Document d'archives : Rouleau contemporain en parchemin
5611 - 1269. Décembre.
Lettres d'Othenin de Bourgogne, par lesquelles il promet de rendre à...

Institution de conservation :

Archives nationales

title_label

Rouleau contemporain en parchemin
5611 - 1269. Décembre.
Lettres d'Othenin de Bourgogne, par lesquelles il promet de rendre à Philippe de Savoie, époux de sa mère Alix, comtesse de Bourgogne, onze mille livres de viennois, que ledit Philippe doit payer à Hugues, duc de Bourgogne, pour l'abandon des droits qu'il possède sur la comté, par la cession que lui a faite Béatrix, comtesse d'Orlemonde, sœur de la comtesse Alix .
Je Othenins de Bourgoinne, fiz de noble baron Hugun cunte palazin de Borgoinne çay en arriés, feis savoir à touz ces qui verront ces presentes latres que cun nobles bers Hugues, dux de Borgoinne, ahust achetey et aquesté jadis de noble dame Biatris, contesse d'Orlemonde, ainznée serour de noble dame Alis, contesse de Sevoie et de Borgoinne palazine, ma chiere dame et mere, les droiz, les quereles, les raisons, les accions les quex la dite Biatris, contesse d'Orlemonde, avoit ou povoit avoir en la conté de Borgoinne et as apartenances, par achoyson do quel achat et dou quel aquest fu ja çay en arriés granz contanz entre lo dit duc d'une part et lou dit Hugun, conte palazin de Borgoinne, mon pere, et la dite Alix contesse, ma dame et ma mere, d'autre ; après çou, trespassé de cest segle le dit Hugun conte, mon pere, nobles berx Ph[elippes], cuens de Sevoie et de Borgoinne palazins, mariz et espous de la dite Alix contesse, ma dame et ma mere, et elle moinsmes la dite contesse ma mere ahient acheté et aquesté dou dit duc touz les droiz, toutes les quereles, toutes les raisons et les accions les quex li dux avoit ou povoit avoir en quelque maniere ou dit conté de Bourgoinne par raison d'achat ou d'aquest, de dun ou en autre meniere, par le pris d'onze mile livres de vien[nois], les quex li diz Ph[elippes], cuens de Sevoie et de Borgoinne palazins, a finé et aquité à dit duc de ses propres deniers, outre granz despans et granz misions que icil messir[es] Ph[elippes], cuens de Savoie et de Borgoinne, a fait pour deffandre la terre dou conte de Borgoinne ancontre lou dit duc, li quex par rayson des avandites quereles comançay et fit guerre à conte de Borgoinne, je, par la grace especiaul que li dis messires Ph[elippes], cuens de Sevoie et de Bourgoinne palaz[ins] et espous de la dite Alyx contesse, ma chi[ere] dame et mere, a fait à icelle Alyx contesse, ma mere, do dit achat et do dit aquest, apansez et de mon bon gré, par la volonpté et par lou consantemant de la devant dite contesse ma chiere dame et mere, promet par mon sairement que j'ai fait sus saintes avangiles et par stipulacion et ferme promesse, et par obligement de touz mes biens que j'ay et que je auray, randre et paier à dit mon seignor Ph[elippe], conte de Sevoie et de Borgoinne palazin, ou à son comandement, les avant dites unze mile livres de viannois, ou lue et auz termes qui sont ci escrit : c'est asavoir dues mile set cenz et cinquante livres de viannois à la foire de Bar qui vient prochennement, et dues mile set cenz et cinquante livres de viannois à l'autre foire de ce moinsmes luy prochennement ansuigant, et les cinc mile et cinc cenz livres remennanz dedeanz un an après lou decès au dit conte, ou un an après lou decès à ladite contesse, ma chiere dame et mere, s'il avenoit qu'elle morust ençois que li diz messires Ph[elippes], cuens de Sevoie et de Borgoinne palaz[ins]. Et nos l'avant dite Alys, contesse de Sevoie et de Borgoinne palazine, qui de nostre bon gré confessons que le diz nostres sires Ph[elippes], cuens de Sevoie et de Borgoinne palaz[ins], a finé et aquité les dites onze mile livres de viannois antierement à dit duc pour lou dit achat et pour lou dit aquest, voluns, consentons et outroions que li diz Otenins nostres fiz paoit et rande à dit Ph[elippe], conte de Savoie et de Borgoinne palazin, ou à son comandement, les devant dites onze mile livres de viannois auz termes dessuz escriz. Encore promet je, li diz Othenins, par moy et par toz mes freres, à l'avant dit mon signor Ph[elippe], conte de Savoie et de Borgoinne, et à l'avant dite Alyx contesse, ma chiere dame et mere, par mon sairement que j'a fait sus sentes avangiles, que je par achoyson ne par raison de cest aquest ne de cest achat ne demanderay riens, chalongeray ne prendray por moi ne pour autruy en l'avant dite conté de Borgoinne, ne en les apartenances, tandis cum l'avant dite contesse, ma chiere dame et mere, vivray. Et de totes ces covenances atandre et garder et des paies avant dites faire auz termes dessuz nommez je oblige à devant dit Ph[elippe], conte de Savoie et de Borgoinne, et à ses hoirs, touz mes biens que j'ai et que j'aura, et especiaulment lou droit que j'ai à Bracun et à Salins et en les apartenances, et tot lou droit que j'ay ou pouroie aveir en la conté de Borgoinne ; et se par avanture je falloie en ces covenances ou en acune d'eles, ou façoie encontre en acune meniere, mis est en covenant espressement et especiaulment entre moy et lou dit Ph[elippe], conte de Savoie et de Borgoinne palazin, que la grace et li dons que il ai fai à la dite contesse ma mere et à moi dou devant dit achat et aquest ne vaillent à moy ne à mes hoirs, ençois soiet tenu par non fait et par nuls, et soiet rapelé par moime lou fait, et que je ne mi hoir ne nos an puisiens aidier an nule meniere, et çou que j'auroie paié de la devant dite some fust à dit conte et à ses heirs par non de paine ; et je desorendroit lour o done (sic ) et quite, se je defalloie es avant dites covenances ou en acune de celes. Encor met je moi et ma terre tote ou povoir et en la juridicion l'avesque de Beloys qui i est et qui i seray, que il moy et toute ma terre puise matre en antredit, en escummeniement, se je defaloie en ces covenances ou en acune d'eles, tant que je les aüse atandues et amendées antierement. Domaiges et couz que li diz cuens ou sui hoir feroiet par achoison des dites paies je lour promet à randre à bone foy et par mon sairement que j'ay fait sus saintes avangiles ; et des domaiges et des couz je les croiroie par leur parole, sanz autre prueve faire ; e renunce an bone foi en cest fait et par mon sairement fait sus saintes avangiles que je ne puise dire que je aie esté deceuz ne sopris en cest fait par boise ne par enjan, ne par paour ne par force, que grace ne soit faite à la dite contesse, ma dame et mere, en cest fait, et que je ne puise demander benefice de restitucion par raison de meindre eage ou que je n'avoie tutour ou curour, et à tout autre droit et à tote cotume et à tot benefice de droit escrit et non escrit, qui à moi ou à mes hoirs pouroit aidier à venir ancontre ces covenances ou aucune d'eles, ou profitier en acune menere, soit de loi ou de canon. En tesmoinnaige de laquel chose je li diz Othenins et nos li dite Alyx, contesse de Savoie et de Borgoinne palazine, metons nostres seels en ces presanz latres, et prions et requerons le onorabe pere en Crist nostre seigneur Jehan, par la grace de Dé evesque de Belois, que il mate son sael en ces presenz latres ensanble les noz en tesmoinnage de vertey. Et noz li diz Jehanz, par la grace de Dé avesques de Beloys, auz prieres et à la requeste do dit Othenin et de nostre dame Alyx, contesse de Sevoie et de Borgoinne palazine, metons nostre sael an ces presanz latres en tesmoinnaige de verté. Don[nées] corrant l'an de l'Encarnacion Nostre Seignor par mil dous cenz sessante et nuef, ou moyx de decenbre.

Contenu :

Analysé par M. Ernest Petit,Hist. des ducs de Bourgogne, t. V, p. 301.

Identifiant de l'unité documentaire :

J//148-J//735 - J//247
    • Rouleau contemporain en parchemin | 5611 - 1269. Décembre. | Lettres d'Othenin de Bourgogne, par lesquelles il promet de rendre à Philippe de Savoie, époux de sa mère Alix, comtesse de Bourgogne, onze mille livres de viennois,...