Actualité : Exposition « Signé S. J. Ravel - Dessins d'architecture de Saint-Raphaël à Sainte-Maxime (1880-1895) »

Les archives départementales du Var ont acquis en 2018, avec le soutien du Service interministériel des Archives de France, un important ensemble de plans et dessins de Sylvain Ravel. Elles consacrent aujourd’hui une exposition à cet architecte peu connu, qui joua cependant un rôle important dans la transformation de l’architecture et de l’urbanisme de Saint-Raphaël, village de pêcheurs, en une station de villégiature, à la fin du XIXe siècle.

Sylvain Joseph Ravel (1854 - 1941), actif dans le Var, débute en 1879-1880 en dessinant la villa La Péguière, pour le négociant Edouard Siegfried, dans le quartier de Boulouris ; sa carrière se déroule essentiellement à Saint-Raphaël, sous les mandatures de Félix Martin, maire de Saint-Raphaël entre 1878 et 1895, acteur majeur de la transformation de la ville. Plus exceptionnellement on retrouve quelques-unes de ses villas ou constructions à Fréjus, Sainte-Maxime et Nice.

Tout au long de sa carrière, il construit, le plus souvent en collaboration avec l’architecte Henri Lacreusette, de nombreuses villas pour une clientèle variée : des artistes tels que Léon Carvalho, Carolus-Durand, mais aussi des industriels, négociants, médecins, …

Il intervient également en tant qu’architecte de la ville, il dessine les plans du cimetière Alphonse Karr, est chargé de la réalisation des abattoirs municipaux et participe à l’Exposition internationale de Nice en 1884 en produisant les dessins de différents pavillons.

Promoteur, il crée sa propre société immobilière et vend, à Boulouris, un terrain lui appartenant  divisé en une trentaine de lots. En collaboration avec plusieurs architectes, il rédige le cahier des charges codifié destiné aux constructions nouvelles dans le parc résidentiel de Valescure, lotis et commercialisé par Félix Martin.

Le fonds acquis par les archives est constitué de 76 dessins et plans, coupes, élévations, détails architecturaux et éléments décoratifs, réalisés à l’aquarelle, crayon, encre de chine et lavis ces dessins sont d’une grande qualité esthétique et représentent des projets réalisés ou non.

D’un intérêt historique et scientifique certain, ce fond vient enrichir la connaissance de l’histoire architecturale de la ville de Saint-Raphaël et plus généralement des stations balnéaires.

En savoir plus sur l'exposition