Contenu éditorial simple : Images de verre, images de guerre. Les vitraux commémoratifs des trois guerres dans les églises des Ardennes

Un dossier pédagogique réalisé par le Service éducatif des Archives départementales des Ardennes, 2004, 188 pages

 

Il peut paraître surprenant d’évoquer le souvenir des trois guerres ayant touché le département des Ardennes depuis un peu plus d’un siècle par le biais des vitraux des églises. Il ne s’agit pourtant pas d’une première. L’idée d’une telle étude est née il y a quelques années du choc ressenti devant l’exposition pionnière présentée en 1998 à Saint-Mihiel par la Conservation départementale des Musées de la Meuse sur les vitraux commémoratifs de la Grande Guerre dans le département. Ce rassemblement d’images évoquant la guerre, la souffrance et la mort des militaires au front pendant la Première Guerre mondiale, et parfois aussi celles des civils (famille Mermier brûlée vive dans sa maison à Doulcon), ne pouvait laisser indifférent le visiteur du fait même de leur juxtaposition, alors que ces verrières, prises isolément, perdent beaucoup de leur impact. Insérées dans un édifice où l’architecture et de nombreux objets mobiliers retiennent l’attention à leur détriment, elles ne sont tout simplement pas « vues » par les touristes et les habitants de la commune ni même par les fidèles qui en ont pourtant une connaissance passive. L’omniprésence et la répétition obsédante d’hommes en armes, du Christ, des anges et de Jeanne d’Arc accueillant, accompagnant et réconfortant toutes ces victimes, s’imposaient d’autant plus que ces figures sont rarement évoquées avec une telle fréquence et dans une ambiance aussi guerrière.

Au même titre que les monuments aux morts élevés par les communes ou les monuments commémoratifs érigés par des unités régimentaires ou des associations d'anciens combattants, ces icônes de verre, garantes des conflits, servent d'images repères, d'images témoins pour la communauté endeuillée. Comme la tombe du Poilu demeurée dans les zones de combats puis regroupée dans des nécropoles nationales, ou comme le corps du défunt ramené au sein de sa communauté d'origine, les vitraux commémoratifs participent de manière identifique au nécessaire travail de deuil, à une échelle individuelle, familiale ou collective.

 

Références complètes de l’ouvrage

Retrouvez les inventaires des Archives départementales des Ardennes