Inventaire d'archives : W - Ecole élémentaire Alfred de Vigny (Loches, Indre-et-Loire), 1977-2008

Institution de conservation :

Département d'Indre-et-Loire

Identifiant de l'inventaire d'archives :

FRAD037_W_Ecole_Loches_AlfredDeVigny

Publication :

Archives départementales d'Indre-et-Loire
25/04/2017

Informations sur le producteur :

Ecole élémentaire Alfred de Vigny (Loches, Indre-et-Loire)
La ville de Loches, sous-préfecture, compte 3 établissements appelés en 1804 maison d'éducation, école ou pension, dont deux sont tenus par des femmes. Ils scolarisaient une centaine d'élèves pensionnaires ou externes.
Des jeunes filles y étaient probablement admises, ce qui n'était plus le cas avec la mise en place de l'école mutuelle au moins à partir de 1819.
L'adoption de la loi Guizot sur l'enseignement en 1833 incite la commune de Chanceau à demander son rattachement scolaire à celle de Loches l'année suivante.
En 1837, un asile pour les enfants indigents est créé dans un bâtiment loué. Il deviendra la future école maternelle, mais des jeunes filles y étaient peut-être scolarisées. Une soixantaine d'enfants fréquente les lieux en 1844.
La commune compte deux écoles publiques de filles, en 1881. Celle de l'asile avec 50 élèves, et celle de l'hospice avec 83 élèves. Une salle de classe avait été aménagée dans l'hôpital. Les risques sanitaires et l'adoption des lois Ferry de 1881-82 incitent les autorités municipales à édifier un nouveau bâtiment en 1885-86.
La ville dispose alors de trois autres établissements scolaires pour les jeunes filles, une école libre laïque payante, une école congréganiste libre payante et une autre gratuite.
L'école communale de filles obtient seulement son premier poste d'adjointe en 1886 ; puis un deuxième dix ans plus tard.
Peut-être à cause de la présence de Daniel Wilson, député et gendre du président de la République Jules Grévy, les logiques politiciennes parisiennes secouent les écoles de Loches. En 1884, le Conseil municipal délibère afin que les écoles publiques de filles et maternelle deviennent laïques « dès les vacances de Pâques ».
En 1894, une cantine est aménagée dans l'école des garçons. Des repas chauds sont distribués pour les enfants indigents.
Une quatrième classe est aménagée en 1907, puis une cinquième à la fin des années 1920. Deux autres seront créées entre 1946 et 1955. De gros travaux sont entrepris en 1951, pour surélever le bâtiment.
L'école devient pendant quelques jours à la fin du mois de juillet 1944 un centre d'internement et de déportation des autorités d'occupation pour plus d'une soixantaine de personnes.
En 2014, l'école, composée de 6 classes (dont une CLIS classe pour l'inclusion scolaire), accueille 130 élèves.

Ressources complémentaires :

Sources complémentaires aux Archives départementales :
- T 1172, 970 (cote provisoire, écoles primaires, classement par commune)
- 2320W (Fonds de l'école élémentaire Lamblardie de Loches)
- 2321W (Fonds de l'école maternelle Sarraute de Loches)
- 2342W (Fonds de l'école maternelle Mariaude de Loches)
- 2366W (Fonds de l'école élémentaire Vautrompeau de Loches)
- Edep1324M3-7, 1R1-5 (Fonds de la commune, enseignement-œuvres périscolaires)
- 2O/132/15-17, 27 (cotes provisoires, Fonds de la préfecture, Service de l'administration communale)
- 1007W96 128W115-117, 118, 119 (Fonds du patrimoine immobilier départemental, bâtiments de l'enseignement)
Sur l'internement et la déportation à partir de l'école A. de Vigny de Loches
- 81 J 4 (Fonds Vivier, article)
- 1970 W 433 (Fonds de la délégation départementale de l'Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre)
- cédérom La Résistance en Indre-et-Loire réalisé par l'ERIL en 2004

Observations :

47.1281692 ; 0.9979549000000001

Localisation physique :

AD37 - site de Chambray-lès-Tours