Des ouragans dans un service d’archives : les Archives territoriales de Saint-Martin (1/5)

Chronique n°1 : état des lieux après trois ouragans (Irma, José, Maria)

6 septembre 2017. Irma.
9 septembre 2017. José.
19 septembre 2017. Maria.

En septembre dernier, trois ouragans majeurs ont soufflé sur Saint-Martin, dont Irma, particulièrement destructeur pour l’île. Les Archives territoriales de Saint-Martin ont été touchées par ces phénomènes climatiques d’une violence inédite.

Malgré les destructions considérables à l’échelle de l’île, seuls 16 mètres linéaires d’archives ont été touchés directement : de l’eau salée s’est infiltrée dans une fissure au plafond et a provoqué des dégâts sur 3,5% des fonds conservés.

  • Comment se prépare-t-on ?

Dès la création du service, en 2014, les Archives territoriales de Saint-Martin avaient formalisé un plan de sauvegarde et de remise en ordre pour être en capacité d’agir dans de telles circonstances. Actualisé chaque année en fonction de la croissance des fonds, ce protocole fut un guide très précieux pour l’équipe en perspective de l’arrivée d’Irma (déclenchement dès le 1er septembre) et pour les actions immédiates à mettre en œuvre après le sinistre (exécutées dès le 7 septembre). 

  • Evaluer la situation

saint-martin_ouragan_2.jpgDans le cadre du plan de remise en ordre, l’évaluation a pu se dérouler deux heures après la fin du confinement d’Irma, par les agents ayant pu se rendre sur place. Evaluer la situation est un préalable indispensable afin de prioriser les actions à mettre en œuvre et profiter du peu de temps imparti. Avec un second ouragan majeur en perspective, puis un troisième dans les jours suivants, les actions ont été discontinues et les fonds remis en protection à chaque épisode.

Le bâtiment des Archives territoriales et de la Médiathèque de Saint-Martin (Concordia) a été particulièrement affecté par le passage du cyclone Irma : la médiathèque, située au dernier niveau du bâtiment, a particulièrement souffert avec l’arrachement d’une grande partie de la toiture et l’éclatement de certaines vitres. Les magasins de conservation des Archives territoriales ont été touchés par des infiltrations d’eau salée : de 3 à 10 cm d’eau en hauteur, sur des surfaces au sol variables, de 2 cm à 2,5 mètres.

saint-martin_degat_toit.jpgLe système de climatisation et de ventilation, garant de la stabilité du climat pour une conservation optimale des documents dans un milieu tropical, ont été détruits. La pression du cyclone a fait éclater des conduits en cœur de bâtiment et le local technique a été détruit. Dans ce contexte, l’électricité n’a pas été rétablie au regard des risques. 

  • Agir

Sans climatisation et électricité, comment agir ?

Les fonds d’archives directement touchés par l’eau salée sont entrés dans un protocole de séchage : isolement des fonds concernés, séchage par absorption avec essuie-tout blanc, étalement des documents, ventilation naturelle maximale (merci à nos chers alizés !) et surveillance pour contrôler un développement de moisissures.

Depuis trois mois, les priorités de l’équipe des Archives territoriales sont d’assécher les locaux, de poursuivre le protocole de séchage des documents mouillés, de reconditionner, de surveiller le développement de moisissures, et d’éviter leur dispersion qui infesterait d’autres fonds par transfert.

Comment avons-nous réalisé tout cela ? Suite au prochain épisode...

 

Stéphanie DARGAUD, conservateur du patrimoine
Directrice des Archives territoriales et du patrimoine de Saint-Martin