Inventaire d'archives : 3E 23.- Étude notariale Maillard à Mantes.

Institution de conservation :

Archives départementales des Yvelines

Contenu :

Le fonds de l'étude a été versé en 1992 dans son intégralité.
Ce fonds représente 26,70 mètres linéaires.
À l'inverse des deux autres fonds de Mantes, celui de l'étude Maillard est de création tardive (1818) et il n'existe aucune étude rattachée.
La création d'une troisième étude est probablement due au potentiel d'affaires à traiter.
Toutefois, il semblerait que cette euphorie soit de courte durée. En effet, à l'occasion du rapport sur la situation matérielle et morale de l'arrondissement de Mantes au 31 mars 1835, le Directeur de l'Enregistrement et des Domaines fait au Préfet qui l'interroge sur la plainte des notaires de l'arrondissement relativement au " petit nombre de contrats et transactions depuis plusieurs mois ", la réponse suivante :
" Il faudrait que je puisse indiquer les véritables motifs auxquels doit être attribuée la diminution notable des affaires dans les études des 17 notaires de l'arrondissement communal de Mantes ; mais ce n'est pas une chose facile et sur laquelle surtout on puisse donner des certitudes.
Toutefois, la continuation du bas prix des céréales, le nombre augmentant sans cesse depuis quelques années des actes sous signatures privées, tels que ventes d'immeubles, baux à ferme et autres transactions, le numéraire perdu par faute des faillites Levasseur, commerçant et percepteur, de Leroy notaire en fuite et de Bresson autre notaire prévaricateur, qui ont enlevé plus d'un million au pays, enfin le taux auquel se sont élevés les honoraires du notariat, sont des causes qui peuvent être prises en considération. " (Archives départementales des Yvelines, 12 M 3.).
Cette stagnation économique de l'arrondissement est confirmée par les propos de Lucien Bresson : à titre d'exemple, il rappelle qu'il y a à Mantes, 9 tanneries en 1814, et deux seulement en 1833 ( Le district urbain de Mantes, C.R.E.D.O.P. 1987, p. 131) ;
Dans le chapitre suivant, l'auteur écrit : " La Révolution industrielle dont on situe communément les origines en France en 1820-1830, apparaît dans notre région essentiellement agricole une vingtaine ou trentaine d'années plus tard, après la construction du chemin de fer Paris-Rouen. Si dans l'ancienne Seine-et-Oise, les villes et cantons proches de la périphérie parisienne connaissent l'explosion…le reste du département maintient une activité traditionnelle, liée…à l'agro-alimentaire ". (Ibid, p. 153.)

Identifiant de l'unité documentaire :

3 E 23/1-220

Identifiant de l'inventaire d'archives :

FRAD078_000-002_000-000-024

Publication :

Archives départementales des Yvelines et de l'ancienne Seine-et-Oise
Montigny-le-Bretonneux

Informations sur l'acquisition :

Le fonds de l'étude a été versé en 1992.

Description physique :

Importance matérielle :
26,70 ml

Ressources complémentaires :

Archives départementales des Yvelines
Sous série 3 EMantes, étude principale, répertoires 1707 - 18423 E 21/73 - 77
 minutes, 1590 - 18993 E 21/78 - 486
 Mantes, étude principale, répertoires 1615 - an XII - 3 E 22/46 - 76
 minutes, 1591 - 18993 E 22/77 - 1329
Série UDoubles des répertoires déposés au greffe du tribunal Mantes : an VIII - 18998 U 54- 55

Références bibliographiques :

Une présentation de l'ensemble de la série 3E, intitulée est disponible en ligne.

Organisme responsable de l'accès intellectuel :

Archives départementales des Yvelines et de l'ancienne Seine-et-Oise

Mises à jour :

  • Converted_apeEAD_version_1.7.3
  • Sujet :

    Type de document :