Besançon de papier. Projets d'urbanisme oubliés (XVIIIe-XXe siècle)

Exposition présentée, du 16 septembre au 21 octobre 2017 (prolongation jusqu'au 25 novembre les samedis uniquement), par les Archives municipales de Besançon

Construction d’une piscine à côté de la Cité Universitaire Canot (1935)

Les plans de cet imposant et somptueux projet de piscine couverte, sont l’œuvre de l’architecte André Boucton (1891-1977). On lui doit notamment à Besançon, l’école d’horlogerie, mais aussi le bâtiment connu sous le nom du Building, rue Proudhon. La construction de cet établissement devait se faire sur un terrain attenant à la cité universitaire Canot, quai Veil Picard.

En plus de la piscine (grand bain et petit bain), le bâtiment devait abriter 22 cabines de douches, 16 cabines de bains en baignoires, un petit lavoir public, doté de 30 places de laveuses, un logement de gérant, un gymnase. Le 20 décembre 1935 la « Commission Départementale des Monuments naturels et des sites » émet un avis favorable. La construction et l’exploitation de l’établissement seraient confiées à la société A. Ponsart, qui a développé le projet avec André Boucton.

A cette époque, plusieurs villes françaises se dotent de piscines avec d’importants établissements de bains. Les études comparatives présentées à la municipalité tablent sur la rentabilité de l’opération et estiment que la fréquentation approchera les 100 000 entrées annuelles. Les recettes ainsi générées par l’établissement (piscine, douches, lavoir) sont évaluées à 500 000 francs de l’époque (piscine, douche et lavoir). Les dépenses sur une année se limiteraient à 290 000 francs (frais de personnel compris). Le bénéfice d’exploitation de 210 000 francs serait réparti de la façon suivante : 70% pour la ville, 30 % pour la société exploitante.

Ces études n’ont cependant pas convaincu la municipalité et le projet est abandonné. Il est utile de rappeler que la ville avait dû se résoudre en 1932, à racheter l’établissement thermal de la Mouillère pour éviter sa fermeture, suite à des années d’exploitation déficitaire.

Sources archives municipales, cote 1M60 et 20 Fi 51

Découvrez le catalogue de l'exposition.