Événement : Paris débarque dans le Grand Mémorial !

Les matricules de plus de 600 000 soldats recrutés à Paris sont ajoutés à la base de données du Grand Mémorial.


Un vaste réservoir égrenant les noms de ces hommes, leurs dates de naissance, les lieux où ils sont nés et ont vécu, ainsi que de – trop laconiques – éléments de description physique : autant de rubriques que l’agent méticuleux a jadis remplis pour les besoins de l’administration, et qui donnent un aspect uniforme à cette gigantesque diversité de parcours et de personnalités que représentaient ces soldats français. Parmi eux, des figures aujourd’hui célèbres telle celle de Paul Guillaume Gide, plus connu sous le nom d’André Gide. Gide, qui s’est un temps investi dans la Nouvelle Revue Française, continue ses explorations littéraires après la guerre. Son registre matricule (n°364) n’est pas très disert, se contentant de noter ses cheveux et sourcils blonds, ses yeux châtains, son front et menton ronds, son nez droit et son visage long, soulignant par ailleurs sa « faiblesse de constitution ».

On remarquera également le matricule de Paul Mazon, né en 1874 à Privas, en Ardèche. En 1894, sa fiche indique qu’il est dispensé en tant qu’« élève en cours d’études à la faculté des lettres de Paris ». Il effectue son service militaire à Chartres. Mobilisé en septembre 1914, il est fait prisonnier et envoyé au camp de Sennelager. Malade, il est ensuite hospitalisé en Suisse et rapatrié.
Une fois docteur, Paul Mazon (mort en 1955) devient un helléniste réputé, qui enseigne le grec ancien à la Sorbonne et au Collège de France. Il a été le premier président des Belles Lettres, de 1919 à 1940.

 

Consulter les registres matricules de Paris