Événement : Eradiquer, collectionner, décrire. L'Occitan face aux enquêtes sur les "patois", fin XVIIIe s.- début XXe s.

Conférence, de Dominique Baudreu aux Archives départementales de l'Aude, le 9 mai 2017 à 20 h 30

A l’occasion de la présentation aux Archives départementales de l’exposition « Occitan, Occitanie », Dominique Baudreu, directeur du Centre d’archéologie médiévale du Languedoc, vous invite à découvrir les nombreuses enquêtes dont la langue d’Oc fut l’objet au XIXe siècle et les enjeux idéologiques qui en étaient à l’origine.

Au début de la Révolution française, l’enquête de l’abbé Grégoire est la première entreprise, portée par les nouvelles élites, qui vise à mieux connaître les « patois » et les populations qui les parlent. Ceci pour mieux combattre ces dialectes, occitans ou issus d’autres langues, considérés comme bien trop archaïques et incompatibles avec la mise en place du nouvel ordre politique. Paradoxalement, et sans le vouloir, la même enquête ouvre la voie à une certaine curiosité pour les parlers et cultures populaires.

Le XIXe siècle voit en eff et émerger la langue d’Oc en tant qu’enjeu identitaire dans certains cercles érudits, capables de faire le lien entre l’occitan médiéval et la langue de leur temps. Dans un mouvement divergent, les classes dominantes se montrent de plus en plus préoccupées par la propagation de la langue française, à l’exclusion de toute autre – notamment par le biais de la scolarisation – et au nom de la nouvelle idéologie nationale. Les enquêtes des ministres Fortoul (1856) et Duruy (1863) illustrent cet état d’esprit.

Pourtant, l’intérêt pour l’occitan ne faiblit pas et génère en 1873-75 des enquêtes qui souhaitaient préciser la démarcation entre langue d’Oïl et langue d’Oc. On a aussi voulu enregistrer des états de langue considérés comme en sursis, avec l’enquête Sacaze de 1887 sur les départements pyrénéens. D’autres enquêtes ont pu être inspirées par la volonté de redonner toute sa dignité à une langue dominée : les travaux ethnographiques d’Antonin Perbosc, instituteur à Comberouger (Tarn-et-Garonne) entre 1900 et 1908 sont à cet égard emblématiques.

Inscription obligatoire auprès des Archives départementales de l'Aude : 04.68.11.31.54