Document d'archives : Original scellé
5707 - 1270. 24 juin.
Codicille d'Érard, sire de Vallery .
Au non dou Pere et dou Fiul et dou Seint...

Institution de conservation :

Archives nationales

title_label

Original scellé
5707 - 1270. 24 juin.
Codicille d'Érard, sire de Vallery .
Au non dou Pere et dou Fiul et dou Seint Esperit, l'an de l'Inquarnacion Nostre Seignor mil deus cenz sexante et dis, lou jor de la Nativité de Sein Johen Baptistre an juin, saichent tuit que con je Erarz, sires de Valeri, cognestables de Champeigne, aie fait mun testament an mun païs, ou quel je ai ordené de mes choses à ma volenté, je vuil que icil testamenz soit fermes et estables, et ne vuil pas que por ce don que je fes, si con il est ci desouz devisiez, que nule chose de mun devant dit testament soit mué ne apetisié, mes ci androit je vuil ordener de touz mes mobles que je ai avec moi, ne que l'an me doit ou doi avoir por la resun de ce veaige de oustre mer où je suis meuz. Premierement je don à Jofroi Boichart, escuier, cinquante livres tornois et lou cheval que il a ; à Perriau de Cereilli cinquante livres et lou cheval que il a ; à Johennin de Digni cinquante livres et lo cheval que il a ; à Guillemin d'Unevile cinquante livres et lou cheval que il a ; à Johennet de Paci cinquante livres et lou cheval que il a ; à Chenillat cinquante livres et lou cheval que il a ; à Herriet de Troies quarente livres ou lou cheval que il a, lou quel que il mieuz amera ; à Avalun quarente livres ou lou cheval que il a, lou quel que il mieuz amera. Et se il avenoit que aucuns de ces sis escuiers devant diz, c'est à savoir Jofroiz Boicharz, Perriaus de Cereilli, Johenz de Digni, Guillemins de Unevile, Johennez de Paci et Chenillaz, s'an alesent avant que il eussent faite lor année, je vuil que chacuns de aus ne eust que sun cheval ou les cinquente livres, lou quel que il voudroient, et se il voloient demorer an la Terre Seinte par un an, je vuil que il aient chascuns sun cheval et les cinquante livres, si con il est desus dit, an quelque conpeignie que il lor plairoit ou porroient estre. Et se il avenoit que aucuns de lor chevaus morist, je vuil que chacuns de cels à qui ses chevaus morroit an eust cinquante livres de restor. Et se Avaluns et Herriez s'an voloient aler avant que il eusent lor année perfaite, je vuil que chacuns de aus ne eust que vint livres por aler an lor païs, et se il demoroient lor année, je vuil que il aient chacuns sun cheval ou querente livres, si con il est desus dit. De rechief je don mun seignor Johen de Revillon deus cenz livres, et se ses chevaus moroit, que il an ait sexante livres por lou cheval. Et se aucuns de mes compeignons s'an voloit aler an sun païs et ne voloit servir toute sa année là où je l'establirai, ou cil qui por moi serunt, je vuil que l'an lor pait de tant de tans con il aurunt deservi ; et se il avoient eu plus que il n'auroient deservi, que il lou randessent à celi ou à cels qui seroient au leu de moi establi ; et se il voloient servir l'année anterine, que l'an lor teigne lor convenances. De rechief je don à Thierri, mun couz, vint livres ; à Raul sun compeignon vint livres ; au paige de Vile Boigis vint livres ; à Pierre de Mante dis livres ; à mun seignor Jofroi lou preste vint livres ; à Perriau lou clerc vint livres ; à Jofrun de ma chanbre dis livres ; à Lanier dis livres ; à Guarin de la boteillerie dis livres ; à Bataille de la cuisine cent solz ; à Robin sun compeignun cent solz ; de rechief à chacun des garçuns qui sunt à moi an chief cinquante solz ; au maire dis livres. De rechief je vuil toutes ces choses desus dites paiées avant ; je don tout lou remenant et touz mes mobles, soit an or, an argent, an vaisselemente, an juiaus, an viandes, an chevaus, an armeures et an detes, soit dou roi ou de autrui an quelque chose que ce soit que j'aie por ce veiage ne qui avenir me puissent, à mun seignor Pierre de la Foiche ; et se il defailoit de celi Pierre devant dit, chevalier, por mort ou por ce qu'il s'an alast, je don ces choses devant dites à mon seignor Hue de Conflant, mareschaut de Champeigne, au lieu de mon seignor Pierre de la Foiche, si con il est devant contenu ; et se il defailloit de ces deus chevaliers desus diz, c'est à savoir de mun seignor Pierre et dou mareschau, je don toutes ces choses mun seignor Balduin et mun seignor Raul sun frere de Vandieres, chevaliers, à aus deus ansanble, ou à l'un tout seul, se li autres n'i estoit, ausi con il est devisié desus de mun seignor Pierre de la Foiche et de mun seignor Huun de Conflant chevaliers devant diz ; et si vuil que cil qui ces choses aura anlé de moi soit tenuz à servir mun seignor lou roi de Navarre, ou celi ou cels qui seroient au leu de li, ausi con se ge i estoie presenz. De rechief je vuil que se li rois devant diz ou cil qui demorroient an sun leu ne se tenoient apaié dou servise à celi ou à cels qui demorroient au leu de moi, que l'an regardast se je auroie eu plus dou suen que je n'auroie deservi, et ce que l'an troveroit que je an eusse plus eu, que cil qui seroit ou cil qui seroient au leu de moi, le li randessent, ou à celi ou à cels qui seroient au leu dou dit roi ; et se je avoie plus deservi que je n'auroie eu dou suen, que cil qui seroit ou cil qui seroient au leu de moi li demandessent, ou à celi ou à cels qui seroient au leu de li, et receussent, et que il lou meissent ou servise Nostre Seignor de la Terre Seinte, ou là que il verroient que il seroit plus granz porfiz à m'ame. De rechief je vuil que se mes choses ne povoient soufire à ces choses desus dites perfaire, je an oblige toutes mes choses mobles, non mobles, an quelque leu qu'il soient, à acunplir ces choses si con eles sunt desus dites et devisiées. Et à ces choses faire, tenir et acunplir, je establis mun seignor Huun de Conflant, mareschaut de Champeigne, mun seignor Perrun de la Foiche, mun seignor Balduin de Vandieres, mun seignor Raul sun frere et mun seignor Johen de Revillon, chevaliers, et Jofroi Boichart, escuier, à acunplir et parfaire toutes ces choses si con eles sunt desus devisiées ; ou quel tesmoin de ceste chose je ai seelées cel letres de mun seal. Et por ce que ceste chose soit plus ferme et estable, nos Thiebauz, par la grace de Deu rois de Navarre, cuens paladins de Chanpeigne et de Brie, i avous mis nostre seal à la requeste dou devant dit Erart seignor de Valeri. - Ce fu doné lou jor de la Nativité Sein Johan desus dite.

Contenu :

Scellé de deux sceaux en cire rouge, sur doubles queues :
1° A gauche, sceau de Thibaud, roi de Navarre (Inventaire, n° 11377).
2° A droite, sceau d'Érard de Vallery (Inventaire, n° 3811).

Identifiant de l'unité documentaire :

J//148-J//735 - J//208
    • Original scellé | 5707 - 1270. 24 juin. | Codicille d'Érard, sire de Vallery . | Au non dou Pere et dou Fiul et dou Seint Esperit, l'an de l'Inquarnacion Nostre Seignor mil deus cenz sexante et dis, lou jor de la Nativité de Sein...