Événement : Il y a 150 ans..... la Commune de Paris

Exposition présentée par les Archives départementales de la Dordogne jusqu'au 18 décembre 2020

Un épisode majeur de l’Histoire de France à travers le regard des artistes de bande dessinée.

Peu enseigné et parfois méconnu, l’héritage de la Commune de Paris reste pourtant vivace. L’épisode, bref mais ô combien intense, s’inscrit dans une période troublée qui vit s’affirmer, d’une façon jusqu’alors inédite, les idéaux de Liberté, d’Egalité et de Fraternité. Constitutifs de la République tout juste née (4 septembre 1870), ces idéaux allaient être traduits de façon concrète, plusieurs semaines durant, dans la vie politique et sociale de Paris. L’espoir qui se levait alors fut cependant brisé, noyé dans un bain de sang d’une violence inouïe. Mais il fortifia une idéologie naissante qui allait irriguer tout un courant de pensée et marquer durablement, jusqu’à nos jours, l’histoire mondiale et les rapports de force politiques.

A l’occasion des 150 ans de la Commune, qui seront célébrés le 18 mars 2021, l’idée a germé de concevoir une exposition qui fasse (re)découvrir la réalité de cette période majeure de notre histoire tout en plaçant sous les feux de la rampe quelques œuvres du 9e Art. Celles-ci ne sont d’ailleurs pas si nombreuses à être consacrées au sujet...

L’exposition présente ainsi la particularité d’associer deux parties distinctes.

La première partie a été réalisée, il y a quelques années, par l’Association des Amies et Amis de la Commune de Paris. Réimprimés pour l’occasion, ses 24 panneaux thématiques, richement illustrés de dessins, gravures et photographies d’époque, offrent une remarquable approche de la Commune, encyclopédique sur le fond et dynamique sur la forme. Elle retrace les origines, le déroulement, les enjeux politiques et sociaux de cet épisode qui s’est achevé par une terrible répression. Elle dresse également le portrait des anonymes et des grandes figures qui ont, comme le rappelle si justement Wilfrid Lupano dans l’un de ses textes de présentation, fait littéralement œuvre « commune »…

La seconde partie propose des planches originales ainsi que des reproductions d’albums de bande dessinée, tous parus dans les vingt dernières années et dont l’histoire se déroule pendant la Commune.

L’adaptation du roman de Jean Vautrin, Le Cri du peuple, par Jacques Tardi, reste bien entendu une référence incontournable sur le sujet, tant par ses qualités littéraires que par sa maîtrise du noir et blanc. Les illustrations de couverture des quatre volumes constituent des tableaux d’une intensité inoubliable.

Avec des textes inédits, écrits spécifiquement pour l’exposition, Wilfrid Lupano éclaire les scénarios qu’il a livrés aux dessinateurs Xavier Fourquemin, Anthony Jean (qui présentent chacun une dizaine de planches originales) et Lucy Mazel (reproductions) dans le cadre du magnifique triptyque Communardes ! Leur talent respectif offre des œuvres extrêmement bien construites, où le réalisme des décors le dispute à la vivacité des mouvements et à l’expressivité des personnages.

Enfin, les originaux en rouge et noir, d’une élégance rare, de Bryan et Mary M. Talbot, auteurs britanniques de Louise Michel, la vierge rouge, mettent en lumière le combat de l’une des figures les plus célèbres de la Commune.

Clin d’œil à l’effervescence qui régnait alors à Paris, un fragment en bronze de la colonne Vendôme abattue par les Communards en mai 1871, aujourd’hui propriété du Musée d’Art et d’Archéologie du Périgord, est également présenté pour nous rappeler la puissance des symboles pendant ces quelques semaines de lutte.

Renseignements pratiques