Contenu éditorial simple : Terre d’asile, terre d’exil. Réfugiés et internés dans le Tarn pendant la Seconde Guerre mondiale

Une publication des Archives départementales du Tarn, 2005, 38 pages

 

Le département du Tarn a été, durant la Seconde Guerre mondiale, une terre d’asile accueillant des centaines. de réfugiés de toute l’Europe et du nord de la France, une terre d’exil, avec la création des camps de Brens et de Saint-Sulpice où ont été internés des hommes et des femmes « indésirables » de l’avis des autorités.

Réfugié ou interné, le parcours est difficile, et parfois on passe d’un statut à l’autre parce que l’on est étranger et communiste, étranger et juif. Le quotidien est fait d’ennui, de privation, d’incertitudes, de vexations, d’animosité. Comme d’autres départements, le Tarn a partagé ses richesses tant qu’elles existaient. Quand il ne reste que la misère, c’est la haine que l’on distribue. Et malgré les difficultés, l’administration travaille et traite avec la même efficacité des indemnités pour les réfugiés, de la scolarisation de leurs enfants, des internements de syndicalistes ou de francs-maçons, sans trop d’états d’âme.

Ces quelques pages ne sont qu’une rapide évocation de ces faits à travers quelques documents choisis dans les archives du service des Réfugiés, des camps de Brens et de Saint-Sulpice, et du Cabinet du préfet. Ces fonds, classés, inventoriés, sont à la disposition des chercheurs.

 

Références complètes de l’ouvrage