Archival document : 1843 ...

Title

1843

Scope content

  • 6 janvier. Le Préfet de Police au Ministre des Travaux publics, lui rappelant que, malgré les ordres donnés, une somme de 140 francs, montant des droits dûs pour divers objets de petite voirie posés sans permission rue Saint-Dominique, n'ont pas été payés. Il prie le Ministre de renouveler les ordres, afin que cette somme soit versée au plus tôt à la caisse de sa Préfecture.
  • 31 janvier. Le Ministre à M. Duban, lui rappelant la lettre du Préfet de Police réclamant le paiement des droits que la ville de Paris perçoit sur les persiennes et tuyaux de descente - ces droits ayant été prévus dans les mémoires payés aux entrepreneurs, ceux-ci voudront bien les acquitter dès qu'ils auront reçu des ordres formels pour la régularisarion de cette affaire.
  • 4 février. M. Duban au Ministre, lui retournant, comme convenu, la lettre du Préfet de Police et constatant, en effet, que les droits n'avaient pas été réglés en leur temps.
  • 16 février. Double de la lettre du 6 janvier : le Préfet de Police au Ministre des Travaux publics.
  • 24 février. Le Ministre au Préfet de Police, le prévenant qu'il va prendre les mesures nécessaires afin que soit effectué le paiement de la somme dûs pour les objets de petite voirie posés sans permissie devant le ministère des Travaux publics.
  • 24 février. Le chef de division à M. Duban, lui signalant qu'un siège d'aisance établi dans l'arrière cabinet du Chef de cabinet du ministre des Travaux publics dégage une odeur tellement désagréable qu'il demande que l'on enlève le tout immédiatement.
  • 7 mars. Le chef de division à M. Duffner, entrepeneur de maçonnerie, au sujet du droit réclamé par la Préfecture de Police à la suite de travaux exécutés au ministère des Travaux publics et pour lesquels ont été déposés dans la rue Saint-Dominique 32 paires de persiennes et 3 tuyaux de descente. Pour simplifier les choses "veuillez payer cette petite somme directement à la Préfecture de Police - elle vous sera remboursée sur la mémoire de vos travaux".
  • 11 mars. M. Parijade à M. de Noue, chef de division. Ce tapissier se plaint de n'avoir pas reçu le paiement de son mémoire qui a été vérifié et s'élève à 7 926 francs. Il dit avoir un grand besoin d'argent et compte dessus pour la fin du mois.
  • 30 mars. Le chef de division à M. Bigarne, chef du Secrétariat général, l'informe que le sieur Leclaire, entrepreneur, lui a remis un mémoire de travaux de peinture et de vitrerie exécutés dans les bâtiments occupés par le Ministre. Ce mémoire n'ayant aucun rapport avec des travaux neufs, et ne concernant que l'entretien, leur paiement ne rentre pas dans ses attributions - il les lui adresse.
  • 17 juin. Un vol a été commis dans l'appartement de M. Teste fils. Prière de donner les noms et adresses des ouvriers ayant déjà travaillé dans cet appartement et renseignements sur leur moralité. Le Chef de Division.
Même demande pour les ouvriers de M. Travers et les ouvriers maçons.
  • 19 juin. Détails donnés par M. Leclaire, peintre, sur la moralité des ouvriers peintres qui ont travaillé dans l'appartement de M. le Ministre des Travaux publics, rue Saint-Dominique, n°60.
  • 1er juillet. M. Lebaz, ingénieur en chef, ayant trouvé des papiers glissés, par erreur sans doute, dans un dossier qui lui a été adressé par le Chef de division des Travaux publics, les lui renvoie, en le priant de lui en accuser réception.
  • 25 octobre. Envoi au Secrétaire d'Etat du mémoire relatif aux changements faits dans la remise et dans l'écurie dépendant de son hôtel.

Reference

F/21/1560

Where to access this document :

Archives nationales

Links