Inventaire d'archives : Sujets d'examens et de concours du Conservatoire de Paris de 1895 à 2006

Institution de conservation :

Archives nationales

Contenu :

Ce versement de sujets de concours et examens est composé de manuscrits musicaux originaux, de copies exécutées par des copistes et aussi, pour les plus récents, de documents dactylographiés ou imprimés.
Il contient également les reproductions d'un certain nombre de textes de sujets originaux collés dans les procès-verbaux des séances d'épreuves.
Le chercheur trouvera ainsi de nombreux manuscrits musicaux autographes de musiciens célèbres, parmi lesquels on remarque le nom de directeurs, de professeurs du Conservatoire ainsi que d'autres artistes.
Certains manuscrits sont anonymes. A cet égard, le chercheur pourra se reporter aux procès-verbaux des séances des épreuves qui donnent généralement le nom des compositeurs et indiquent si les textes ont été composés « spécialement » pour une épreuve déterminée.
Tout au long de la période concernée, l'évaluation des élèves se concentre en trois grands moments : les concours d'admission, les examens semestriels et les examens de fin d'année. Le règlement des études du 11 septembre 1878 indique que l'on n'est admis au Conservatoire que par voie d'examen et de concours. Viennent ensuite des examens semestriels et en fin d'année scolaire des concours à l'issue desquels sont décernées des récompenses. Cette organisation n'a pas connu de modification notable jusqu'en 2006, où les examens des prix sanctionnent toujours la fin d'un cycle d'études. Selon les époques, les candidats doivent parfois réussir un examen pour être autorisés à concourir pour les prix. Les sujets que l'on trouve dans ce versement se rattachent donc à l'une ou l'autre de ces épreuves.
Les textes rassemblés ici relèvent essentiellement des disciplines dites « théoriques », à savoir l'écriture, la composition, l'harmonie, le contrepoint, la fugue, l'analyse, l'instrumentation et orchestration, l'esthétique, l'histoire de la musique, la musicologie, la direction d'orchestre et de chant. On trouve aussi des sujets de solfège (théorie, dictées, lecture rythmique...) et, pour les métiers du son, des exercices de mathématiques, physique, solfège, écoutes critiques.
Les sujets donnés sont souvent accompagnés d'une réalisation écrite par l'auteur de l'épreuve.
Les premières années semblent assez lacunaires. Les Archives nationales étant déjà dépositaires d'un groupe de sujets des années 1819-1925 (voir AJ/37/197 à 203), il paraît vraisemblable qu'un certain nombre de textes soit conservé dans ce lot.
Ce versement constitue une source importante pour l'histoire de l'enseignement musical en France ; il éclairera le chercheur sur les exigences de chaque époque, le niveau et la nature des savoirs attendus. Il reflète aussi le projet pédagogique de l'établissement, où pratique artistique et théorie sont liées.
Consulter les documents annexes ci-jointIndex des auteurs de sujets manuscrits de concours et examens du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris (1895-2006)

Identifiant de l'unité documentaire :

fr/FRDAFAN/20150118/1-20150118/46

Identifiant de l'inventaire d'archives :

FRAN_IR_054421

Publication :

Archives nationales
2015
Paris

Informations sur le producteur :

Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris
Ce versement concerne plus d'un siècle d'histoire du Conservatoire de Paris.
Sur cette longue période, l'établissement connaît de multiples mutations et change notamment plusieurs fois de nom et de statut.
Conservatoire (d'abord royal puis national) de musique et de déclamation depuis 1831, il devient Conservatoire national de musique et d'art dramatique en décembre 1934. Immédiatement après la seconde guerre mondiale, alors que depuis plus d'un siècle il assurait l'enseignement de la musique et de la « déclamation », le Conservatoire national de musique et de déclamation est divisé en deux établissements distincts : le Conservatoire national d'art dramatique d'une part et le Conservatoire national de musique d'autre part (loi du 7 octobre 1946). En 1957, ce dernier devient Conservatoire national supérieur de musique (décret du 23 mars 1957) et en 1980, il acquiert son nom actuel de Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris (décret du 18 février 1980, qui lui confère le statut d'établissement public et établit un autre conservatoire national supérieur de musique et de danse à Lyon).
L'établissement change également plusieurs fois d'adresse : il occupe successivement l'hôtel des Menus-Plaisirs rue Bergère (1796-1911), l'ancien collège de Jésuites de la rue de Madrid (1911-1990) et s'installe enfin en 1990 sur son site actuel du parc de la Villette. Dans ce bâtiment beaucoup plus vaste, l'établissement comporte trois salles publiques pour les concerts et les spectacles, dont une dotée de grandes orgues.
Au-delà des intitulés et des locaux, ces évolutions reflètent la croissance considérable du Conservatoire et son évolution vers une plus grande autonomie. Dans le même temps, le nombre des élèves inscrits augmente largement, passant de 453 en 1813, à 711 en 1930 et 1393 en 2005.
Si son enseignement n'a cessé de se diversifier avec l'apparition régulière de nouvelles disciplines, l'ouverture de nouvelles classes, le renouvellement des méthodes et des enseignants, le Conservatoire connaît des mutations particulièrement importantes à partir des années 1990. Pour répondre aux nouveaux besoins de l'institution, plusieurs services sont créés, comme le service audiovisuel en 1988, le service des relations internationales en 1991, qui traduit l'ouverture du Conservatoire sur l'étranger, et le centre de recherche et d'édition en 1997. Cette rénovation administrative et pédagogique se manifeste également dans l'introduction de la formation supérieure aux métiers du son (1990), la délivrance du certificat d'aptitude (CA) à l'enseignement musical au sein du département de la pédagogie instrumentale (1992). Elle se concrétise encore en 1994 dans la mise en place du Diplôme de formation supérieure (DFS), diplôme homologué au niveau II, qui est la somme d'un ensemble déterminé de récompenses : prix ou certificat dans la (les) discipline(s) principale(s), certificats pour les disciplines complémentaires, attestations ou certificats pour la participation à des activités d'ensemble ou des réalisations ponctuelles.

Informations sur l'acquisition :

Versement (2015).
Historique de conservation :
Ce versement, longtemps conservé à la médiathèque Hector Berlioz, a été pris en charge par le Centre des archives du Conservatoire qui en a assuré le tri et le conditionnement pour son entrée aux Archives nationales.

Description :

Critères de sélection :
Le présent fonds n'a fait pas l'objet d'éliminations : la totalité des sujets qui ont pu être retrouvés ont été intégrés au versement, à l'exception des sujets de déchiffrage qui constituent un ensemble cohérent et font à ce titre l'objet d'un versement distinct.
Mise en forme :
A l'exception du premier article qui regroupe les textes non datés (probablement écrits dans les années 1950 à 1980), les documents sont classés chronologiquement, par année scolaire. A l'intérieur de chaque année, sont regroupés les sujets de tous types de concours (concours d'entrée, examens semestriels, examens de fin d'année) et de toutes disciplines.
Les textes ont pu servir plusieurs fois et pour des classes différentes ; dans ce cas, le classement tient compte uniquement de la première classe et de la première date mentionnées.

Conditions d'accès :

Communicable immédiatement.
Les documents sont des œuvres de l'esprit soumises au droit d'auteur. A partir des années 2000, ils ont été commandés dans le cadre de contrats conjointement signés par le Conservatoire et les auteurs. Ce contrats mentionnent la cession au Conservatoire des droits de reproduction et de représentation des œuvres. Pour les œuvres antérieures qui ne sont pas encore tombées dans le domaine public, les reproductions seront réservées à un usage privé ou pédagogique ; toute représentation devra être soumise à l'autorisation de l'auteur ou de ses ayants-droit.

Restrictions d'utilisation :

Selon règlement en salle de lecture.

Description physique :

Importance matérielle :
Environ 8 mètres linéaires (24 cartons d'archives de type DIMAB).

additional_resources_label

Une annexe complète cet instrument de recherche. Il s'agit d'une table alphabétique des auteurs des textes qui composent ce versement. On trouvera, pour tous les auteurs qui ont pu être identifiés, l'année de la première utilisation d'un ou de textes comme sujets d'épreuve, ainsi que les cotes de consultation des documents.
Pour comprendre l'évolution des épreuves et leur organisation, on pourra consulter les règlements des études successifs de la période, conservés au Centre des archives du Conservatoire de Paris.
Par ailleurs, les procès-verbaux des séances d'épreuves, conservés selon l'époque aux Archives nationales (jusqu'en 1954/1955) ou au Centre des archives du Conservatoire (à partir de 1955/1956) peuvent permettre d'identifier les auteurs des textes anonymes.
Pour des raisons historiques de conservation, le fonds a été scindé en deux versements distincts.
Le présent versement est donc à rapprocher du versement 20150119, qui regroupe les sujets spécifiques de lecture à vue (déchiffrage) composés pour les classes instrumentales.
De plus, rappelons qu'il existe d'autres groupes de manuscrits musicaux conservés aux Archives nationales à Pierrefitte-sur-Seine sous les cotes :
  • AJ/37/197 à 204 et AJ/37/259 : manuscrits musicaux du Conservatoire de musique de Paris (sujets d'examens et devoirs d'élèves), 1819-1925 ;
  • AJ/37/521 à 523 : textes d'examens et copies d'élèves pour la période 1926 à 1960 ;
  • 20110270, 20110271 et 20110273 : copies d'élèves produites de 1945 à 2006.

Localisation physique :

Pierrefitte-sur-Seine.

Organisme responsable de l’accès intellectuel

Archives nationales.

Mises à jour :

  • Converted_apeEAD_version_2015-06-SNAPSHOT