Document d'archives : - METAUX
Sidérurgie : Forges d'Hennebont [fermeture]
Depuis 1952 les Forges d'Hennebont n'ont pu être maintenues en activité...

Institution de conservation :

Archives nationales

Title:

- METAUX
Sidérurgie : Forges d'Hennebont [fermeture]
Depuis 1952 les Forges d'Hennebont n'ont pu être maintenues en activité qu'au prix d'un effort financier de l'Etat extremement important (91 MF) . En 1965 les pertes d'exploitation, entièrement couvertes par l'Etat, ont dépassé 11MF et pour 1966, il faut encore prévoir une augmentation de ce déficit. Devant cette situation il a d'abord été recherché si une modernisation de l'usine ne pourrait pas permettre de maintenir à Hennebont une unité sidérurgique rentable. Toutes les études faites par le Ministère de l'Industrie dans ce sens ont conduit à une réponse négative.
C'est pourquoi la décision a été prise de prendre comme objectif la création dans cette région d'un nombre d'emplois au moins égal à celui existant actuellement aux Forges (1350 environ) .
Grace à une pression très forte des pouvoirs publics, la Régie Renault a tout d'abord décidé la construction d'une usine de fonderie employant 600 personnes environ (...) Tous les efforts faits ensuite dans le cadre des procédures traditionnelles n'ont eu aucun résultat, le handicap (...) étant essentiellement son éloignement de la région parisienne.
C'est pourquoi la décision a été prise en janvier 1966 de donner au Délégué à l'Aménagement du Territoire la possibilité de promettre à des industriels des primes deux fois plus élevées que celles du droit commun (...) Cette nouvelle politique a permis d'obtenir l'engagement de quatre industriels de créer environ 750 emplois.

Contenu :

NOTE
Références : Documentation 4,24621

Type de document :

Fonctions :