Contenu éditorial simple : Giron Frères. Histoires de velours, du ruban à l’étoffe

Une publication réalisée avec la participation des Archives départementales de la Loire, 2005, 132 pages

 

Le velours noue plus d’un fil de son histoire avec la ville de Saint-Étienne, en grande partie grâce à la manufacture de rubans et velours Giron Frères qui fut l’une de plus grandes entreprises textiles de la région stéphanoise, et l’un des trois principaux fabricants de velours au niveau mondial.

L’histoire atypique de cette manufacture a pu être redécouverte grâce aux archives, aux objets, échantillons, bustes, photographies, conservés par les Archives départementales de la Loire, le musée d’Art et d’Industrie ou les descendants de la famille Giron.

Établi en 1851 fabricants donneurs d’ordres, comme leurs confrères rubaniers et soyeux, ces fils de passementiers, Antoine et Marcellin Giron, démontrent bien vite leur originalité et leur mordant. Après un voyage en Amérique, ils prennent l’initiative incroyable de bâtir une immense usine en ville et ouvrent en 1867 la manufacture de Chantegrillet. Bien plus, en pleine crise du velours, dans les années 1880, ils soufflent à leur concurrent de Krefeld en Allemagne, la production de l’étoffe velours. Les successeurs de ces pionniers porteront encore le nom de Giron et de ses marques, tel « Bellissime », aux quatre coins du monde et dans toute la presse féminine.

En 1980, après 160 ans de règne sur le velours, la Société Giron Frères, ne pouvant faire face à la crise de la mode, est en liquidation, à la stupeur générale. Après la fermeture de l'entreprise, les bâtiments de sa principale usine à Chantegrillet ont été reconvertis ; ils forment aujourd’hui le parc Giron qui perpétue dans le paysage stéphanois la mémoire de cette activité industrielle disparue.

 

Références complètes de l’ouvrage