Contenu éditorial simple : Une ville à l’arrière du front. Dijon, 1917-1920.

Une publication des Archives municipales de Dijon, 2017, 74 pages

 

À partir du mois de juillet 1917, l’arrivée massive de soldats américains appuyés par une logistique impressionnante, perturbe la population de Dijon. Dans le contexte économique et social difficile de la Première Guerre mondiale, les relations oscillent entre curiosité, étonnement et rejet. Les autorités militaires américaines mettent rapidement en place de nombreuses infrastructures : hôpital, laboratoire médical, dépôts de matériel médical et pharmaceutique, parc de révision de voitures et de camions, dépôt d’aviation. Les tensions dues à la hausse des prix, la présence de travailleurs coloniaux ou encore le regain de la prostitution sont indéniables ; cependant les contacts entre ces deux mondes qui se découvrent pendant la Grande Guerre sont également source de dialogues : sports, cinématographie, jazz, cours de langues permettent de cordiaux échanges. Cela facilitera l’ouverture d’une section américaine à l’université de Dijon en 1919.

 

Références complètes de l’ouvrage