Inventaire d'archives : 3E14.- Étude notariale d'Hermeray et étude rattachée de La Boissière

Institution de conservation :

Archives départementales des Yvelines

Contenu :

Le fonds de l'étude d'Hermeray a été versé en 1998 et occupe 21,40 mètres linéaires. Il est parfaitement conservé.
La recherche historique
Tout au long du XVIIe siècle on trouve dans l'étude de La Boissière de très nombreux actes passés par des membres de la famille Maillard-Champagne, en particulier par Léonor de Maillard-Champagne, seigneur de Champagne en Normandie qui, en raison de ses fonctions à Houdan, (il est en effet conseiller et maître de l'hôtel ordinaire du roi et gouverneur pour sa majesté des ville et château de Houdan), passe également des actes à Houdan.
On y trouve également des actes passés par Jacques d'Angennes, seigneur de Poigny, (1614, minutes Serogbos), par Jacques Du Mancel, seigneur de Saint-Léger-en-Yvelines, (8 avril 1626), par Henri Martel, seigneur de Mittainville, (1626, 1653), par Eustache Claude de Malebranche, seigneur de La Boissière, (1759, 1783), par Claude Jacques Marie Legras pour son fils Alexandre Legras, seigneur de La Boissière, (22 décembre 1784, 20 mars 1785).
À Mittainville, on trouve notamment en 1754, 1762, 1766 des assemblées d'habitants.
Parmi les actes passés dans l'étude de Saint-Léger on trouve notamment : le 27 mai 1624 le testament d'Antoine Arnault de Pardaillan, marquis de Montespan (grand-père de l'époux de la célèbre marquise), et, le 25 juillet 1680 avec l'inventaire après décès de Léonor de Maillard-Champagne le Jeune, l'inventaire du château de La Boissière.

Identifiant de l'unité documentaire :

3 E 12/1-217

Identifiant de l'inventaire d'archives :

FRAD078_000-002_000-000-013

Publication :

Archives départementales des Yvelines et de l'ancienne Seine-et-Oise
Montigny-le-Bretonneux

Informations sur le producteur :

L'installation du notariat à Hermeray est tardive. C'est en effet une ordonnance royale du 23 janvier 1848 qui établit à Hermeray le siège du notaire, jusque là fixé à La Boissière.
La Boissière
Le notariat de La Boissière apparaît dès 1598 comme branche dépendant du tabellionnage royal de Saint-Léger-en-Yvelines et se trouve donc étroitement lié à l'histoire de cette châtellenie.
De ce fait, le tabellion de Saint-Léger exerce lui-même sous le principal tabellion royal de Montfort-l'Amaury et c'est une hiérarchie que l'on retrouve fréquemment dans les titres des notaires tant de La Boissière que de Saint-Léger.
Cette étude fonctionne durant plus d'un siècle (1588 - 1698) en grande partie tenue par Jean puis François Deshais desquels nous reparlerons. Puis son activité s'interrompt durant près d'un demi-siècle, après qu'en 1706 le comte de Toulouse ait acquis du duc de Chevreuse la châtellenie de Saint-Léger, qui est séparée du comté de Montfort pour être réunie au nouveau duché-pairie de Rambouillet érigé par lettres patentes de Louis XIV en 1711.
Émerge alors un second notariat dépendant de Rambouillet (voir étude Rambouillet/Belle-Croix et son introduction). Son premier titulaire, Denis Perdreau est vraisemblablement le même qui exerce aussi épisodiquement à Mittainville de 1710 à 1737 et continue comme ses prédécesseurs du temps où Saint-Léger dépendait de Montfort à se dire sous le principal de Montfort.
Son successeur, Louis Pierre Pigeon dit bien exercer sous le principal de Rambouillet.
Cette seconde étude sise à La Boissière et née de l'émergence du duché de Rambouillet s'éteindra en 1778, probablement trop concurrencée par la renaissance de la première étude qui reprend ses activités en 1753 avec Jean Dablin.
Ce dernier, même s'il se dit "notaire en la prévôté de Bourdonné, bailliage d'Adainville et de la châtellenie de La Boissière, résidant audit Adainville", passe bien ses actes à La Boissière et reprend le pas sur la branche dépendant de Rambouillet ; l'étude sera bien la principale de la contrée jusqu'au milieu du XIXe siècle date de son transfert à Hermeray.
Parce que la branche de La Boissière dépendait du tabellion de Saint-Léger-en-Yvelines, ses plus notables titulaires, les Deshais, famille dont les membres apparaissent au gré des actes pourvus d'offices variés y compris ceux de gardes des haras du roi (1629), exercent personnellement tantôt dans l'une, tantôt dans l'autre des deux études et utilisent pour les suppléer de très nombreux commis.
La situation est encore compliquée du fait qu'à certains moments, les notaires de La Boissière, tant de la branche rattachée plus tard à Hermeray que de la branche rattachée plus tard à La Boissière, sont également notaires royaux de La Gastine sous le principal notaire et tabellion du comté et châtellenie de Nogent-le-Roi ; c'est le cas pour Jean Davoust (La Boissière, dans le fonds Rambouillet/Belle Croix), de 1759 à 1778 et pour Jacques Barthélemy Grosse (La Boissière dans le fonds Hermeray) en 1782.
Enfin, dernier signe de la concurrence entre les deux études de La Boissière, Jean Granger qui exerce brièvement à La Boissière (novembre 1811 - 17 janvier 1813), abandonne La Boissière pour succéder à Mathieu Cugnot, notaire à Rambouillet le 25 janvier 1813.
Mittainville
Cette étude dépendant également du principal tabellion à Saint-Léger est laissée à des commis au XVIIe siècle (1625 - 1689) puis tenue par des tabellions ; toutefois son activité est très réduite et ses titulaires amenés à exercer en divers lieux pour divers notaires. Tel est le cas en particulier pour François Leclerc (1689 - 1710).
Le notariat de Mittainville est toujours exercé sous le principal de Montfort-l'Amaury.
Saint-Léger-en-Yvelines
Pour cette étude la séparation entre les deux branches est beaucoup plus nette que pour La Boissière.
Le notariat y est exercé par Jean puis François Deshais de 1614 à mars 1690 sous le principal de Montfort-l'Amaury. Ensuite, mais rattaché à l'étude de Rambouillet, Jacques Dupont lui succède à partir de 1701. De 1701 jusqu'au 25 octobre 1706, Jacques Dupont se dit "notaire royal à Saint-Léger dépendant de Montfort-l'Amaury", de novembre 1706 à 1711, notaire royal à Saint-Léger sans autre précision.
Enfin, à partir de 1712, le notaire s'intitule ducal (24 avril), ou encore notaire au duché-pairie de Rambouillet, établi à Saint-Léger.
C'est donc dans le fonds Rambouillet/Belle-Croix qu'il faut chercher les actes passés à Saint-Léger après 1680 et jusqu'en 1788, date de la disparition de l'étude.

Informations sur l'acquisition :

Le fonds de l'étude d'Hermeray a été versé en 1998.

Description physique :

Importance matérielle :
21,40 ml

Ressources complémentaires :

Archives départementales des Yvelines
Sous-série 3 ELa Boissière, minutes, 1716 - 17783 E Rambouillet Belle-Croix
 Saint-Léger-en-Yvelines, minutes, 1701 - 17883 E Rambouillet Belle-Croix
Série JCarrière du notaire : Napoléon Jules Prosper Grosse, 1847 - 1867 - - 72 J 154
 Joseph Stanislas Chaudrillier, 1867 - 187772 J 139
 Jules Aubry de Maraumont, 1877 - 188072 J 162
Série LDoubles des répertoires déposés au greffe du tribunal : La Boissière, 1792 - an VII - 43 L 155
Série UDoubles des répertoires déposés au greffe du tribunal : Hermeray, 1848 - 1940 - 8 U 25
Bien qu'elles aient été versées par l'étude d'Hermeray, deux liasses ont été remises aux archives départementales d'Eure-et-Loir car elles n'avaient aucun lien avec ce fonds. Il s'agit des actes passés par Étienne Patin à Le Thuilay (hameau de la commune de Faverolles) et Faverolles, pour l'évêque de Chartres, entre 1637 et 1695 d'une part, et des minutes de Louis Lucas, notaire juré et commis à Faverolles, entre 1718 et 1741. Bien que Louis Lucas exerce successivement à des titres divers, aucune de ses titulatures ne se rapporte aux fonds conservés dans l'étude d'Hermeray. À titre d'exemple, le 21 novembre 1720 il est dit notaire royal juré et commis sous le principal de Nogent-le-Roi aux branches des Pinthières, La Ronce (commune des Pinthières) et La Gastine. Le 18 février 1732 il est dit également notaire à La Gastine et autres lieux sur ce qui dépend du comté, bailliage et châtellenie de Nogent-le-Roi, le 27 février 1734 notaire juré et commis à Faverolles, enfin le 26 avril 1735 tabellion juré et commis à Beaufour sur la principauté d'Anet.

Références bibliographiques :

Une présentation de l'ensemble de la série 3E, intitulée est disponible en ligne

Organisme responsable de l'accès intellectuel :

Archives départementales des Yvelines et de l'ancienne Seine-et-Oise

Mises à jour :

  • Converted_apeEAD_version_1.7.3
  • Sujet :

    Type de document :