Archival document : 1842 ...

Title

1842

Scope content

  • Janvier. Rapport au Ministre d'Etat par M. Duban, architecte. Pavage d'une cour et établissement d'un trottoir - Proposition d'approuver deux soumissions souscrites pour l'exécution de ces ouvrages.
  • 5 janvier. Le Ministre des Travaux publics au Ministre des Finances, l'informe qu'il a chargé M. Duban, architecte de l'hôtel Molé, de le représenter pour remettre au Domaine la bande de terrain abandonné à la voie publique et qu'il s'entende avec le représentant du Ministre des Finances pour que le prix en soit payé selon les estimations faites.
  • 6 janvier. Le Ministre prie les entrepreneurs de préparaer leurs mémoires pour le début d'août. Le Ministre à MM. Duban et Duc, en vue d'un règlement immédiat ; il demande que les mémoires lui soient remis au plus vite - insister auprès des entrepreneurs.
  • 10 janvier. Devis des travaux d'achèvement de l'hôtel du ministère des Travaux publics.
  • 20 janvier. Papier timbré récemment des sommes dûes pour plusieurs travaux divers, par M. Robin, chef du Secrétariat général, à M. Page, entrepreneur. Ordre est donné de ne rien payer à cet entrepreneur.
  • 21 janvier. Le Chef de Division à M. Duban, le priant de faire exécuter une cloison en planches de sapin dans une salle de l'hôtel Molé. "Pour le crédit alloué à ce travail, il devra passer à mon bureau avant".
  • 26 janvier. Le chef de division à MM. Duban et Duc, leur communiquant une lettre par laquelle le Ministre des Travaux publics signale les inconvénients du peu de saillie du trottoir devant le ministère. Le chef de division les invite à donner leur avis sur la demande du Préfet de modifier cet état de choses.
  • 26 janvier. Le chef de division à M. Cabit, huissier, au sujet de l'opposition faite au paiement des sommes dûes pour travaux faits à l'hôtel Molé à M. Page, entrepreneur. Le chef de division lui rappelle que c'est le Trésor royal qui règle les créances des entrepreneurs et que c'est au ministère des Finances qu'il faut adresser l'opposition.
  • 27 janvier. M. Duban au Ministre, l'informant que la remise aux agents du Domaine de la partie de terrain retranché de l'hôtel Molé sur la rue Saint-Dominique a été effectuée - et il joint le duplicata du procès-verbal qui atteste cette opération, plus plan.
  • 2 février. Rapport au Ministre par le chef de division au sujet d'une demande de crédits supplémentaires aux chambres, pour solder l'excédent des dépenses impossibles à prévoir, lors de l'établissement des devis. Suit l'état indicatif des travaux.
  • 5 février. Accusé de réception par le chef de division à M. Duban du duplicata du procès-verbal constatant la remise au Domaine de la partie de terrain retranchée de l'hôtel Molé.
  • 23 février. Projet de loi de la Chambre des Députés tendant à ouvrir au Ministère des Travaux publics des crédits supplémentaires pour travaux extraordinaires.
  • 5 mars. Le chef de division à M. Duban lui signalant que le sieur Borquis de Bonelle, adjudicataire des travaux de fumisterie des bâtiments du ministère demande le remboursement de son cautionnement.
  • 11 mars. Rapport au Ministre des Travaux publics par le chef de division - proposant de décider que les menuiseries exécutées dans l'hôtel et qui ont éprouvé des déchirements soient supprimées du mémoire.
  • 14 mars. Le chef de division à MM. Duban et Duc, les informant que le sieur Travers, entrepreneur de serrurerie, a remis par erreur dans les bureaux de la Division des Monuments publics un aperçu des ouvrages pour lui exécutés au ministre des Travaux publics durant février. La pièce dont il s'agit ne lui étant pas destinée, "je vous la retransmets".
  • 16 mars. MM. Duban et Duc au Ministre, lui annonçant l'envoi du mémoire de tapisserie de l'appartement de réception et des bâtiments des divisions des Monuments publics.
  • 22 mars. Le chef de division à M. Louet, vérificateur, lui adresse le mémoire concernant l'ameublement du ministère des Travaux publics et du bâtiment affecté à la Direction des Bâtiments civils - en le priant d'en faire la vérification - en lui rappelant que les prix peuvent être diminués mais non dépassés.
  • 7 avril. Convocation de M. Garrez par le Ministère des Travaux publics, à se rendre au ministre pour y rédiger, de concours avec MM. Louet et Valez, le procès-verbal de la vérification qui a été faite d'une partie des fournitures du mobilier de l'Hôtel.
  • 8 avril. Le chef de division à M. Lelong, avoué au Tribunal de première instance, signalant que la vérification de plusieurs meubles fournie par M. Hervieux pour l'ameublement des appartements du ministère des Travaux publics a produit des différences tellement considérables en comparant ces résultats aux quantités énoncées que les agents ont dû dresser un procès-verbal de la constatation.
  • 9 avril. M. Lelong, avoué, à M. Buron, regrettant de n'avoir pu le rencontrer au sujet du procès-verbal en question ; qu'il attend pour donner suite à l'affaire. Le procès-verbal vient d'être apporté par un employé.
  • 17 avril. M. Lelong, avoué, prie le chef de division de nommer un expert - ce qu'il a fait en la personne de M. Malezieux.
  • 18 avril. Le Préfet de Police au Ministre d'Etat aux Travaux publics, au sujet de dégradations constatées sur le trottoir établi devant les bâtiments dépendant du ministère rue Saint-Dominique. Il résulte de renseignements pris que la réparation de ce trottoir et son entretien n'incombent pas à la Ville mais au ministère que l'on prie de se changer de ces travaux.
  • 23 avril. Le chef de division à M. Fiève, vérificateur, l'informant qu'avant de reprendre les travaux le Ministre voudrait connaître le montant des dépenses faites antérieurement, et le priant de lui remettre les mémoires réglés, le plus tôt possible.
  • 23 avril. Lettre semblable à M. Louet, vérificateur.
  • 25 avril. Le Ministre à MM. Duban et Duc, les priant de faire réparer les dégradations du trottoir signalées par le Préfet de Police, et ceci par l'entrepreneur qui l'a exécuté, en faisant le travail à ses frais, cette dégradation provenant d'une malfaçon.
  • 26 avril. M. Lelong, avoué, est tout-à-fait satisfait de la nomination de M. Malezieux comme expert. L'avoué demande qu'on le prévienne du jour où commenceront les opérations, afin d'obliger M. Hervieux à y assister.
  • 26 avril. M. Feré à M. le comte de Noue, chef de division des Travaux publics, lui annonçant qu'il lui fera parvenir la semaine prochaine la situation du règlement des Mémoires du ministère des Travaux publics ; il les remettra tous aux architectes, sauf celui de M. Traffner qui n'a jamais été terminé.
  • 28 avril. M. Lelong, avoué, à M. de Noue, chef de division, lui faisant part que le jour a été décidé pour la réunion des inspecteurs et vérificateurs, soit samedi à midi, dans les bureaux du ministère.
  • 29 avril. Le chef de division à M. Louet, l'avisant que la réunion des experts et vérificateurs aura lieu le lendemain à midi, et le priant de venir à cette réunion où sa présence est indispensable.
  • 29 avril. Même lettre à M. Jarry.
  • 29 avril. Même lettre à M. Valley.
  • 10 mai. Rapport au Ministre, lui remettant le relevé des crédits votés par la Chambre des Députés, ainsi que les crédits antérieurs pour les dépenses réglées. On propose de mettre à la disposition des architectes le crédit qui reste disponible pour l'achèvement des travaux.
  • 17 mai. Le chef de division à MM. Duban et Duc, les priant de lui envoyer au plus tôt le devis des travaux à faire pour employer la somme de 48.000 francs restant disponible sur le crédit demandé pour l'achèvement de l'hôtel Molé.
  • 20 mai. Le chef de division à MM. Duban et Duc, insistant sur la nécessité qu'il y a adresser de toute urgence le devis des travaux restant à faire à l'hôtel Molé, et demandant qu'on lui remette dès le lendemain matin - revêtu de la signature des architectes - afin, que remis au Ministre, il puisse donner l'ordre de reprendre les travaux.
  • 21 mai. Rapport au ministre pour lui adresser le résumé des dépenses faites à l'hôtel Molé, et celles qui restent à faire pour compléter les travaux.
  • 21 mai. Le chef de division à MM. Duban et Duc : la Chambre des Pairs ayant sanctionné par son vote l'allocation du crédit supplémentaire demandé pour l'achèvement des bâtiments de l'hôtel Molé, désire que les travaux reprennent dès lundi 23 courant.
  • 21 mai. Le chef de division à M. Rohault, inspecteur général : texte semblable au précédent.
  • 23 mai. MM. Duban et Duc au Ministre, lui signalant qu'une somme de 420 francs portée en double dans un devis de maçonnerie leur fait fiare économie qu'ils proposent d'employer à l'achat de chêne, au lieu du sapin prévu, par les parquets du 2e étage sur la cour d'honneur, et demandent son autorisation.
  • 27 mai. MM. Duban et Duc à M. de Noue, chef de division, lui adressant le devis du parquet du 3e étage et celui des cloisons et tentures des bureaux, de M. Franqueville.
  • 28 mai. Rapport du chef de division au Ministre, le prient de régulariser l'exécution du parquet de bois au lieu du carrelage prévu, au 3e étage - combles.
  • 4 juin. M. Robin à M. de Noue, chef de division des Bâtiments civils, pour lui adresser le devis - approuvé par le Ministre - relatif aux travaux à faire pour l'appropriation du local dans le nouvel hôtel du ministère aux séances du Conseil des Ponts et Chaussées.
  • 11 juin. Le chef de division à M. Rohault, le prévenant que le Ministre a autorisé la pose d'un parquet dans les combles, à la place d'un carrelage prévu à l'origine.
  • 6 juillet. Le Ministre de l'Intérieur au Ministre des Travaux publics, l'informant que les portraits de Vauban et de Riquet, destinés à l'hôtel du ministère des Travaux publics, étaient presque terminés quand l'ordre d'annuler la commande est parvenu, en même temps que le décès de M. Bouchot qui les avaient entrepris. M. Tassart avait été chargé de les terminer. Faut-il vous les réserver ? Sinon ils auront une autre destination.
  • 18 juillet. M. Leclaire, entrepreneur de peinture-vitrerie au ministère, lui demandant un délai pour la vérification d'un mémoire erroné, à son désavantage.
  • 21 juillet. Rapport au ministre proposant l'approbation des devis de pavage. Le chef de division, à M. le comte de Lisle, l'entrepreneur de pavage en bois, lui demandant son prix pour l'exécution de ce pavage dans la cour du ministère - en tenant compte que l'on désire que soit observée la plus grande économie - ce qui permettrait semblable travail dans la rue, devant l'hôtel. Il aimerait voir l'entrepreneur.
  • 23 juillet. Le ministre des Travaux publics au Ministre de l'Intérieur, en réponse à sa lettre du 6 juillet, lui dit qu'il est décidé à prendre les deux portraits de Vauban et Riquet, destinés au ministère. Il a prévenu l'architecte de voir M. Tassart, le peintre, afin qu'il s'entende avec lui pour le transport des portraits.
  • 23 juillet. Même lettre à M. Duban pour qu'il s'entende avec le peintre pour le transport.
  • 26 juillet. Le chef de division à M. Leclaire, en réponse à sa lettre du 18 juillet, l'informe que les réglements s'opposent à ce qu'un mémoire soit reporté sur un autre crédit, que celui prévu à la date déterminée - il ne peut donner suite à sa demande de délai.
  • 28 juillet. M. Duban au Ministre des Travaux publics, lui rend compte de sa visite chez M. Tassart, lequel était absent. Il a vu son propriétaire, auquel il doit un terme, et qui a refusé de laisser partir les toiles avant le paiement du loyer. M. Duban ajoute que les portraits paraissent inachevés et peu dignes de figurer à la place qui leur était destinée.
  • 11 août. Le chef de division à MM. Duban et Duc, les priant de se renseigner au sujet de différents systèmes de pavage en bois, qui ont chacun des pric et qualités diverse et de l'en informer, afin qu'il puisse avoir les crédits du Ministre. Autre question importante : les latrines, dont l'état actuel est déplorable - demande une révision totale et immédiate pour la convenance et la salubrité des bureaux. Enfin, le chauffage qui, prévu dans le cabinet du Ministre et Secrétaire d'Etat, ne fonctionne pas encore. Toutes ces questions sont à envisager dans le plus bref délai.
  • 13 août. Le Ministre des Travaux publics au Ministre de l'Intérieur, pour l'informer que M. Duban s'est rendu chez le peintre des portraits de Vauban et Riquet. M. Tassaert, qui était absent - son propriétaire a refusé de laisser partir les toiles tant que le paiement d'un terme de loyer dû ne serait pas effectué. Il paraît que les portraits paraissent inachevé et semblent peu dignes de figurer à la place qui leur est destinée. Tout ceci afin que les mesures soient prises, dans le cas probable, où le Ministre y renoncerait.
  • 13 août. MM. Duban et Duc au chef de division, pour lui proposer un système d'aération et absorption des mauvaises odeurs provenant des latrines. Devis des travaux proposés joint. Egalement, proposition d'employer pour installer le calorifère, une somme de 3 360 francs restant entre la "demande" des mémoires et la somme allouée par l'achèvement des bureaux.
  • 24 août. Le chef de division à MM. Duban et Duc, leur donnant son accord pour l'entreprise des travaux d'assainissement des latrines dans la cour de bureaux.
  • 1er septembre. MM. Duban et Duc à M. le chef de division, lui proposent M. de Lisle comme offrant les meilleures garanties pour le pavage en bois de la cour.
  • 1er septembre. M. de Lilse à M. Duban, lui indiquant son prix au mètre (15 francs) et donnant un relevé des prévisions de dépenses.
  • 2 septembre/ Note pour M. le Ministre, lui demandant de bien vouloir approuver une dépense supplémentaire de 12 926 francs, 15 pour le pavage de la cour principale.
  • 7 septembre. Le Président du Tribunal de Commerce à M. de Noue, lui demandant de prévoir la liquidation de ses travaux au ministre des Travaux publics, regrettant que l'on n'ait pu le faire plus tôt.
  • 10 septembre. Le ministre à M. Duban et à M. Duc, les informant qu'il n'accepte pas les propositions de M. de Lisle et qu'il entrevoit les travaux de pavage d'une autre façon - en deux parties : 1) le pavage de la cour, 2) les trottoirs, avec devis spécial pour chacune. Il nomme M. Paisnel, entrepreneur, pour le pavage et M. Geslin, pour les trottoirs, comme devant souscrire leur soumission et proposer le rabais pouvant être accepté par eux.
  • 12 septembre. M. Duban à M. Broglie, bureau de contrôle au ministère des Travaux publics, lui demandant de bien vouloir emettre au porteur le plan de la cour du ministère, pour le pavage de laquelle on lui demande un devis. Détail des travaux joint.
  • 15 septembre. M. Robin à M. de Noue lui demandant des précisions sur les sommes à payer aux architectes et vérificateurs, pour les travaux dont ils se sont occupés - ceci en vue de rendre ses comptes à son successeur. Il remercie M. de Noue de sa générosité pour l'installation du personnel et des frais que cela représente.
  • 19 septembre. M. de Noue à M. Robin, lui donnant les précisions qu'il demandait pour les honoraires des architectes et des vérificateurs. Il l'engage à régler certaines sommes fixées, pour le 30 septembre.
  • 19 septembre. MM. Duban et Duc au Ministre, pour lui adresser les deux devis (cour et trottoir) pour le pavage des cours, qu'il a demandés d'urgence.
  • 26 septembre. M. Bigarne, chef de division, à M. Duban, l'informant qu'il reçoit des plaintes au sujet du mauvais tirage des cheminées - et le priant de venir les vérifier et les mettre en état avant le mauvais temps.
  • 26 septembre. M. Bigarne au chef de division des Bâtiments civils, pour lui adresser le mémoire de M. Hervieux pour la fourniture du mobilier - rez-de-chaussée et 1er étage - pour l'installation des Bâtiments civils et celle du Secrétaire général du personnel - et également le mémoire de M. de Lepaute pour l'horlogerie - espérant pas la révision et semble disposé à faire un procès.
  • 28 septembre. Le chef de division à M. Bigarne, lui transmettant les deux mémoires - Hervieux et Lepaute, révisés - mais, sans le visa de l'Inspecteur général qui sera mis le lendemain. Hervieux n'accepte pas la révision et semble disposé à faire un procès.
  • 30 septembre. Le chef de division à M. Duban, lui rappelant que l'on attend d'urgence tous les mémoires et qu'il veuille bien faire en sorte qu'aucun ne manque, afin que le crédit destiné à cet usage soit employé.
  • 4 octobre. Le Ministre à M. Violet, ingénieur, lui adressant un cahier de charges et une série de prix relatifs au pavage de la cour de l'Hôtel Molé (ministère des Travaux publics) en le priant d'examiner les prix. L'entrepreneur consent à faire sur le prix de la série un rabais uniforme de 4%.
  • 5 octobre. Les Ponts-et-Chaussées donnant un état comparatif des prix du devis du pavage de la cour de l'hôtel du ministère des Travaux publics avec les prix correspondants du bail du Pavé de Paris.
  • 6 octobre. M. Morel, propriétaire, au Ministre, au sujet de M. Pelletier, sculpteur, ayant travaillé à l'hôtel Molé, et qui refuse tout paiement à son propriétaire avant que le ministère lui ait réglé des mémoires. Il voudrait savoir si ce qu'il dit est exact.
  • 7 octobre. Rapport par M. de Noue, chef de division, au Ministre Secrétaire d'Etat du Département des Travaux publics, pour lui adresser le devis de M. Duban pour le pavage de la cour de l'hôtel du ministère des Travaux publics, en lui demandant son approbation. Il signale qu'en notifiant à M. Paisnel l'approbation de sa soumission, il lui sera demandé de s'engager à terminer le pavage avant le 30 novembre.
  • 10 octobre. Le chef de division à M. Geslin, l'informant que le ministre ne donne pas suite à la proposition d'un trottoir au portour de la cour du ministère des Travaux publics et que, pour cette raison, sa soumission n'aura pas d'effet. Il la renvoie avec ses regrets.
  • 13 octobre. Le chef de division à M. Duban, l'informant que le Ministre a approuvé la soumission de M. Paisnel s'engageant à exécuter, avec un rabais de 4%, les travaux de pavage de la cour du ministère des Travaux publics.
  • 13 octobre. Le chef de division à M. Rohault, même lettre, moins le dernier paragraphe.
  • 13 octobre. Le chef de division à M. Paisnel ... et l'engage à apporter la plus grande activité à l'exécution de ce travail.
  • 15 octobre. Le ministre à M. Duban, l'informant qu'il part dans le Midi et sera de retour le 1er novembre ; il souhaite que le pavage de la cour soit terminé à cette époque et compte sur M. Duban pour faire activer les travaux.
  • 20 octobre. M. le Secrétaire d'Etat à M. Morel, propriétaire de M. Pelletier, sculpteur, au sujet duquel il répond en disant que tous les mémoires dûs à ce sculpteur ont été réglée en leur temps, ainsi que les acomptes - une dernière somme lui est dûe, depuis quelques jours, sans qu'il l'ait réclamée ; il n'y a rien d'autre à lui payer.
  • 20 octobre. Le ministre à M. Duban, lui adressant le montant de la liquidation des dépenses faites en 1841 pour les travaux de construction, et de restauration aux bâtiments de l'Hôtel Molé, attribués au service du ministère des Travaux publics.
  • 25 octobre. Le chef de division à M. Robin, l'informant que M. Broglie se plaint que son bureau soit occupé par plusieurs employés et désire que la pièce soit partagée en deux. Il le prie de donner des ordres afin que le partage soit fait au plus tôt. Une cheminée existante chauffera l'une des pièces, l'autre par un tuyau venant de la cheminée. M. Legrand demande une deuxième glace dans on bureau. "Veuilles faire prendre des mesures immédiatement pour répondre au désir du Sous-Secrétaire".
  • 2 novembre. Le chef de division à M. Duban, lui signalant que la pavage de la cour étant presque terminé, on a remarqué près de la porte d'entrée une différence de niveau qui pourrait empêcher l'écoulement des eaux. Il le prie de venir examiner la chose et d'y remédier, afin que l'entrée du ministère soit praticable en toutes saisons.
  • 14 novembre. Le chef de division à M. Touffner, maître maçon, le priant d'envoyer au plus vite au Ministre le mémoire des derniers travaux qu'il exécutés au ministère des Travaux publics, car il faut que les mémoires soient payés et réglé dans le plus court délai.
  • 26 novembre. Le chef de division à M. Bigarne, chef du Secrétariat général, pour lui accuser réception de plusieurs mémoires de travaux faits au ministère des Travaux publics, montant à la somme de 27 566 francs, 09 et lui dire qu'il a déjà donné des ordres pour leur vérification.
  • 9 décembre. M. Bigarne à M. de Noue, chef des Bâtiments civils, lui demandant de hâter le plus possible l'envoi des mémoires vérifiés, car les fournisseurs réclament leur paiement avec insistance.
  • 14 décembre. Le chef de division à M. Bigarne, pour lui renvoyer les mémoires révisés par le bureau de Contrôle. Les entrepreneurs ont été convoqués en acceptation du règlement de leurs mémoires - presque tous sont d'accord, sauf le tapissier et le peintre qui ont refusé de consentir au règlement.
  • 16 décembre. Le chef de division à M. Touffner, entrepreneur de maçonnerie, le prévenant que s'il n'a pas remis lundi la réclamation qu'il a l'intention de produire contre le règlement des travaux qu'il a faits à l'hôtel Molé, on proposera au Ministre de solder ses mémoires tels qu'ils ont été réglés - il pourra user des voies légales qui lui sont ouvertes pour obtenir les augmentations auxquelles il dit avoir droit.

Reference

F/21/1560

Where to access this document :

Archives nationales

Links