Contenu éditorial simple : Tous dans la rue (1918-2018) !

Une publication des Archives départementales du Puy-de-Dôme, 2018, 124 pages

 

La rue est un élément structurant de la ville et de la vie de la cité. Longtemps, la rue a été un simple moyen d’accès entre plusieurs espaces privés. Mais, les changements opérés au fil du temps en matière d’architecture et d’urbanisme, ainsi que les évolutions de la société ont modifié son usage.

Lieu de rassemblements, parfois de déchirements, le terme de rue doit être ici compris dans son sens large : il s’agit de l’espace public, où l’on descend pour manifester son désaccord, sa colère, sa joie ou pour communier, et les manifestations de rue ont toujours marqué les esprits. La manistation de rue est, pour reprendre les propos de l'historienne Danielle Tartakowsky, « la fille de la révolte et de la fête », malgré sa dimension parfois dramatique. Cependant, un défilé de manifestants dans la rue n’a pas forcément comme corollaire la révolution, et force est de constater que de nombreux gouvernements successifs se sont, au contraire, appuyés sur la rue. L'espace de revendication que peut être la rue n’en demeure pas moins un lieu de partage et de fêtes. Nombre de manifestations sportives ou musicales donnent lieu à des rassemblements, qu’ils soient spontanés ou non.

La rue est aussi le théâtre des affrontements politiques et sociaux, qui ont atteint parfois leur paroxysme dans certaines manifestations au cours de l’histoire, transformant cet espace en tribunal populaire (des exécutions de condamnés lors de la Révolution française aux scènes d’épuration sauvage après la Libération).