Contenu éditorial simple : Des saints guérisseurs aux médecins traitants

Une publication des Archives départementales de la Creuse, 2007, 95 pages

 

L’histoire sanitaire et médicale de la Creuse demeure encore très large­ment méconnue. Pourtant, elle est riche de ses pratiques de soins traditionnelles, avec ses saints guérisseurs locaux, sa centaine de « bonnes fontaines » et ses très nombreux rebouteux ou gué­risseurs. Elle a vu naître de nombreux pharmaciens, chirurgiens ou médecins. La station thermale d’Evaux-les-Bains est connue pour ses sources dès le siècle avant notre ère et la commune de Sainte-Freyre a vu s’implanter, au début du XXe siècle, le sanatorium de l’Union nationale des sociétés de secours des instituteurs.

Cet ou­vrage se propose de revenir sur près de vingt siècles d’histoire des soins, des soignants et des malades dans la Creuse. Il évoque d’abord la période médiévale et moderne, marquée par les grandes épidémies, comme l’ergotisme ou la peste, et le large recours populaire aux saints guérisseurs et aux « bonnes fontaines ». Il étudie le lent déclin de ces pratiques face aux progrès de la médecine, à la fondation d’hôtel-Dieu et d’hospices, comme à Guéret, à Felletin, à Bénévent-L’Abbaye et aux efforts législatifs et sanitaires des autorités, pour s’at­tarder sur le XIXe siècle, où les maladies épidémiques – cho­léra, fièvre typhoïde, diphtérie – tendent à disparaître grâce à la prévention et aux décou­vertes médicales – vaccination, pasteurisation, développement de l’hygiénisme. La dernière partie revient essentiellement sur la santé des Creusois après la Grande Guerre, en évoquant la disparition d’anciennes « maladies sociales » comme la tuberculose ou la syphilis, l’apparition de nouvelles menaces, et les transformations successives, toujours visibles actuellement, du paysage hospitalier.

 

Retrouvez les inventaires des Archives départementales de la Creuse