Inventaire d'archives : 3E 20. Étude notariale de Maisons-Laffitte

Institution de conservation :

Archives départementales des Yvelines

Contenu :

Ce fonds représente 32,30 mètres linéaires
Cet office a des origines incertaines et une instabilité marquée. Le greffe et tabellioné de la prévôté de Maisons en constitue la base : Desroches, dont on conserve les minutes de 1543 à 1552 est cité (Acte du 9 juillet 1643 où René de Longueil s'acquitte d'une rente constituée en 1573 devant Desroches, tabellion à Maisons, et perpétuée en 1585 par Toulouppes.) pour 1573, sans que l'on ait trace de cette activité. Il en est de même pour André Toulouppes, cité en 1585, mais conservé seulement pour 1583. Le vrai fonds, dans sa continuité, commence en 1597, avec ce même Toulouppes, à la fois greffier et tabellion.
Un acte du 6 août 1621 notifie la translation de l'office de notaire royal héréditaire de Maisons de Philippe Huet à [laissé en blanc], vraisemblablement Jehan Douzier, le greffier et tabellion d'alors, Nicolas Bertin, son commis substitut étant témoin. Nous ne conservons pas l'activité de Huet dans ce fonds qui reste celui de la prévôté de Maisons.
Avec René de Longueil, président à la Cour des Aides, puis au parlement de Paris, Charles Montaudouin devient tabellion de la prévôté et marquisat de Maisons pendant plus d'un demi-siècle. À sa mort en 1701, une vacance de son office marque la fin des fastes d'antan. Fastes, en effet si l'on se réfère à l'importance des actes passés durant sa présence à Maisons. Importance en volume mais aussi en diversité. Une analyse des actes de 1618 à 1677, disponible sur base de données témoigne de cette richesse. On y trouve quantité de marchés de travaux pour le château de Maisons, des contrats d'apprentissage pour le personnel du château, les marchés d'approvisionnement en viandes et volailles passés par René de Longueil et en contrepartie les ventes de fruits de ses vergers à divers marchands fruitiers. On y rencontre aussi les actes de la vie quotidienne, constats de bêtes mortes, coups et blessures, naufrages de bateaux sur la Seine.
Maître Gohin, notaire royal à Poissy vient à Maisons passer les contrats (on n'en garde pas trace dans ce fonds), tandis que Jean Potin, tabellion de Sartrouville, passe les actes intéressant Maisons et l'hôtel seigneurial de La Vaudoire à Sartrouville (1703), puis se déplace en l'étude sise " au pavillon du château de Maisons, au premier appartement, dans la chambre à gauche du cabinet au fond de la grande chambre des audiences de la prévôté ." C'était là qu'officiait son défunt prédécesseur. En 1708 seulement, Jean Potin est nommé principal tabellion de la prévôté et marquisat de Maisons, mais avec des retours sur Sartrouville qui nécessitent des commis substituts par justice au tabellioné de Maisons. L'interdépendance des offices culmine en 1739 avec Nicolas Gautier à la fois notaire et tabellion de la prévôté et marquisat de Maisons, Mesnil-le-Roi et dépendances (Carrières-sous-le-Bois-de-Laye). Dans la mouvance du marquisat, on trouve aussi, tant au XVIIe qu'au XVIIIe siècle, les paroisses de Poissy, Le Pecq, Saint-Germain-en-Laye, La Frette, Sartrouville.
Au XIXe siècle, deux translations bouleversent l'office. Invoquant en 1814 la mauvaise situation de Maisons " isolée entre la forêt et la Seine sans communication avec les alentours ", Antoine Lucas profite du décès de Maître Hebert, notaire à Fourqueux, pour y transférer son étude en juillet. C'était compter sans Jacques Laffitte, banquier, député, homme politique influent, propriétaire du château de Maisons et initiateur dès 1834 de l'opération immobilière " La Colonie Laffitte " dans une partie du parc du château de Maisons. En outre de grandes opérations d'utilité publique sont lancées tant par les Compagnies des chemins de fer de l'Ouest et de la grande ceinture de Paris, pour l'implantation du réseau, que par la mairie pour aligner ou ouvrir de nouvelles rues. Jérôme Lucien Fricotelle s'échappe de Fourqueux à jours fixes pour inciter les clients de Maisons à passer des actes dans la deuxième résidence qu'il s'y attribue. En septembre 1868 il réintègre définitivement Maisons, maintenant désenclavée grâce aux progrès des transports et, forte de ses 2720 habitants, plus importante que Fourqueux. L'opération nécessite une séparation drastique des archives des deux offices, un temps réunis, fournissant ainsi le premier répertoire de ce fonds. En effet, le décret impérial du 10 août 1868 stipule que les minutes concernant les parties ou immeubles situés dans les communes de Fourqueux, Chambourcy, Aigremont, Mareil, Le Pecq, Saint-Germain-en-Laye (banlieue), seront remises à Maître Delizy, notaire à Saint-Germain. La fin du XIXe siècle confirme l'intérêt, économique pour le notaire, et historique pour le chercheur, de Maisons avec la deuxième opération immobilière dite " La Villa du château " dans la partie du parc jusque là réservée au propriétaire du château de Maisons, l'artiste russe Wilhem Gromme.
Ainsi en 1877 s'opère l'ultime démantèlement de ce magnifique domaine patiemment constitué par René de Longueil et dont ce fonds est le miroir. On retiendra aussi une possible histoire de la Seine, en ses îles, rivages, bac, ponts et autres passeurs, voituriers par eau, pêcheurs.

Identifiant de l'inventaire d'archives :

FRAD078_000-002_000-000-021

Publication :

Archives départementales des Yvelines et de l'ancienne Seine-et-Oise
Montigny-le-Bretonneux

Informations sur l'acquisition :

Le fonds de l'étude a été versé en 1991, minutes de l'origine à 1890 et répertoires jusqu'en 1895, et en 2000 pour le complément.

Description physique :

Importance matérielle :
32,30 ml

Ressources complémentaires :

Archives départementales des Yvelines
-
Série ENotaires et tabellions : Maisons, répertoire, 1609 - 1617, - E 7064
 minutes, 1599 - 1613 - E 7062E 7063
Sous-série 3 EFourqueux, répertoires, 1767 - 18683 E 37
 minutes, 1629 - 18073 E 37
Série JCarrière du notaire : Antoine Étienne Louis Lucas, 1814 - 72 J 161
 Alexandre Louis Foucault, 1814 - 183872 J 149
 Jean Jules Mithouard, 1838 - 184272 J 166
 Jérôme Lucien Fricotelle, 1842 - 187272 J 150
 Léon Fricotelle, 1872 - 189972 J 150
Série LDoubles des répertoires déposés au greffe du tribunal : Maisons, 1793 - an VII - 43 L 15
Série UDoubles des répertoires déposés au greffe du tribunal : Maisons-Laffitte, an VIII - 1814 - 8 U 42

Références bibliographiques :

Une présentation de l'ensemble de la série 3E, intitulée est disponible en ligne.

Organisme responsable de l'accès intellectuel :

Archives départementales des Yvelines et de l'ancienne Seine-et-Oise

Mises à jour :

  • Converted_apeEAD_version_1.7.3
  • Sujet :

    Type de document :