Contenu éditorial simple : Le camp d’internement de Rieucros, 1939-1942. L’internement, de la République à l’État français

Une publication des Archives départementales de la Lozère, 2008, 148 pages

 

De la Troisième République finissante à l’établissement, en juin 1940, du régime de Vichy, une continuité en matière de politique et d’état d’esprit de la population vis-à-vis des étrangers n’est-elle pas discernable ? En Lozère, le 21 janvier 1939, le gouvernement Daladier décide de l’ouverture à Rieucros, à proximité de la ville de Mende, du premier camp d’internement destinés aux « indésirables », en application d’un décret du 12 novembre 1938 « relatif à la situation et à la police des étrangers », visant les étrangers « moralement douteux, indignes de notre hospitalité ».

Rieucros est d’abord réservé aux hommes – les premiers sont des volontaires des Brigades internationales de la Guerre d’Espagne, des communistes, des droits communs. Puis, à partir d’octobre 1939, Rieucros est transformé en camp de femmes jusqu’en février 1942, mois au cours duquel les 357 internées sont transférées au camp de Brens, dans le Tarn. Extraites de la prison de la Petite Roquette à Paris, les premières détenues sont allemandes, tchèques ou polonaises ; certaines sont juives ou communistes. Après la défaite, Vichy y envoie aussi les femmes de « l’anti-France » : politiques, détenues de droit commun et prostituées. Les autorités ne sachant que faire de leurs enfants, ceux-ci sont également internés : ils sont 43 en août 1941.

Enseignants et éducateurs découvriront ici un dossier pédagogique utile aux cours d’histoire et d’instruction civique, de lettres ou d’arts plastiques : le sujet est abordé sous diverses thématiques, avec pour chacune d’entre elles une introduction, une sélection de documents, un questionnaire et des réponses. Mais cette étude est aussi destinée à un public plus large. Par la place accordée aux documents d’archives et aux témoignages, écrits ou dessinés, le lecteur y trouvera matière à réflexion sur un sujet qui trouve des prolongements dans l’actualité la plus récente.

 

Références complètes de l’ouvrage