Contenu éditorial simple : Georges Groc, une vie hors des clichés. Rétrospective d’un photographe albigeois

Une publication des Archives départementales du Tarn, 2017, 89 pages

 

En 2017, les Archives départementales du Tarn rendaient hommage à Georges Groc, photographe albigeois, héritier d’une dynastie fondée sous le Second Empire, qui leur a fait don d’une multitude de clichés. Cette brochure en est le catalogue.

Au lendemain de l’an 2000, s’est baissé définitivement le rideau du « Studio Groc », où s’incarnait, depuis 1861, une dynastie de photographes, celle des Prompt – Honoré et Louis – et des Groc, Albert puis Georges. Ce dernier naquit en 1920 à l’étage de l’établissement familial, longtemps un repère essentiel de la topographie citadine. Après une jeunesse impétueuse, il fit reconnaître ses talents à Paris, chez Harcourt, sanctuaire des portraits à la sophistication réussie qu’affectionnaient alors les stars du cinéma et les gens en vue. En 1945-46, il participa, comme photographe de plateau, au tour­nage de « La Belle et la Bête », durant lequel il côtoya Josette Day, Jean Marais et Jean Cocteau. Cependant, le goût d’une liberté sans entraves, qui lui fit rejeter par la suite tout embrigadement dans des clubs ou des chapelles, l’in­cita rapidement à s’éloigner d’un milieu sensible aux paillettes comme aux convenances sans profondeur ; riche d’expériences, il choisit de prendre la succession de son père et de revenir à Albi passer « le reste de [son] âge ».

 

Références complètes de l’ouvrage