successeur enprès le mort, qu' il ne le receüst en sa foi et en son homage, en tele maniere qu'il ne le porroit refuser par meneur aage, ne son tuteur que li peres ou la mere ou li lignages ou li ami li auroient baillié leiaument, mes li sires du fié qui esploiteroit porroit metre son commandement en un des meneirs ou en une des mesons ou en une des granges por recevoir la rente et les issues de s'année, et, l'année passée, la meson retorneroit arrieres à l'eritier, non empiriée par son fet ou par son defaut. De rechief la dame ou la fame qui son doaire atendroit, ne li heritier, ne seroient pas remuez des mesons de l'année que li sires tendroit par son rachat. Toutevoies est assavoir que, s'il i avoit forteresce ou fié, cil qui la forteresce seroit ne la porroit veer à son pardesus por le besoing de la terre, mes, le besoing passé, il la li doit rendre non empirée par son fet ou par son defaut. Encores est assavoir que se il n'avoit en ce fié point de vaillance de domoine fors que bois, la value des bois seroit esmée par quatre prodes-homes, deus de la partie à celi qui le rachat devroit recevoir, et deus de la partie à celi qui le devroit faire. La tierce partie de l'estimacion prendroit li sires por son rachat. Et encores porroit noutre sires li coens devant diz prendre les chastiaus et les forteresces et retenir à soi es cas où il le puest faire par droit ou par costume ou par covenance. De rechief il est assavoir que se aucuns i avoit qui tenist de seigneur et ne tenist de domoine se pou non, il poieroit autant come vaudroit la levée du meilleur rierefié qui seroit en celes tenues. Encores est assavoir que se en celui fié n'avoit que gaaigneries, li sires prendroit autele partie come la terre porroit estre bailliée. Et se il avenoit que il i eust deus cueilletes en cele année, li sires n'en porroit lever que l'une. Et cist establissemenz est entenduz des rachaz qui estoient à merci, car cil qui sont aboni demorent en leur estat. Et li home qui devoient tailliées par raison de rachat ou de mortemain, n'en rendront desoremais nulle tailliée. Et est assavoir que il est dit et ordené par la volenté notre seigneur le conte devant dit et de nostre acort et de nostre otroi et à nostre requeste, que se il i a aucun des sougiez au devant dit nostre seigneur le conte sanz meen qui ne se sont acordé ou ne voudront acorder à ceste ordenance desus dite, que il demorent et remaignent en la premiere condicion et costume des rachaz à merci, si com il i estoient ainz le tens de ceste ordenance. Et toutes ces choses, si com elles sont desus escrites et devisées, nous avons otroié et pormis por nous, por nos hairs, por nos successeurs et por noz sougiez, à tenir et à garder pardurablement sanz venir encontre par nous ne par autre es tens qui à venir sont. En tesmoing de la quele chose nos avons ces presentes letres confermées par la mise de nos seaus, sauf en autres choses le droit nostre seigneur le conte devant nommé et le nostre, et sauf tout autrui droit. - Ce fu fet et donné en l'an Nostre Seigneur mil deus cenz sessante et noef, ou mois de moi.

Contenu :

Scelle autrefois de quatorze sceaux, dont treize existent encore !
1° A gauche, sceau de Savary, vicomte de Thouars ; brisé ; cire blanche, attaches de soie rouge (Inventaire, n° 1092).
2° Sceau de Guy de Thouars (Inventaire, n° 1093) ; cire blanche, soie rouge.
3° Sceau de Hugues l'Archevêque, sire de Parthenay (Inventaire, n° 3172) ; cire blanche, soie rouge.
4° Place vide.
5° Sceau de Geoffroy de Lusignan (Inventaire, n° 2637) ; cire blanche, soie rouge.
6° Sceau de Sabran Chabot (Inventaire,n° 1673) ; cire blanche, soie rouge.
7° Sceau portant un écu à trois bandes, chargé d'un lambel de cinq pièces ; cire blanche, soie verte.
8° Sceau de Geoffroy de Châteaubriant (Inventaire, n° 1758) ; cire blanche, soie rouge.
9° Sceau de Guillaume de Sainte-Maure (Inventairen°3563) ; cire blanche, soie rouge.
10° Sceau de Thibaud de la Chàteigneraie (Inventaire, n° 1775) ; cire blanche, soie blanche.
11° Sceau de Maurice de la Haie (Inventaire, n° 2346) ; cire blanche, soie rouge.
12° Sceau de Charles de Rochefort (Inventaire, n° 3414) ; cire blanche, soie ronge.
13° Sceau de Geoffroy de Chauceroie (Inventaire, n° 1802).
14° Sceau de Thibaud de Beaumont (Inventaire, n°1371) ; cire blanche, soie rouge.
Cette pièce a été publiée par Galland,Du franc-aleu, p. 67, et par M. Boutaric,Saint Louis et Alfonse de Poitiers, p. 490-493.

Identifiant de l'unité documentaire :

J//148-J//735 - J//192/a
    • Original scellé | 5527 - 1269. Mai. | Règlement pour les rachats à merci dans le comté de Poitiers. | A touz ceus qui ces presentes letres verront, Savaris, vicoens de Thoarz, valez, Guionnet, fiuz Aymeri jadis viconte de Thoarz,...